Chômage : Surveiller et punir les plus précaires

Communiqué de l’union syndicale SOLIDAIRES
mardi 8 janvier 2019
par  Sud Éducation Guyane

Contesté comme jamais sur sa politique sociale et fiscale, sur son traitement des urgences écologiques et sa gestion des services publics, le gouvernement vient de décider d’agir… Il s’en prend aux plus faibles, les chômeurs et chômeuses en renforçant le contrôle et en supprimant certaines de leurs garanties.

Les mesures visent à renforcer la contrainte, l’objectif étant que ces personnes privées d’emploi se résignent à accepter n’importe quel emploi à n’importe quel salaire. Un manquement à un RDV à Pôle emploi sera sanctionné d’un mois de radiation et de suspension des allocations, avec un durcissement des sanctions par la suite.
De même les sanctions sont augmentées pour les personnes qui ne répondent pas positivement aux deux « offres raisonnables d’emploi ». Cela concerne la définition du salaire antérieurement perçu qui est supprimée (auparavant les seuils de 95% puis 85% du salaire antérieur devaient être respectés), comme les conditions de mobilité géographique. Dans ce cas l’allocation sera supprimée.
Les sanctions concernent tant l’Allocation de retour à l’emploi (ARE) que l’Allocation de solidarité spécifique (ASS).

Il n’est pas anodin que dans ce contexte de forte contestation, le gouvernement tape sur ce qui constitue un angle mort du débat public actuel sur les revenus et le pouvoir d’achat. Contrôler les chômeur-euses, encourager les heures supplémentaires par la défiscalisation… c’est toujours la même politique du « ruissellement » (donner aux riches et aux grandes entreprises en attendant… qu’elle redonnent aux pauvres).

Pour Solidaires la justice sociale signifie prendre en compte le fait que ce ne sont ni les travailleur-euses, ni les chômeur-euses qui nous coûtent cher. C’est défendre le monde du travail dans son ensemble.
Les personnes à la recherche d’emploi ne sont pas responsables du chômage massif qui touche notre pays depuis des dizaines d’années maintenant. Ils et elles n’ont pas à vivre dans la misère parce que les patrons licencient, parce que le système d’allocation ne cesse de se dégrader et que les minimas sociaux sont en dessous du seuil de pauvreté.

Nous ne devons pas laisser faire ! Solidaires étudiera tous les moyens pour se battre contre ce décret.

- > Il faut réduire le temps de travail et le partager, il faut créer des emplois pour des services publics présents sur la totalité du territoire, il faut notamment des emplois pour engager vraiment la transition écologique.
- > Il faut une indemnisation de toutes les formes de chômage, au dessus du seuil de pauvreté.
- > La négociation de la convention Unedic doit se faire avec les premiers et premières concerné-es, et pas sur leur dos !



Commentaires

Agenda

<<

2020

 

<<

Septembre

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
 123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
282930    
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Brèves

La crise sanitaire ne doit pas induire la...

lundi 24 août

La crise sanitaire ne doit pas induire la suspension de l’état de droit. Nous serons vigilant-e-s quant au respect des libertés publiques et des droits fondamentaux. Nous serons également vigilant-e-s quant aux restrictions concernant les droits et garanties des fonctionnaires.

Cliquez ci-dessous afin d’obtenir l’ensemble des liens

Sur le Web : ICI

Fonction publique : Préavis de grève pour les journées allant du 1er au 30 septembre 2020

lundi 24 août

Ce préavis est destiné à permettre à tous-tes les agents-es de la Fonction publique d’exprimer et faire prendre en compte leurs revendications dans tous les domaines précités et de faire valoir leurs droits dans toutes les situations notamment celles mettant en danger leur santé.

Sur le Web : Solidaires FP

Plus jamais ça ! : "Nous les avons applaudis, maintenant il nous faut les soutenir !"

lundi 8 juin

Ce ne sont pas des médailles que les personnels réclament mais des actes. Pour les obtenir, ils multiplient les mobilisations devant leurs établissements toutes les semaines et appellent à une grande journée de mobilisation le 16 juin partout en France. Nos organisations appellent l’ensemble de la population à manifester leur soutien et partager leurs exigences en se rendant à ces initiatives, tout en respectant les mesures de protection.

350.org, Action Aid, Aequitaz, ANV Cop 21, Alternatiba, Attac, CGT, Communauté de l’Arche non violence, Confédération paysanne, Convergences services publics, Copernic, Droit au logement, Emmaüs France, FSU, Greenpeace, Les Amis de la Terre, Notre Affaire à Tous, Oxfam, Solidaires, UNL

Sur le Web : Plus jamais ça !

Pétition : #PlusJamaisCa, signons #PourLeJourDapres

samedi 30 mai

- L’arrêt immédiat des activités non indispensables pour faire face à l’épidémie.
- Les réquisitions des établissements médicaux privés et des entreprises afin de produire dans l’urgence masques, respirateurs et tout le matériel nécessaire pour sauver des vies.
- La suspension immédiate du versement par les entreprises de dividendes, rachats d’actions et bonus aux PDG.
- La décision de ne pas utiliser les 750 milliards d’euros de la BCE pour alimenter les marchés financiers mais uniquement pour financer les besoins sociaux et écologiques des populations.

Y’a bon Banania, version 2020 : une production de l’Etat français

mercredi 27 mai

Communiqué Union syndicale Solidaires - Centrale Démocratique Martiniquaise des Travailleurs (CDMT)

(le tract)