Communiqué de SUD éducation Guyane

SOUFFRANCE AU TRAVAIL A MARIPASOULA : ENTRE MÉPRIS ET INCOMPÉTENCE DE LA HIÉRARCHIE

lundi 12 juin 2017
par  Sud Éducation Guyane

Tout comme le rectorat de Guyane, le syndicat SUD éducation Guyane a été destinataire d’un courrier de protestation et d’indignation signé de la majorité de l’équipe éducative du collège de Maripasoula sur le haut Maroni, suite au suicide d’une élève du collège le 26 mai dernier.

Ce drame s’ajoute à la trop longue liste des drames auxquels doivent faire face les équipes éducatives et les habitants du haut Maroni depuis plusieurs années maintenant.

Nous saluons l’initiative des collègues qui ont décidé de ne plus se taire et de pointer une nouvelle fois les terribles dysfonctionnements de notre académie ainsi que les graves manquements de la hiérarchie vis à vis des agents et des élèves dont elle a pourtant la responsabilité.

SUD éducation Guyane soutient activement l’initiative des enseignants et partage leurs demandes et leurs colères tout comme leurs questionnements.

En effet, malgré les recommandations des différentes missions parlementaires ou encore du défenseur des droits dont le rapport a été rendu public en février 2017, rien ou presque n’a été réellement fait. Les infrastructures, les moyens humains et médico-sociaux manquent cruellement tout comme les investissement et initiatives réelles pour la jeunesse de cette partie de la Guyane.

La participation active du Collectif du Lawa, regroupant les habitants des trois communes de GrandbSanti, Papaichton et Maripasoula, au mouvement social de la Sézon Wara ou encore les récents blocages des habitants de Grand Santi sont autant de signes du malaise profond des habitants de ces sites isolés et du sentiment d’abandon et d’amertume qui en découle. Car oui ces habitants et ses équipes éducatives et surtout ces jeunes sont bel et bien les abandonnés de la République.

Cette situation est intolérable ! Il est plus qu’urgent de mettre en application les différentes recommandations telles que le transport scolaire fluvial gratuit, la restauration scolaire ou encore le développement des infrastructures scolaires (collège de Taluen, internat de Grand santi, Lycée de Maripasoula, etc.) ; mais aussi les moyens et infrastructures dédiés à la jeunesse ou destinés à rompre l’isolement.

Vous le voyez bien encore une fois, monsieur le recteur, les annonces d’augmentation de « primes » pour les enseignants des sites isolés ne sont pas la solution aux problématiques des sites isolés mais une nouvelle fois la marque du mépris et de la surdité des autorités face aux malaises des habitants et de la jeunesse du fleuve.

SUD éducation Guyane réaffirme également l’urgence de répondre rapidement et efficacement aux demandes de l’équipe enseignante du collège de Maripasoula mais également aux revendications portées par le pole éducation du Kollectif Pou lagwiyann dékolé qui reprend l’ensemble des revendications des habitants du fleuve en matière d’éducation ou de développement d’infrastructure pour la jeunesse.{}

Contact presse :
06 94 20 56 03
sudeducguyane@laposte.net


Documents joints

CP_soutien_aux_collegues_de_maripasoula

Commentaires

Agenda

<<

2019

 

<<

Mars

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
    123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Brèves

VENDREDI 15 mars - GREVE dans L’EDUCATION

jeudi 28 février

Appel à la grève
SNES-FSU - SNEP-FSU - SNUEP-FSU - SGEN-CFDT - STEG-UTG - SUD éducation - SNETAA-FO - SNETAP-FSU

Combattons le projet d’école Blanquer

samedi 23 février

Revendications de SUD éducation :

- L’abrogation de la réforme du lycée et du bac
- L’abrogation de la réforme de la voie professionnelle
- Le maintien du cadre national du baccalauréat, qui doit rester le premier grade universitaire et maintien d’un véritable anonymat lors des épreuves
- Une réduction des effectifs par classe en lycée (maximum 25 élèves) et la mise en place d’un dédoublement systématique par un cadrage national
- Le changement des EPLE en établissements polytechniques avec un enseignement qui garantisse à tou-te-s les élèves l’appropriation de tous les types de savoirs – qu’ils soient manuels, techniques,artistiques ou théoriques – reposant sur des pratiques pédagogiques coopératives et émancipatrices
- L’abandon du SNU et du service civique
- L’abandon du projet d’imposer une deuxième HSA dans le second degré
- L’abandon de la réforme des directions d’école
- Dans les écoles, un travail en équipe renforcé avec des moyens et du temps attribués aux écoles et non à des individu-e-s directeurs ou directrices. Une gestion collective des charges permettrait une prise en charge collégiale et/ou avec partage des tâches.
- Le respect de la liberté pédagogique des enseignant-e-s.
- La prise en main par les personnels eux-mêmes de leur formation pédagogique.

Jeudi 21 février - Journée d’action dans l’éducation

dimanche 17 février

SNES-FSU
SNEP-FSU
SNUEP-FSU
SUD éducation
SNETAA-FO
STEG-UTG
SGEN-CFDT
SNETAP-FSU

MARDI 12 FEVRIER - GREVE EDUCATION

jeudi 7 février

RENDEZ-VOUS
Cayenne - 9h00 - devant le Rectorat
Saint-Laurent - 9h00 - devant la Sous-préfecture

GREVE INTEPROFESSIONNELLE - PUBLIC-PRIVE - GUYANE - 5 FEVRIER

samedi 2 février

RENDEZ-VOUS
9h00 - Préfecture - Cayenne
9h00 - Sous-préfecture - Saint-Laurent