Retraites, Services publics, Salaires

mardi 13 novembre 2007
par  Sud Éducation Guyane

La Fédération Sud éducation appelle à la grève interprofessionnelle reconductible
à partir du 20 novembre

Après la grève du 18 octobre à laquelle ont participé des milliers de personnels de l’éducation nationale aux côtés des cheminots, des agents de la RATP, d’EDF-GDF, de La Poste et de France Télécom, des hôpitaux, de l’ANPE …et du privé, la grève du 20 novembre ne peut se limiter à un nouveau rendez-vous de 24 heures.

Aujourd’hui, Sarkozy et son gouvernement sont lancés dans une grande entreprise de démolition sociale. Jamais un gouvernement n’a incarné à ce point la volonté du MEDEF. Pour museler les salariés, ils prétendent d’abord limiter le droit de grève dans les transports publics. Ils bloquent les salaires et en même temps multiplient les cadeaux fiscaux aux plus riches. Ils cassent les services publics en supprimant 1 fonctionnaire sur deux d’ici 2009 (11 200 emplois en moins dans l’Education Nationale). Ils cassent les statuts pour généraliser la flexibilité et la précarité. Ils poursuivent leur politique de casse des retraites après les réformes Balladur en 1993 et Fillon en 2003.

Face à cette régression sociale programmée c’est touTEs ensemble qu’il faut lutter, c’est touTEs ensemble qu’il faut envisager les suites de la mobilisation, comme le font les cheminots et les agents de la Ratp appelant à la grève reconductible à partir du 14 novembre et qu’il faut rejoindre au plus vite !
La grève appartient à celles et ceux qui la font.

Dans l’Education nationale, des milliers de postes sont supprimés depuis 5 ans, les TOS décentralisés, des milliers de précaires ont été mis au chômage, les personnels sont de plus en plus précarisés, l’université est privatisée…
Sud éducation prendra toute sa place dans la mobilisation nécessaire pour construire le rapport de force :

- contre l’idéologie du « travailler plus pour gagner plus », contre le salaire au mérite. Pour des moyens de vie décents pour chacun et une augmentation de 300 € pour tous.

- contre la précarisation de l’emploi et la destruction de l’Ecole Publique. Pour la défense des statuts, pour les recrutements à la hauteur des besoins définis par les personnels. Pour la titularisation sans condition de tous les salariés précaires.

- contre les atteintes au droit de grève, la répression des syndicalistes et des acteurs des mouvements sociaux, la traque policière de l’ensemble des sans-papiers.

- pour le droit à une retraite pleine pour tous, privé et public, après 37,5 annuités de cotisation et le maintien d’un taux de liquidation à 75% minimum. Pour l’abandon de toutes les décotes et l’abrogation des lois Balladur (1993) et Fillon (2003).

La Fédération Sud éducation appelle à mettre en débat et à porter ces revendications dans des Assemblées Générales de grévistes afin de construire la grève interprofessionnelle reconductible seule à même de faire reculer ce gouvernement.

Nous appelons, dès à présent à organiser ces Assemblées générales pour débattre, préparer la grève et amplifier les mobilisations :
dans les universités et la recherche, l’enseignement primaire et secondaire.
dans l’ensemble des secteurs des fonctions publiques pour s’opposer à la destruction du service public et à sa privatisation.

Plus largement, nous appelons les salariés du public et du privé, les précaires et chômeurs, les étudiants.. à faire entendre leurs voix pour défendre et améliorer les services publics, les missions et les statuts de la Fonction publique, les droits sociaux, et l’ensemble des conditions de vie, d’étude, de formation et de travail à la hauteur de nos exigences.


Commentaires

Agenda

<<

2021

 

<<

Janvier

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
    123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Brèves

Non à la loi liberticide « sécurité globale »

mercredi 16 décembre 2020

Dans une lettre ouverte à Emmanuel Macron, un collectif d’organisations syndicales (notamment SUD-Solidaires) et de journalistes demande le retrait des articles 21, 22 et 24 au nom du respect des libertés fondamentales.

Numéro Vert d’appui syndical de Solidaires !

lundi 30 novembre 2020

Le Numéro Vert d’appui syndical de Solidaires qui avait été lancé lors du premier confinement est remis en fonctionnement à partir du 30 novembre.

Il doit permettre d’aider les salarié-es, les chômeurs/ses, les étudiant-es à faire valoir leurs droits dans une période difficile et d’attaques contre les droits de tous-tes.

Le Numéro Vert 0 805 37 21 34 fonctionne désormais du lundi au vendredi entre 11h et 14h (Hexagone)

Face au Covid et au gouvernement

samedi 7 novembre 2020

Le covid se répand à nouveau d’une façon exponentielle. La crise sanitaire est grave. La première des priorités doit être la lutte pour limiter la contagion. Il faut également lutter contre la crise économique, sociale et écologique ! Il y a des mesures immédiates à prendre.

Sur le Web : Voir la vidéo

Samuel Paty : deuil, recueillement et solidarité

dimanche 18 octobre 2020

Les enseignant-e-s doivent pouvoir aborder les différents sujets du programme en classe en utilisant les supports pédagogiques qui leur paraissent pertinents sans avoir à craindre des représailles, sans même parler des menaces sur leurs vie...

Sur le Web : SUD Education