Lutte contre le Covid-19 en Guyane : il y a urgence à prendre en compte les personnes en situation de précarité !

samedi 21 mars 2020
par  Sud Éducation Guyane

La situation des personnes en situation de précarité vivant en Guyane s’est dégradée depuis les mesures de salubrité publique prises par le gouvernement en cette période d’épidémie.

Aujourd’hui, les personnes vivant en bidonville ou sans domicile, dont les réfugiés de la Place des Amandiers, ne peuvent plus compter sur la solidarité pour subvenir à leurs besoins vitaux et sont confrontés à une absence de prise en charge juridique, sociale et sanitaire. Leurs conditions de vie ne leur permettent pas d’appliquer les mesures de confinement et d’adopter les gestes barrières.

Elles doivent toutes être considérées comme des personnes vulnérables (famille, hommes seuls, mineurs isolés…). A ce titre, les autorités publiques ont le devoir de les protéger face à la crise sanitaire à laquelle la France doit faire face et, par ce biais, de renforcer la protection de l’ensemble des personnes vivant en Guyane face au virus.

Pour ces raisons, nous avons adressé une lettre au Préfet de Guyane et à la Directrice de l’Agence Régionale de Santé de Guyane, demandant :

- La réquisition de tout lieu permettant l’hébergement inconditionnel des personnes vivant en rue et permettant de garantir le respect pour tous des mesures de confinement ;

- La mise en place des mesures sanitaires et d’hygiène nécessaires pour faire face au virus auprès de toutes les personnes sans-abri et vivant en bidonville, notamment l’installation de points d’eau et de savons en nombre et a proximité immédiate des lieux d’habitation ;

- La mise en place de distributions alimentaires organisées par les pouvoirs publics pour pallier le fait que les associations ne peuvent plus poursuivre leur action en ce domaine ;

- L’accès pour tout demandeurs d’asile aux conditions matérielles d’accueil par l’OFII afin de permettre à toutes et tous de disposer d’un minimum de ressources financières pour pouvoir faire face aux mesures de confinement ;

- La création d’un « centre d’hébergement spécialisé pour les personnes malades sans gravité Covid19 sans domicile fixe ou venant de centres d’hébergement ou de logements adaptés » tel que recommandé par la Direction Générale de la Cohésion Sociale ;

- Le soutien par les autorités guyanaises de la demande des associations au gouvernement de prolonger les droits à l’Aide Médicale d’Etat, comme il l’a fait pour la Complémentaire Santé Solidaire, mais aussi de garantir la possibilité de déposer des dossiers de première demande ;

- La prise en compte des difficultés d’accès à l’information connues par les populations en situation de précarité (allophonie, disparité des niveaux d’éducation en santé et difficultés vis-à-vis de la lecture, etc.) dans les plans de communication des autorités publiques ;

- L’arrêt des pratiques menant à la dégradation de la sécurité sanitaire et des conditions de vie de ces populations telles que les évacuations ou expulsions de quartiers d’habitat spontané ou la remise en rue des personnes en hébergement d’urgence.

Les mesures précitées sont urgentes et nécessaires dans le cadre de la gestion de la crise que nous traversons actuellement. Nos organisations demandent aux autorités de faire au plus vite afin de protéger l’ensemble de la population et en particulier les sujets les plus fragiles face au virus SARS Cov-2, mais également face au mode dégradé de fonctionnement des services de santé créé par cette situation.

Signataires : Association Guyanaise de Réduction des Risques (AGRRR) - AIDES Guyane - Collectif solidarité Réfugiés Guyane - La Cimade Guyane – D.A.A.C. - Ligue des Droits de l’Homme, Section Cayenne - Médecins du Monde Guyane - Réseau Education Sans Frontière (RESF) - Secours Catholique de Guyane – Snesup – Vent d’Ici Vent d’Ailleurs (VIVA) - Sud Education - Collectif les Gens de Guyane

Contacts presse :
Médecins du Monde : Aude TREPONT /06 94 22 17 72 et Lisa Cann/ 06 94 25 96 16
Collectif solidarité Réfugiés Guyane : Lamia BENAMAR / 05 94 38 73 97


Commentaires

Agenda

<<

2020

 

<<

Septembre

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
 123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
282930    
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Brèves

Solidaires Fonction publique

mardi 28 juillet

- Compte rendu du Csfpe du 16 juillet 2020 : destruction des Chsct & remise en cause des cap
(tract)

- Rendez-vous salarial du 24 juillet 2020 : pipeau, clarinette et flûte à bec
(tract)

MARDI 21 JUILLET 2020 : MOBILISATION DE LA GUYANE

mardi 21 juillet

RENDEZ-VOUS
8H00
PLACE VICTOR HUGO
EX STATUE VICTOR SCHOELCHER

La vie des Noir-es compte, comme celle des racisé-es en général, aux Etats-Unis, en France, partout

mercredi 3 juin

Le racisme, systémique, d’Etat, qu’on l’appelle comme on veut, est un fait dans les sociétés occidentales, il faut être désormais aveugle pour l’ignorer. Pendant ce temps, son poison continue à se répandre et à tuer !

Justice pour George Floyd, pour Adama, justice pour toutes les victimes des violences policières et du racisme !

Sur le Web : Black lives matter !

Solidarité Kanaky - Bulletin 6 et 7 + autocollants

mercredi 3 juin

Organisations membres du Collectif Solidarité Kanaky

MJKF (Mouvement des Jeunes Kanak en France), USTKE (Union Syndicale des Travailleurs Kanak et des Exploités (en France), Union syndicale Solidaires, CNT (Confédération Nationale du Travail), Sindicatu di i Travagliadori Corsi, Ensemble !, NPA (Nouveau parti anticaptialiste), PIR (Parti des indigènes de la République), PCOF (Parti communiste des Ouvriers de France), Union communiste libertaire, Ni guerre ni État de Guerre, Association Survie, FASTI (Fédération des Associations de Solidarité avec Tou-te-s les Immigré-e-s), FUIQP (Front Uni des Immigrations et des Quartiers populaires.

Sur le Web : Solidarité Kanaky