Communiqué de presse

CLAIR : de l’éducation prioritaire au tout sécuritaire

mardi 1er février 2011
par  Sud Éducation Guyane

Depuis la rentrée 2010, 105 établissements de 10 académies expérimentent le dispositif CLAIR (Collèges et Lycées pour l’Ambition, l’Innovation et la Réussite). Ce dispositif émane de l’éminence grise du président de la république : notre ancien recteur Jean Michel Blanquer.

Jusqu’à présent aucun établissement de l’académie de la Guyane n’était concerné. Les informations qui nous sont parvenues laissent entendre que cela ne sera plus le cas à la rentrée prochaine.

CE QUE CONTIENT LE DISPOSITIF

- Les pleins pouvoirs aux chefs d’établissements.

La circulaire de mise en place du 7 juillet 2010 précise : « Le recrutement des personnels enseignants, d’éducation, administratifs, sociaux et de santé dans les établissements relevant du programme Clair sera effectué sur proposition des chefs d’établissement ».
Par ailleurs, Gérard Longuet a déclaré le 3 novembre 2010 : « Il faut un patron qui puisse entrer dans les classes et exfiltrer les enseignants qui sont en rupture avec le projet d’établissement ».(voir article de RUE89)

- Le profilage des postes.

Il permettra aux chefs d’établissement de recruter lui-même ses personnels et donc de renforcer son autorité sur eux. Ces postes seront assortis d’une obligation de stabilité de 5 ans et d’une lettre de mission de trois ans alignés sur le projet d’établissement. Qu’adviendra-t-il des personnels qui refuseront de signer ces lettres ou de postuler à un poste profilé pour rester dans leur établissement ? La même circulaire précise : « Les personnels enseignants, d’éducation, administratifs, sociaux et de santé qui n’adhèrent pas au nouveau projet seront encouragés à rechercher une affectation plus conforme à leurs souhaits ». Quelle forme prendra cet encouragement ?

- Une invention : le préfet des études (terme inventé par les jésuites pour leurs écoles au 16ème siècle !) qui constituera une sorte de nouvel échelon hiérarchique.
La circulaire le définit ainsi : « Membre de l’équipe de direction, chaque préfet des études est, sous l’autorité du chef d’établissement, le responsable pédagogique et éducatif du niveau de classe qui lui est confié. »

- Un traitement purement sécuritaire du problème de l’échec scolaire : diagnostic police sur l’établissement, collaboration avec les équipes mobiles de sécurité.

Cerise sur le gâteau, pas de moyens supplémentaires pour les établissements CLAIR. Certains établissements désignés pour être CLAIR se sont même vus supprimer des moyens vie scolaire !

Avec le dispositif CLAIR et son extension aux écoles (ECLAIR) à la rentrée 2011, c’est une véritable machine de guerre contre l’éducation prioritaire (Réseaux Ambition Réussite) qui se met en place.

Note du recteur sur le programme CLAIR
Document que nous avons reçu le 31 janvier 2011

Nous refusons cette politique qui ne vise qu’à étendre le tout sécuritaire dans nos établissements au lieu de véritablement donner les moyens pour lutter contre le véritable problème de l’échec scolaire. Et nous entendons bien la combattre.

SUD Éducation Guyane appelle l’ensemble des collègues du premier et du second degré à se battre contre sa mise en place comme ont commencé à le faire les enseignants d’Apatou. D’autres s’organisent aussi et nous nous réjouissons de voir cette mobilisation s’étendre.


Commentaires

Agenda

<<

2019

 

<<

Mars

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
    123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Brèves

VENDREDI 15 mars - GREVE dans L’EDUCATION

jeudi 28 février

Appel à la grève
SNES-FSU - SNEP-FSU - SNUEP-FSU - SGEN-CFDT - STEG-UTG - SUD éducation - SNETAA-FO - SNETAP-FSU

Combattons le projet d’école Blanquer

samedi 23 février

Revendications de SUD éducation :

- L’abrogation de la réforme du lycée et du bac
- L’abrogation de la réforme de la voie professionnelle
- Le maintien du cadre national du baccalauréat, qui doit rester le premier grade universitaire et maintien d’un véritable anonymat lors des épreuves
- Une réduction des effectifs par classe en lycée (maximum 25 élèves) et la mise en place d’un dédoublement systématique par un cadrage national
- Le changement des EPLE en établissements polytechniques avec un enseignement qui garantisse à tou-te-s les élèves l’appropriation de tous les types de savoirs – qu’ils soient manuels, techniques,artistiques ou théoriques – reposant sur des pratiques pédagogiques coopératives et émancipatrices
- L’abandon du SNU et du service civique
- L’abandon du projet d’imposer une deuxième HSA dans le second degré
- L’abandon de la réforme des directions d’école
- Dans les écoles, un travail en équipe renforcé avec des moyens et du temps attribués aux écoles et non à des individu-e-s directeurs ou directrices. Une gestion collective des charges permettrait une prise en charge collégiale et/ou avec partage des tâches.
- Le respect de la liberté pédagogique des enseignant-e-s.
- La prise en main par les personnels eux-mêmes de leur formation pédagogique.

Jeudi 21 février - Journée d’action dans l’éducation

dimanche 17 février

SNES-FSU
SNEP-FSU
SNUEP-FSU
SUD éducation
SNETAA-FO
STEG-UTG
SGEN-CFDT
SNETAP-FSU

MARDI 12 FEVRIER - GREVE EDUCATION

jeudi 7 février

RENDEZ-VOUS
Cayenne - 9h00 - devant le Rectorat
Saint-Laurent - 9h00 - devant la Sous-préfecture

GREVE INTEPROFESSIONNELLE - PUBLIC-PRIVE - GUYANE - 5 FEVRIER

samedi 2 février

RENDEZ-VOUS
9h00 - Préfecture - Cayenne
9h00 - Sous-préfecture - Saint-Laurent