Appel intersyndical

LA VIOLENCE GANGRENE L’ECOLE DE GUYANE CE N’EST PLUS POSSIBLE !

mercredi 9 avril 2014
par  Sud Éducation Guyane

Mardi 1er avril, un professeur était touché par une balle dans sa salle de classe au collège Paul Kapel à Cayenne. Ce drame n’est pas isolé, il aurait pu arriver à n’importe lequel d’entre nous car les violences scolaires sont de plus en plus nombreuses. Rackets, bagarres, insultes, harcèlement, vols, échec scolaire... Les élèves sont les premières victimes de cette violence.

En Guyane nous n’avons que 89 salariés de l’éducation pour 1 000 jeunes, alors que ce taux d’encadrement s’élève à 133 pour 1 000 en France métropolitaine ! Ce n’est plus possible !

Les 3/4 des élèves de CM2 arrivent au collège sans avoir acquis les compétences de base en français et en mathématiques. Comment peuvent-ils réussir ? Ce n’est plus possible !

Certains collèges, comme Paul Kapel, accueillent près de 1 000 élèves, voire plus. Comment peuvent-ils être encadrés correctement ? Ce n’est plus possible !

Près de la moitié des élèves sortent de l’enseignement secondaire sans diplôme. Rien n’est proposé pour ces « décrocheurs » ! Ce n’est plus possible !

Les professeurs et personnels du collège Kapel ont demandé des moyens supplémentaires. Réponse du Rectorat : « On n’a pas d’argent, ce qu’on vous donnera on le retirera à un autre collège de Cayenne. » Ce n’est plus possible !

Tract intersyndical violences

Collègues, parents, élus... l’heure est à la mobilisation générale, pour notre jeunesse !

Jeudi 10 avril

7h - Rassemblement au Rectorat

9h30 - Rassemblement devant le collège Kapel

Mardi 15 avril

JOURNÉE DE GRÈVE DANS LE 1ER ET LE 2ND DEGRÉ

7h30 Rond-Point du Petit Monaco (campus St-Denis) vers la Préfecture

Nous exigeons : un PLAN MASSIF D’INVESTISSEMENT de l’État pour que l’École de Guyane puisse former notre jeunesse

L’ensemble de L’ACADÉMIE DOIT ETRE PLACÉE EN REP +,
c’est à dire en Réseau d’éducation prioritaire avec des moyens adaptés

Nous exigeons un PLAN DE CONSTRUCTIONS SCOLAIRES.
Face aux besoins, il faut construire dans les 10 ans : 10 collèges, 5 lycées, 500 classes

ANNOU LEVÉ POU NOU JENÈS !


Commentaires

Agenda

<<

2018

 

<<

Août

>>

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
  12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
2728293031  

Brèves

Notre détermination est douce mais inébranlable

vendredi 8 juin

DEUX RDV CONTRE LA MONTAGNE D’OR :
CAYENNE - SAMEDI 16 JUIN – RDV PLACE DES PALMISTES – 16H00
SAINT-LAURENT - LUNDI 18 JUIN – RDV ROND-POINT DU STADE - 14H00

Halte à la gouvernance imbécile de la Guyane Contre la hiérarchie, pas de hiérarchie !

vendredi 18 mai

SUD éducation Guyane, à l’instar de son attachement et de la promotion des pédagogies alternatives, défend les principes de gouvernance alternative décidée collectivement par les usagers de l’éducation nationale.
SUD éducation Guyane attaché à ces principes anti-hiérarchiques ne souhaite [...] aucun recteur quel qu’il soit.
SUD éducation Guyane appelle tous les usagers de l’éducation nationale en Guyane à se réunir en assemblée générale et à convoquer des états généraux de la gouvernance de l’académie pour jeter les nouvelles bases de gestion et de gouvernance de notre académie, émancipée d’une hiérarchie inutile et incompétente.

GREVE - 22 MAI - FONCTION PUBLIQUE - GUYANE

samedi 12 mai

SAINT-LAURENT-DU-MARONI
CAYENNE
KOUROU

GREVE à l’appel de l’UTG, de la FSU, de la CDTG-CFDT, de l’UNSA, du SNETAA-FO et de Solidaires

1er mai - manifestation - Saint-Laurent - 9h30 - Château d’eau

vendredi 27 avril

Un 1er mai de lutte, social et internationaliste
Journée internationale de lutte des travailleurs/euses

SUD éducation Guyane appelle ses adhérent-e-s et sympathisant-e-s à rejoindre l’initiative de l’UTG et à se retrouver à 9h30 devant le Château d’eau. (prises de parole à 11h00 sur la place Flore Lithaw)

Les 9, 10 et 14 avril, sans attendre, amplifions les luttes !

jeudi 5 avril

Sur le terrain, dans les entreprises, les services, les départements et communes nous appelons nos équipes à poursuivre et amplifier leurs actions pour tisser des liens, fédérer les luttes et organiser l’offensive. La responsabilité du mouvement social est immense et nous devons être à la hauteur sans attendre. Il nous faut multiplier localement les initiatives de convergences devant des services publics (gares, hôpitaux, centres des finances, bureaux de postes, pôles emplois, écoles, EHPAD…) et les formes d’actions : rassemblements, actions, assemblées générales, grèves, diffusion de tracts, manifestations.