Pour SUD Éducation Guyane, il ne peut ni ne doit y avoir aucune réouverture d’établissements avant septembre

samedi 16 mai 2020
par  Sud Éducation Guyane

Malgré la volonté aveugle du gouvernement de vouloir ouvrir les écoles pour « relancer l’économie », elles restent toujours fermées. En effet, tous les représentant·e·s des collectivités de Guyane se disent actuellement incapables d’assurer l’accueil des élèves, des personnels et usager·e·s dans des conditions convenables de sécurité. Le Covid- 19 et les ambiguïtés de toute part entraînent un climat anxiogène pour la profession, les élèves et leurs parents. Cette peur est raisonnable…

D’ailleurs, nous ne savons pas si nous pouvons et devons reprendre en présentiel pour deux raisons :

- parce que l’épidémie est toujours là,
- parce que la communication des gouvernant·e·s nous semble malhonnête, violente, incohérente, contradictoire et inintelligible.

A SUD Éducation Guyane, nous rappelons que cet état de fait est dû :

- à l’enchaînement de politiques libérales depuis près de quarante ans,
- à la divergence des intérêts entre nous ; les travailleur·euse·s et la classe possé-dante ; les ultra-riches,
- à une forte incompétence de nos gouvernant·e·s quant à l’organisation collective de notre société en ces temps de crise.

Nous essaierons dans la mesure de nos moyens de soutenir (par une aide juridique et par la lutte collective) tou·te·s les travailleur·euse·s et les usager·e·s qui :

- refusent de mettre en danger la population et de se mettre eux-mêmes en danger (droit d’alerte, droit de retrait, grève, etc.),
- souhaitent organiser le monde d’après et donc l’école d’après, en participant à des rencontres et des réunions de travail autogérées dans de bonnes conditions sanitaires (virtuellement ou en présentiel).

Nous condamnons les pressions hiérarchiques visant à ouvrir à tout prix les établissements malgré les mises en garde du conseil scientifique, les refus des élu·e·s, et les immenses réserves des organisations syndicales et des parents d’élèves. En Guyane, l’augmentation des cas de Covid-19 nous conforte dans l’idée que le principe de précaution doit guider les décisions.

La reprise aura lieu. Nous n’en doutons pas.
Ce qui se joue est bien quelle reprise ? Quand et comment ?
Donc, pensons et organisons la prochaine rentrée (septembre ou après).
L’accueil de tou·te·s les élèves de Guyane dans une école émancipatrice, sécurisante et saine doit être le seul objectif !
Elle nécessitera intelligence, respect et solidarité !

Pour SUD Éducation Guyane, les conditions préalables à l’ouverture des établissements en Guyane ne sont et ne seront pas réunies avant des semaines. C’est pourquoi, nous exigeons dans les 15 jours, la tenue d’un CHSCT académique afin d’aboutir à un protocole validé par les organisations syndicales. Le retour dans les établissements scolaires ne peut se faire sans masques normés, gel hydroalcoolique, savon, bio-nettoyage des établissements, test des personnels et toutes autres mesures sanitaires indispensables.

D’ici là, les personnels pouvant continuer le télétravail ou n’ayant pas de motifs impérieux de rejoindre leur établissement scolaire, les enfants et leurs parents ne doivent pas se rendre dans les établissements scolaires. Pour les autres, nous les encourageons à ne pas se précipiter et à prendre toutes les précautions nécessaires en cas de rencontres physiques.

A Cayenne,
Le 16 mai 2020


Documents joints

PDF - 188.2 ko

Commentaires

Agenda

<<

2020

 

<<

Septembre

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
 123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
282930    
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Brèves

Solidaires Fonction publique

mardi 28 juillet

- Compte rendu du Csfpe du 16 juillet 2020 : destruction des Chsct & remise en cause des cap
(tract)

- Rendez-vous salarial du 24 juillet 2020 : pipeau, clarinette et flûte à bec
(tract)

MARDI 21 JUILLET 2020 : MOBILISATION DE LA GUYANE

mardi 21 juillet

RENDEZ-VOUS
8H00
PLACE VICTOR HUGO
EX STATUE VICTOR SCHOELCHER

La vie des Noir-es compte, comme celle des racisé-es en général, aux Etats-Unis, en France, partout

mercredi 3 juin

Le racisme, systémique, d’Etat, qu’on l’appelle comme on veut, est un fait dans les sociétés occidentales, il faut être désormais aveugle pour l’ignorer. Pendant ce temps, son poison continue à se répandre et à tuer !

Justice pour George Floyd, pour Adama, justice pour toutes les victimes des violences policières et du racisme !

Sur le Web : Black lives matter !

Solidarité Kanaky - Bulletin 6 et 7 + autocollants

mercredi 3 juin

Organisations membres du Collectif Solidarité Kanaky

MJKF (Mouvement des Jeunes Kanak en France), USTKE (Union Syndicale des Travailleurs Kanak et des Exploités (en France), Union syndicale Solidaires, CNT (Confédération Nationale du Travail), Sindicatu di i Travagliadori Corsi, Ensemble !, NPA (Nouveau parti anticaptialiste), PIR (Parti des indigènes de la République), PCOF (Parti communiste des Ouvriers de France), Union communiste libertaire, Ni guerre ni État de Guerre, Association Survie, FASTI (Fédération des Associations de Solidarité avec Tou-te-s les Immigré-e-s), FUIQP (Front Uni des Immigrations et des Quartiers populaires.

Sur le Web : Solidarité Kanaky