Une interview de Luc Chatel

C’est lui qui le dit !

vendredi 18 novembre 2011
par  Sud Éducation Guyane

Lorsque SUD éducation, depuis des années, explique la direction des réformes en cours, certains collègues trouvent qu’on « exagère », qu’on fait « des procès d’intention », alors que chaque jour ce que nous annoncions se réalise un peu plus. Mais peut-être que nos collègues croiront davantage le ministre de l’Éducation Nationale… Voici quelques extraits d’un entretien de Luc Chatel publié dans Les échos du 18 novembre 2011.

- Poursuite des suppressions de poste

Luc Chatel : « oui, il sera possible de réduire encore le nombre de postes en ne remplaçant pas un certain nombre de départs à la retraite »

- Casse des statuts

Luc Chatel : « Il faut un temps global de présence réparti entre l’instruction, le soutien personnalisé, le travail pédagogique. »

- Recrutement par le chef d’établissement

Luc Chatel : « avec l’expérimentation "Clair", devenue "Eclair", nous testons un recrutement par le chef d’établissement car c’est lui qui est capable d’apprécier ses besoins. Il sera difficile de généraliser cela du jour au lendemain. Mais c’est l’horizon. »

- Mise en concurrence des établissements

A la question du journal : « Faut-il rendre publics les résultats des évaluations des élèves par établissement ? », Luc Chatel répond : « A terme, c’est nécessaire. (…) Mais il faut pour cela mettre en place des outils totalement objectifs (…) je ne suis pas contre le recours à un organisme indépendant. »

- Suppression totale de la carte scolaire

Luc Chatel : « Ce sera sans doute le point final d’une réforme en profondeur du système éducatif. C’est la liberté de choix des parents. Cela ne peut se faire que le jour où l’on aura des indicateurs totalement transparents et objectifs. C’est le cap qu’il faudra poursuivre. »

- Masteriation et casse de la formation

Luc Chatel : « la première année de mise en route s’est plutôt bien passée (…) Je crois que nous sommes sur la bonne voie ».
Ils ne s’arrêteront que là où nous les arrêterons !


Toutes les citations sont extraites de l’interview de Luc Chatel donné au quotidien les Echos


Commentaires

Agenda

<<

2018

 

<<

Août

>>

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
  12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
2728293031  

Brèves

Notre détermination est douce mais inébranlable

vendredi 8 juin

DEUX RDV CONTRE LA MONTAGNE D’OR :
CAYENNE - SAMEDI 16 JUIN – RDV PLACE DES PALMISTES – 16H00
SAINT-LAURENT - LUNDI 18 JUIN – RDV ROND-POINT DU STADE - 14H00

Halte à la gouvernance imbécile de la Guyane Contre la hiérarchie, pas de hiérarchie !

vendredi 18 mai

SUD éducation Guyane, à l’instar de son attachement et de la promotion des pédagogies alternatives, défend les principes de gouvernance alternative décidée collectivement par les usagers de l’éducation nationale.
SUD éducation Guyane attaché à ces principes anti-hiérarchiques ne souhaite [...] aucun recteur quel qu’il soit.
SUD éducation Guyane appelle tous les usagers de l’éducation nationale en Guyane à se réunir en assemblée générale et à convoquer des états généraux de la gouvernance de l’académie pour jeter les nouvelles bases de gestion et de gouvernance de notre académie, émancipée d’une hiérarchie inutile et incompétente.

GREVE - 22 MAI - FONCTION PUBLIQUE - GUYANE

samedi 12 mai

SAINT-LAURENT-DU-MARONI
CAYENNE
KOUROU

GREVE à l’appel de l’UTG, de la FSU, de la CDTG-CFDT, de l’UNSA, du SNETAA-FO et de Solidaires

1er mai - manifestation - Saint-Laurent - 9h30 - Château d’eau

vendredi 27 avril

Un 1er mai de lutte, social et internationaliste
Journée internationale de lutte des travailleurs/euses

SUD éducation Guyane appelle ses adhérent-e-s et sympathisant-e-s à rejoindre l’initiative de l’UTG et à se retrouver à 9h30 devant le Château d’eau. (prises de parole à 11h00 sur la place Flore Lithaw)

Les 9, 10 et 14 avril, sans attendre, amplifions les luttes !

jeudi 5 avril

Sur le terrain, dans les entreprises, les services, les départements et communes nous appelons nos équipes à poursuivre et amplifier leurs actions pour tisser des liens, fédérer les luttes et organiser l’offensive. La responsabilité du mouvement social est immense et nous devons être à la hauteur sans attendre. Il nous faut multiplier localement les initiatives de convergences devant des services publics (gares, hôpitaux, centres des finances, bureaux de postes, pôles emplois, écoles, EHPAD…) et les formes d’actions : rassemblements, actions, assemblées générales, grèves, diffusion de tracts, manifestations.