Explication

Mobilisation du 31 mai sur le maintien du pouvoir d’achat des agents du public

mercredi 25 mai 2011
par  Sud Éducation Guyane

Depuis plus de 10 ans les salaires des fonctionnaires baissent faute d’un rattrapage suffisant de l’inflation.

Les organisations syndicales appelant à la mobilisation du 31 mai formulent leur revendication en terme d’augmentation du point d’indice (en pourcentage). Sud éducation Guyane ne partage pas cette conception de la revalorisation car nous considérons que ces revendications creusent les écarts salariaux. Elles produisent une augmentation infime pour les bas salaires et une grosse pour les autres.

La solidarité ouvrière nécessite à notre sens de militer pour la réduction de l’éventail hiérarchique des salaires et contre tous les processus de distinction salariale « au mérite ». Pour ces raisons, Sud Éducation revendique le déroulement de carrière à la plus grande vitesse pour tous. Dans le même esprit, Sud Éducation se prononce pour la suppression de toutes les « Hors classe ».

Sud éducation est pour l’idée d’une augmentation uniforme :

300 euros mensuels pour tous ! Tous pour 300 euros !

Cette divergence de vue nous paraît suffisante pour ne pas participer à une énième journée mobilisation sans lendemain.

Cependant, la grève appartient à ceux qui la mènent et nous n’entendons pas démobiliser les personnes motivées sur cette question (la fédération SUD Éducation dépose des préavis toutes les semaines pour couvrir celles et ceux qui veulent se mettre en grève).


Commentaires

Agenda

<<

2019

 

<<

Mars

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
    123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Brèves

VENDREDI 15 mars - GREVE dans L’EDUCATION

jeudi 28 février

Appel à la grève
SNES-FSU - SNEP-FSU - SNUEP-FSU - SGEN-CFDT - STEG-UTG - SUD éducation - SNETAA-FO - SNETAP-FSU

Combattons le projet d’école Blanquer

samedi 23 février

Revendications de SUD éducation :

- L’abrogation de la réforme du lycée et du bac
- L’abrogation de la réforme de la voie professionnelle
- Le maintien du cadre national du baccalauréat, qui doit rester le premier grade universitaire et maintien d’un véritable anonymat lors des épreuves
- Une réduction des effectifs par classe en lycée (maximum 25 élèves) et la mise en place d’un dédoublement systématique par un cadrage national
- Le changement des EPLE en établissements polytechniques avec un enseignement qui garantisse à tou-te-s les élèves l’appropriation de tous les types de savoirs – qu’ils soient manuels, techniques,artistiques ou théoriques – reposant sur des pratiques pédagogiques coopératives et émancipatrices
- L’abandon du SNU et du service civique
- L’abandon du projet d’imposer une deuxième HSA dans le second degré
- L’abandon de la réforme des directions d’école
- Dans les écoles, un travail en équipe renforcé avec des moyens et du temps attribués aux écoles et non à des individu-e-s directeurs ou directrices. Une gestion collective des charges permettrait une prise en charge collégiale et/ou avec partage des tâches.
- Le respect de la liberté pédagogique des enseignant-e-s.
- La prise en main par les personnels eux-mêmes de leur formation pédagogique.

Jeudi 21 février - Journée d’action dans l’éducation

dimanche 17 février

SNES-FSU
SNEP-FSU
SNUEP-FSU
SUD éducation
SNETAA-FO
STEG-UTG
SGEN-CFDT
SNETAP-FSU

MARDI 12 FEVRIER - GREVE EDUCATION

jeudi 7 février

RENDEZ-VOUS
Cayenne - 9h00 - devant le Rectorat
Saint-Laurent - 9h00 - devant la Sous-préfecture

GREVE INTEPROFESSIONNELLE - PUBLIC-PRIVE - GUYANE - 5 FEVRIER

samedi 2 février

RENDEZ-VOUS
9h00 - Préfecture - Cayenne
9h00 - Sous-préfecture - Saint-Laurent