Mode d’emploi

Refuser les heures sup’

dimanche 31 août 2008
par  Sud Éducation Guyane

Nous le savons bien : collectionner les heures sup’ nuit à la qualité de l’enseignement. On nous ne fera pas croire que c’est en explosant le temps de travail des enseignants que leurs cours vont s’en trouver
mieux préparés.

Sur les 11200 postes qui sont supprimés pour cette rentrée 2008, 8800 le sont dans le 2nd degré. Près de la moitié de ces postes seront comblés par les heures sup’. En cela, refuser de prendre ces heures participe de la lutte contre les fermetures de poste.
A SUD Éducation nous avons toujours été convaincus que le meilleur moyen de travailler tous c’était de travailler moins. Pas question de participer aux coupes sombres dans l’emploi public préconisées par Sarkozy et ses fidèles servants.

Ce tract a pour objectif de vous donner les moyens de rentrer en résistance sans trop prêter le flanc à la hiérarchie. Comme d’habitude le mieux est toujours de s’organiser collectivement.
N’hésitez pas à nous contacter si besoin.

Selon la circulaire n° 76-218 du 1er juillet 1976 modifiée par le décret n° 99-980 du 13 octobre 1999 seulement une heure supplémentaire est imposable, pas plus ! L’heure de 1ère chaire et l’heure de pondération (BTS et classes prépa) sont incluses dans le service.
Si le rapport de forces dans l’établissement est suffisant, les collègues concernés s’adressent collectivement au Chef d’Établissement pour rappeler leurs droits et exprimer leur refus de prendre des heures supplémentaires au-delà de l’unique heure imposable.
Si unE collègue isoléE se voit imposer des heures supplémentaires :
- rappeler oralement au chef d’Établissement la législation en vigueur et exprimer son refus ;
- adresser un courrier écrit au chef d’Établissement, avec copie aux IPR et au rectorat, pour lui réitérer le refus des HSA/E et menacer de ne pas effectuer la totalité de l’emploi du temps si celui-ci n’est pas revu à la baisse (voir exemple de lettre).
- refuser d’assurer la totalité des heures imposées après avoir adressé un dernier courrier au Chef d’Établissement (voir exemple de lettre).



Documents joints

Premier courrier
Courrier de relance
Tract refus des heures sup'
Circulaire heures sup'

Commentaires

Agenda

<<

2020

 

<<

Octobre

>>

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
   1234
567891011
12131415161718
19202122232425
262728293031 

Brèves

La crise sanitaire ne doit pas induire la...

lundi 24 août

La crise sanitaire ne doit pas induire la suspension de l’état de droit. Nous serons vigilant-e-s quant au respect des libertés publiques et des droits fondamentaux. Nous serons également vigilant-e-s quant aux restrictions concernant les droits et garanties des fonctionnaires.

Cliquez ci-dessous afin d’obtenir l’ensemble des liens

Sur le Web : ICI

Fonction publique : Préavis de grève pour les journées allant du 1er au 30 septembre 2020

lundi 24 août

Ce préavis est destiné à permettre à tous-tes les agents-es de la Fonction publique d’exprimer et faire prendre en compte leurs revendications dans tous les domaines précités et de faire valoir leurs droits dans toutes les situations notamment celles mettant en danger leur santé.

Sur le Web : Solidaires FP

Plus jamais ça ! : "Nous les avons applaudis, maintenant il nous faut les soutenir !"

lundi 8 juin

Ce ne sont pas des médailles que les personnels réclament mais des actes. Pour les obtenir, ils multiplient les mobilisations devant leurs établissements toutes les semaines et appellent à une grande journée de mobilisation le 16 juin partout en France. Nos organisations appellent l’ensemble de la population à manifester leur soutien et partager leurs exigences en se rendant à ces initiatives, tout en respectant les mesures de protection.

350.org, Action Aid, Aequitaz, ANV Cop 21, Alternatiba, Attac, CGT, Communauté de l’Arche non violence, Confédération paysanne, Convergences services publics, Copernic, Droit au logement, Emmaüs France, FSU, Greenpeace, Les Amis de la Terre, Notre Affaire à Tous, Oxfam, Solidaires, UNL

Sur le Web : Plus jamais ça !

Pétition : #PlusJamaisCa, signons #PourLeJourDapres

samedi 30 mai

- L’arrêt immédiat des activités non indispensables pour faire face à l’épidémie.
- Les réquisitions des établissements médicaux privés et des entreprises afin de produire dans l’urgence masques, respirateurs et tout le matériel nécessaire pour sauver des vies.
- La suspension immédiate du versement par les entreprises de dividendes, rachats d’actions et bonus aux PDG.
- La décision de ne pas utiliser les 750 milliards d’euros de la BCE pour alimenter les marchés financiers mais uniquement pour financer les besoins sociaux et écologiques des populations.

Y’a bon Banania, version 2020 : une production de l’Etat français

mercredi 27 mai

Communiqué Union syndicale Solidaires - Centrale Démocratique Martiniquaise des Travailleurs (CDMT)

(le tract)