Mouvement du 12 au 16 novembre dans l’éducation nationale en Guyane ou la victoire de la grève reconductible, de l’action et de l’unité syndicale !

mardi 20 novembre 2018
par  Sud Éducation Guyane

La grève du 12 Novembre 2018 est issue d’un constat alarmant et unanime des organisations syndicales de l’Éducation. La situation actuelle du service public d’Education est dramatique ! Le projet Blanquer ne fera qu’accentuer les difficultés et renforcer les inégalités. L’avenir de l’Ecole pour tous, gratuite, laïque, égalitaire et émancipatrice est en péril.

Par ailleurs, les retards accumulés en Guyane sont tels que les organisations syndicales décident dès le lundi 12 Novembre de la grève et du blocage du rectorat.

SUD Éducation Guyane se félicite du travail unitaire construit avec la FSU, le SNETAA-FO, le SGEN-CFDT, le STEG-UTG et l’UNSA-Éducation.

Nous sommes satisfaits de la signature du protocole vendredi 16 novembre car l’intersyndicale a obtenu ce qu’il était possible d’exiger à la hauteur de cette mobilisation. Les décisions sont réelles, des engagements ont été pris mais il faudra veiller à leur application.

SUD Éducation Guyane, syndicat de transformation sociale, a toujours été pour l’installation d’un rapport de force à travers la grève reconductible. La décision de l’intersyndicale de maintenir le blocage du rectorat et de reconduire la grève jusqu’à l’obtention d’avancées significatives pour les personnels et la jeunesse était donc la bonne décision.

Cette lutte légitime, nous a permis d’obtenir, entre autres, l’engagement de la mise en place des Accords de Guyane et du dispositif REP +, l’abrogation d’une circulaire inique et discriminatoire sur les sorties scolaires et enfin nous avons pu contraindre le Recteur et la gouvernance à assurer leurs missions.

SUD Éducation Guyane restera vigilant quant à l’application du protocole d’accords de fin de conflit et reste conscient qu’il faudra de nouvelles mobilisations pour que l’Etat français permette à tous les enfants de Guyane d’accéder à une école de qualité.

En effet, nous sommes encore loin du projet d’école porté par SUD Education : éducation polytechnique (où les savoirs techniques et pratiques ne sont pas hiérarchisés), multilingue et collaborative, baisse des effectifs par classe, titularisation de tous les précaires, autogestion, …

La mobilisation est toujours et encore à l’ordre du jour !

Les militants Sud Éducation Guyane,
le 19 novembre 2018



Commentaires

Agenda

<<

2019

 

<<

Mars

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
    123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Brèves

Tou.te.s en grève le 4 avril 2019 !

vendredi 29 mars

Rassemblons-nous massivement
FSU - SGEN-CFDT - STEG-UTG - SUD éducation - FNEC FP-FO - SE-UNSA
- Cayenne 9h devant le rectorat de Guyane
- St Laurent 9h devant l’inspection « académique »

VENDREDI 15 mars - GREVE dans L’EDUCATION

jeudi 28 février

Appel à la grève
SNES-FSU - SNEP-FSU - SNUEP-FSU - SGEN-CFDT - STEG-UTG - SUD éducation - SNETAA-FO - SNETAP-FSU

Combattons le projet d’école Blanquer

samedi 23 février

Revendications de SUD éducation :

- L’abrogation de la réforme du lycée et du bac
- L’abrogation de la réforme de la voie professionnelle
- Le maintien du cadre national du baccalauréat, qui doit rester le premier grade universitaire et maintien d’un véritable anonymat lors des épreuves
- Une réduction des effectifs par classe en lycée (maximum 25 élèves) et la mise en place d’un dédoublement systématique par un cadrage national
- Le changement des EPLE en établissements polytechniques avec un enseignement qui garantisse à tou-te-s les élèves l’appropriation de tous les types de savoirs – qu’ils soient manuels, techniques,artistiques ou théoriques – reposant sur des pratiques pédagogiques coopératives et émancipatrices
- L’abandon du SNU et du service civique
- L’abandon du projet d’imposer une deuxième HSA dans le second degré
- L’abandon de la réforme des directions d’école
- Dans les écoles, un travail en équipe renforcé avec des moyens et du temps attribués aux écoles et non à des individu-e-s directeurs ou directrices. Une gestion collective des charges permettrait une prise en charge collégiale et/ou avec partage des tâches.
- Le respect de la liberté pédagogique des enseignant-e-s.
- La prise en main par les personnels eux-mêmes de leur formation pédagogique.

Jeudi 21 février - Journée d’action dans l’éducation

dimanche 17 février

SNES-FSU
SNEP-FSU
SNUEP-FSU
SUD éducation
SNETAA-FO
STEG-UTG
SGEN-CFDT
SNETAP-FSU