Évaluations académiques

Evaluations en grande section à la "va vite"

samedi 22 mai 2010
par  Sud Éducation Guyane

Les collègues de Grande Section ont appris jeudi 20 mai qu’ils devaient rendre les évaluations académiques de leurs élèves pour le 4 juin. Ils ne disposeront que des 3 jours ouvrés la semaine prochaine pour effectuer les passations (sans compter la journée nationale de grève du 27). Ces évaluations sont individuelles et requièrent un temps de travail de plus de 60 minutes par élève. Le calcul n’est pas sorcier, en ne faisant que cela, les enseignants pourront au mieux s’acquitter de 6 évaluations par jour. L’administration a prévu que le reste de leurs élèves sera laissé à la surveillance de l’ATSEM pendant toute la journée. Les parents seront heureux d’apprendre que leur enfant sera à la garderie pendant toute une semaine !

Il est également demandé aux enseignants des petites et moyennes sections d’entrer dans le dispositif en laissant également leurs élèves aux ATSEM. Comment peut-on envisager de demander à des enseignants, le vendredi 21 mai après la classe, d’organiser la mise en place d’évaluations pour la semaine suivante dans des conditions inacceptables : les élèves seraient confiés au personnel communal qui très légitimement pourrait refuser, les parents des élèves de petites et moyennes sections pourraient ne pas être d’accord pour que leur enfant ne bénéficie pas de mise en place d’activités pédagogiques pendant une semaine. Qui est responsable si un accident survient alors que l’enseignant est occupé tout à fait ailleurs avec un seul élève ? Pourquoi impulser cette action dans l’urgence alors que certains enseignants ont assisté à des animations pédagogiques sur le thème des évaluations et que rien de la sorte n’a été évoqué ?

Cette initiative inepte ne prend en compte ni les difficultés de gestion que ces évaluations vont entraîner au sein des classes, ni les capacités de concentration et de travail des petits élèves de 5/6 ans.
Rajoutons que les enseignants sont tenus d’organiser leur travail et qu’ils ont des progressions à suivre. Exiger que des évaluations soient faites dans la précipitation dénote une totale absence de respect pour le travail des enseignants.

Par ailleurs nous nous questionnons sur la finalité de ces évaluations. S’agit-il de classer les établissements, de juger le travail des enseignants sans tenir compte de la population ou des moyens dont ils disposent ?

Plutôt que de perdre du temps et de l’énergie à la multiplication des évaluations, il serait préférable de se concentrer sur la recherche de solutions pour que tous les enfants de maternelle soient scolarisés dans des conditions décentes.

Le SNUipp-Guyane et Sud Éducation Guyane soutiendront tous les collègues qui le souhaitent dans leurs actions de boycott.

Ils les encouragent fortement à ne pas tenir compte des délais imposés par l’administration, à passer leurs évaluations selon leurs modalités qui seront les mieux adaptées à leurs élèves.

SNUipp-Guyane
SUD Éducation Guyane


Commentaires

Agenda

<<

2019

 

<<

Mars

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
    123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Brèves

VENDREDI 15 mars - GREVE dans L’EDUCATION

jeudi 28 février

Appel à la grève
SNES-FSU - SNEP-FSU - SNUEP-FSU - SGEN-CFDT - STEG-UTG - SUD éducation - SNETAA-FO - SNETAP-FSU

Combattons le projet d’école Blanquer

samedi 23 février

Revendications de SUD éducation :

- L’abrogation de la réforme du lycée et du bac
- L’abrogation de la réforme de la voie professionnelle
- Le maintien du cadre national du baccalauréat, qui doit rester le premier grade universitaire et maintien d’un véritable anonymat lors des épreuves
- Une réduction des effectifs par classe en lycée (maximum 25 élèves) et la mise en place d’un dédoublement systématique par un cadrage national
- Le changement des EPLE en établissements polytechniques avec un enseignement qui garantisse à tou-te-s les élèves l’appropriation de tous les types de savoirs – qu’ils soient manuels, techniques,artistiques ou théoriques – reposant sur des pratiques pédagogiques coopératives et émancipatrices
- L’abandon du SNU et du service civique
- L’abandon du projet d’imposer une deuxième HSA dans le second degré
- L’abandon de la réforme des directions d’école
- Dans les écoles, un travail en équipe renforcé avec des moyens et du temps attribués aux écoles et non à des individu-e-s directeurs ou directrices. Une gestion collective des charges permettrait une prise en charge collégiale et/ou avec partage des tâches.
- Le respect de la liberté pédagogique des enseignant-e-s.
- La prise en main par les personnels eux-mêmes de leur formation pédagogique.

Jeudi 21 février - Journée d’action dans l’éducation

dimanche 17 février

SNES-FSU
SNEP-FSU
SNUEP-FSU
SUD éducation
SNETAA-FO
STEG-UTG
SGEN-CFDT
SNETAP-FSU

MARDI 12 FEVRIER - GREVE EDUCATION

jeudi 7 février

RENDEZ-VOUS
Cayenne - 9h00 - devant le Rectorat
Saint-Laurent - 9h00 - devant la Sous-préfecture

GREVE INTEPROFESSIONNELLE - PUBLIC-PRIVE - GUYANE - 5 FEVRIER

samedi 2 février

RENDEZ-VOUS
9h00 - Préfecture - Cayenne
9h00 - Sous-préfecture - Saint-Laurent