Appel du SNUIPP et de SUD Education Guyane.

C’EST À L’IEN DE CONDUIRE LES ENTRETIENS PROFESSIONNELS !

lundi 11 avril 2011
par  Sud Éducation Guyane

Un décret paru à l’été 2010 prévoit la fin du système actuel de notation des fonctionnaires d’ici au 1er janvier 2012 et son remplacement par un nouveau dispositif fondé sur le principe de l’entretien annuel avec le supérieur hiérarchique. Depuis cette année ce futur dispositif est en phase de test sur les collègues qui sont dans leur 2ème ou leur 20ème année de carrière (T2 et T20).

Tract entretiens professionnels

Luc Châtel avait annoncé la mise en place de ces entretiens de carrière dans son " pacte de carrière " dès le mois d’octobre 2010 : " les personnels de l’Éducation Nationale ne sont pas suffisamment accompagnés […] j’ai décidé d’impulser une nouvelle politique de ressources humaines ". Pourquoi alors ne pas accompagner correctement les stagiaires en leur redonnant accès à une formation digne de ce nom ? Et tout au long de la carrière, pourquoi supprimer la formation continue ?

Cette " nouvelle politique de ressources humaines " préfigure-t-elle un nouveau mode d’évaluation des personnels ? Quelles en sont les modalités précises et pour quelle finalité ? Le document ministériel précise que ces deux entretiens de carrière s’intégreront à terme dans un nouveau système d’évaluation concernant toute la fonction publique et prévoyant le principe d’un entretien d’appréciation annuel.

Dans un courrier daté du 27 janvier le recteur explique aux chefs d’établissements et aux IEN la mise en œuvre de ces entretiens.

Dans le second degré ce seront les chefs d’établissements ou leur adjoint qui en auront la responsabilité.

Dans le premier degré le courrier précise : " L’IEN de la circonscription, ou par délégation, un conseiller pédagogique ou le directeur de d’école (sous la réserve expresse de leur volontariat) sont chargés d’assurer ces entretiens ".

Le SNUIPP et SUD Éducation sont fermement opposés à ce que ces entretiens soient menés par une autre personne que le supérieur hiérarchique. Nos organisations appellent les conseillers pédagogiques et les directeurs à refuser de se substituer aux IEN.

En février, dans une audience avec le SNUIPP le ministère s’est engagé à ce que seuls les IEN conduisent ces entretiens. Dans ces conditions Le SNUIPP et SUD Éducation soutiendront dans leur démarche tous les collègues qui refuseront de participer à un entretien mené par un conseiller pédagogique ou le directeur de l’école.


Commentaires

Agenda

<<

2018

 

<<

Septembre

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
     12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930

Brèves

Notre détermination est douce mais inébranlable

vendredi 8 juin

DEUX RDV CONTRE LA MONTAGNE D’OR :
CAYENNE - SAMEDI 16 JUIN – RDV PLACE DES PALMISTES – 16H00
SAINT-LAURENT - LUNDI 18 JUIN – RDV ROND-POINT DU STADE - 14H00

Halte à la gouvernance imbécile de la Guyane Contre la hiérarchie, pas de hiérarchie !

vendredi 18 mai

SUD éducation Guyane, à l’instar de son attachement et de la promotion des pédagogies alternatives, défend les principes de gouvernance alternative décidée collectivement par les usagers de l’éducation nationale.
SUD éducation Guyane attaché à ces principes anti-hiérarchiques ne souhaite [...] aucun recteur quel qu’il soit.
SUD éducation Guyane appelle tous les usagers de l’éducation nationale en Guyane à se réunir en assemblée générale et à convoquer des états généraux de la gouvernance de l’académie pour jeter les nouvelles bases de gestion et de gouvernance de notre académie, émancipée d’une hiérarchie inutile et incompétente.

GREVE - 22 MAI - FONCTION PUBLIQUE - GUYANE

samedi 12 mai

SAINT-LAURENT-DU-MARONI
CAYENNE
KOUROU

GREVE à l’appel de l’UTG, de la FSU, de la CDTG-CFDT, de l’UNSA, du SNETAA-FO et de Solidaires

1er mai - manifestation - Saint-Laurent - 9h30 - Château d’eau

vendredi 27 avril

Un 1er mai de lutte, social et internationaliste
Journée internationale de lutte des travailleurs/euses

SUD éducation Guyane appelle ses adhérent-e-s et sympathisant-e-s à rejoindre l’initiative de l’UTG et à se retrouver à 9h30 devant le Château d’eau. (prises de parole à 11h00 sur la place Flore Lithaw)

Les 9, 10 et 14 avril, sans attendre, amplifions les luttes !

jeudi 5 avril

Sur le terrain, dans les entreprises, les services, les départements et communes nous appelons nos équipes à poursuivre et amplifier leurs actions pour tisser des liens, fédérer les luttes et organiser l’offensive. La responsabilité du mouvement social est immense et nous devons être à la hauteur sans attendre. Il nous faut multiplier localement les initiatives de convergences devant des services publics (gares, hôpitaux, centres des finances, bureaux de postes, pôles emplois, écoles, EHPAD…) et les formes d’actions : rassemblements, actions, assemblées générales, grèves, diffusion de tracts, manifestations.