16 novembre : journée de mobilisation interprofessionnelle, étudiante et lycéenne, par des grèves et manifestations

mercredi 25 octobre 2017
par  Sud Éducation Guyane

Pour les organisations syndicales de salariés, d’étudiants et de lycéens CGT – FO – SUD-Solidaires – UNEF – UNL – FIDL réunies le 24 octobre 2017, un constat s’impose, celui d’une politique libérale visant à accroitre les inégalités au profit d’une minorité.

Qu’il s’agisse :

de nombreuses dispositions inacceptables des ordonnances, limitant des droits des salariés-es ;
des risques qui pèsent sur les droits des salariés-es et demandeurs d’emploi en matière d’assurance chômage ou de formation professionnelle ;
de mesures précarisant toujours un peu plus l’emploi et l’insertion des jeunes sur le marché du travail ;
de la remise en cause des droits à l’avenir des jeunes par l’instauration d’une sélection à l’entrée de l’enseignement supérieur ;
de la modération salariale et de l’augmentation de la CSG ;
des atteintes au service public et à la protection sociale ;
les organisations signataires s’adressent solennellement au gouvernement afin qu’il prenne en considération les attentes sociales multiples qui s’expriment dans le public et le privé, par les actifs, les jeunes, les demandeurs d’emploi et les retraités-es.

Compte tenu de la gravité de la situation, elles décident de faire du 16 novembre 2017 une journée de mobilisation interprofessionnelle, étudiante et lycéenne, par des grèves et manifestations.

Elles invitent les autres organisations syndicales et de jeunesse à s’y associer.



Commentaires

Agenda

<<

2018

 

<<

Octobre

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
293031    
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Brèves

Réformes Blanquer, vive le lycée à la carte !

lundi 28 mai

FACE À LA POLITIQUE D’AUSTÉRITÉ, DE SUPPRESSION DE POSTES ET D’AUTONOMIE DES ÉTABLISSEMENTS

SUD ÉDUCATION REVENDIQUE :
• une réduction des effectifs par classe et la mise en place de dédoublements systématiques
• le changement des EPLE en établissements polytechniques avec un enseignement qui garantisse à toutes les élèves l’appropriation de tous les types de savoirs – qu’ils soient manuels, techniques, artistiques ou théoriques – reposant sur des pratiques pédagogiques coopératives et émancipatrices.