Toutes et tous en grève le 14 novembre

RÉFORME DES RYTHMES : NI STATU QUO, NI DÉCRET PEILLON

dimanche 10 novembre 2013
par  Sud Éducation Guyane

SUD Éducation Guyane appelle à la grève le jeudi 14 novembre, répondant à l’appel national des fédérations FO Services publics et Santé – FNEC FP FO – CGT Services publics- CGT éduc’action – SUD Éducation – SUD collectivités.

Dès le début, nous avons critiqué le décret sur les nouveaux rythmes. L’expérience dans les communes qui ont opté pour son application dès cette année, confirme la pertinence des critiques que nous n’avons eu de cesse de lui opposer : inégalités accrues entre communes riches et pauvres, entre écoles d’une même agglomération ; pataquès organisationnels susceptibles de mettre en danger la sécurité des élèves ; dégradation des conditions de travail ; fatigue supplémentaire pour les élèves et les personnels ; développement de la précarité… La contestation, loin de s’estomper, revêt aujourd’hui de multiples formes, portées par des enseignants excédés, des agents municipaux surexploités, des parents d’élèves inquiets, des communes en difficulté.
Déjà des communes suspendent l’application… (Crillon dans l’Oise, Boves dans le Somme). Déjà, des communes prennent position et annoncent qu’elles ne mettront pas en place en 2014… (Janvry dans l’Essonne, Jarny en Meurthe-et-Moselle …).

Combattre les nouveaux rythmes sur tous les fronts.
Le décret doit être abrogé ; la fédération SUD Éducation à déposé un recours devant le Conseil d’État. En Guyane, nous venons de saisir le tribunal administratif car le Rectorat n’a pas suivi la procédure de mise en place des nouveaux rythmes. Ces démarches sont en cours nous informerons sur leur dénouement.
En attendant c’est par la mobilisation et la grève que nous devons nous battre pour obtenir une réforme des rythmes scolaires synonyme d’amélioration des conditions d’accueil et d’enseignement pour les élèves et des conditions de travail de l’ensemble des personnels.

SUD Éducation Guyane, exigent la suspension immédiate de la mise en œuvre de la réforme, l’abrogation du décret sur les rythmes scolaires et sa réécriture.

La lutte appartient à celles et ceux qui la mènent : rassemblons-nous en Assemblée Générale pour décider ensemble de nos actions.

A Cayenne rdv à 9 heure au local du SNUIPP

A Kourou rdv à 9 heure à la médiathèque


Commentaires

Agenda

<<

2020

 

<<

Septembre

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
 123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
282930    
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Brèves

Solidaires Fonction publique

mardi 28 juillet

- Compte rendu du Csfpe du 16 juillet 2020 : destruction des Chsct & remise en cause des cap
(tract)

- Rendez-vous salarial du 24 juillet 2020 : pipeau, clarinette et flûte à bec
(tract)

MARDI 21 JUILLET 2020 : MOBILISATION DE LA GUYANE

mardi 21 juillet

RENDEZ-VOUS
8H00
PLACE VICTOR HUGO
EX STATUE VICTOR SCHOELCHER

La vie des Noir-es compte, comme celle des racisé-es en général, aux Etats-Unis, en France, partout

mercredi 3 juin

Le racisme, systémique, d’Etat, qu’on l’appelle comme on veut, est un fait dans les sociétés occidentales, il faut être désormais aveugle pour l’ignorer. Pendant ce temps, son poison continue à se répandre et à tuer !

Justice pour George Floyd, pour Adama, justice pour toutes les victimes des violences policières et du racisme !

Sur le Web : Black lives matter !

Solidarité Kanaky - Bulletin 6 et 7 + autocollants

mercredi 3 juin

Organisations membres du Collectif Solidarité Kanaky

MJKF (Mouvement des Jeunes Kanak en France), USTKE (Union Syndicale des Travailleurs Kanak et des Exploités (en France), Union syndicale Solidaires, CNT (Confédération Nationale du Travail), Sindicatu di i Travagliadori Corsi, Ensemble !, NPA (Nouveau parti anticaptialiste), PIR (Parti des indigènes de la République), PCOF (Parti communiste des Ouvriers de France), Union communiste libertaire, Ni guerre ni État de Guerre, Association Survie, FASTI (Fédération des Associations de Solidarité avec Tou-te-s les Immigré-e-s), FUIQP (Front Uni des Immigrations et des Quartiers populaires.

Sur le Web : Solidarité Kanaky