Une évaluation pour saborder l’école

mardi 20 janvier 2009
par  Sud Éducation Guyane

A la rentrée 2007, le ministre de l’éducation, Xavier Darcos, avait annoncé un renforcement de l’évaluation des élèves en primaire et une évolution des contenus des évaluations nationales pour les élèves de CE1 et de CM2. Le 11 décembre 2007, il précisait publiquement que les résultats de ces évaluations « seront rendus publics école par école dès la rentrée 2009 ».

Les 2 et 3 octobre, les modalités de « l’évaluation des acquis des élèves en français et en mathématiques en CE1 et CM2 » ont été présentées aux inspecteurs d’académie et aux inspecteurs de l’éducation nationale. Le Ministère a renoncé à la publication des résultats, ce qui aurait entériné une mise en concurrence sauvage des écoles les unes avec les autres, condamnée et refusée par le milieu enseignant. Néanmoins, les performances « de la France entière, des académies et des départements » seront accessibles en ligne. La hiérarchie s’emparera des résultats pour « repérer les marges de progrès, fixer des objectifs locaux et mobiliser les équipes ».

Les orientations du ministère sont claires et explicites : alors que les anciens protocoles privilégiaient le diagnostic et constituaient ainsi des outils professionnels pour la classe, les prochains tests seront exclusivement ciblés sur la mesure des acquis scolaires des élèves par rapport au programme. Autrement dit, ils ne viseront qu’à mesurer la performance du système éducatif, celle de l’élève tout autant que celles de l’enseignant et de l’équipe pédagogique.

Obligation de résultat Progressivement mais assurément, on prépare l’opinion publique à l’idée que la mission première de l’enseignement réside en la quête permanente de la performance et du classement. Les élèves seront en effet répartis selon leur niveau en deux moitiés égales, pour définir une médiane permettant des comparaisons départementales, académiques et nationales. On introduit subtilement à l’école, une culture du résultat et du mérite, dont on connaît pourtant bien les dégâts et les écueils dans l’univers impitoyable de la grande entreprise. Cela n’aura pour effets que d’accentuer les pressions sur les enfants en difficulté scolaire et à disqualifier ceux issus des milieux populaires. Qui plus est, le ministre de l’éducation nationale a récemment annoncé le versement d’une prime « exceptionnelle » de 400 euros aux enseignant-es des écoles faisant passer ces évaluations. L’individualisation des salaires et la fragmentation des carrières sont des réponses à l’opposé de ce que nous attendons pour revaloriser le métier. C’est aussi une façon inique et méprisante de s’asseoir sur le travail en équipe qui prévalait dans de nombreuses écoles pour la passation, la correction et l’analyse des livrets d’évaluation. C’est en résumé un déni du travail en équipe et une mesure contraire aux bonnes pratiques.

Cette nouvelle réforme n’a rien à voir avec l’Éducation. Elle participe, en la stigmatisant, de la casse généralisée de l’École publique et laïque. Elle est à l’opposé de nos aspirations, de nos convictions éducatives et de nos missions professionnelles, tant d’un point de vue éthique que sur le plan didactique et pédagogique.

C’est pourquoi, SUD Éducation Guyane appelle les collègues à ne pas faire remonter les résultats.

SUD Éducation réclame :

- Des outils qui permettent de remédier aux difficultés de certains élèves.
- La non publication des résultats des écoles pour qu’elles restent un véritable outil d’évaluation.
- Des évaluations qui permettent de mesurer les acquis de la partie du programme que les élèves ont effectivement suivie.
- Du temps pour, en collaboration avec les membres du RASED, corriger, interpréter ces évaluations, rencontrer les parents (donc plus de remplaçants).

Non à la prime aux évaluations ! Oui aux augmentations de salaires pour tous !


Documents joints

Tract évaluations CM2

Commentaires

Agenda

<<

2020

 

<<

Août

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
     12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31      
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Brèves

Plus jamais ça ! : "Nous les avons applaudis, maintenant il nous faut les soutenir !"

lundi 8 juin

Ce ne sont pas des médailles que les personnels réclament mais des actes. Pour les obtenir, ils multiplient les mobilisations devant leurs établissements toutes les semaines et appellent à une grande journée de mobilisation le 16 juin partout en France. Nos organisations appellent l’ensemble de la population à manifester leur soutien et partager leurs exigences en se rendant à ces initiatives, tout en respectant les mesures de protection.

350.org, Action Aid, Aequitaz, ANV Cop 21, Alternatiba, Attac, CGT, Communauté de l’Arche non violence, Confédération paysanne, Convergences services publics, Copernic, Droit au logement, Emmaüs France, FSU, Greenpeace, Les Amis de la Terre, Notre Affaire à Tous, Oxfam, Solidaires, UNL

Sur le Web : Plus jamais ça !

Pétition : #PlusJamaisCa, signons #PourLeJourDapres

samedi 30 mai

- L’arrêt immédiat des activités non indispensables pour faire face à l’épidémie.
- Les réquisitions des établissements médicaux privés et des entreprises afin de produire dans l’urgence masques, respirateurs et tout le matériel nécessaire pour sauver des vies.
- La suspension immédiate du versement par les entreprises de dividendes, rachats d’actions et bonus aux PDG.
- La décision de ne pas utiliser les 750 milliards d’euros de la BCE pour alimenter les marchés financiers mais uniquement pour financer les besoins sociaux et écologiques des populations.

Y’a bon Banania, version 2020 : une production de l’Etat français

mercredi 27 mai

Communiqué Union syndicale Solidaires - Centrale Démocratique Martiniquaise des Travailleurs (CDMT)

(le tract)

KOUROU - Assemblée Générale le lundi 9 mars à 17h00 devant le parvis de la médiathèque

samedi 7 mars

AG de KOUROU,
Réunie prévue le lundi 9 mars à 17h00 devant le parvis de la Médiathèque pour proposer et choisir les modes d’actions qui nous conviendrons, avec la volonté de choisir des actions fortes qui s’inscriront dans la durée.
Le 49.3 ne doit pas et ne nous vaincra pas.
C’est en nous battant tous ensemble et jusqu’au bout que nous serons en mesure de gagner !

Comparateur de retraites entre le système actuel et le projet du gouvernement

vendredi 28 février

Le simulateur est prévu pour des carrières entamées relativement jeune et poursuivies à leur terme. C’est pourquoi l’âge de début de carrière est limité à 28 ans. Si vous avez été par exemple assistant-e d’éducation avant d’être enseignant-e, le simulateur sera bien plus proche de la réalité en faisant commencer votre carrière au début de votre période de travail comme AED.