Évaluations académiques

Evaluations en grande section à la "va vite"

samedi 22 mai 2010
par  Sud Éducation Guyane

Les collègues de Grande Section ont appris jeudi 20 mai qu’ils devaient rendre les évaluations académiques de leurs élèves pour le 4 juin. Ils ne disposeront que des 3 jours ouvrés la semaine prochaine pour effectuer les passations (sans compter la journée nationale de grève du 27). Ces évaluations sont individuelles et requièrent un temps de travail de plus de 60 minutes par élève. Le calcul n’est pas sorcier, en ne faisant que cela, les enseignants pourront au mieux s’acquitter de 6 évaluations par jour. L’administration a prévu que le reste de leurs élèves sera laissé à la surveillance de l’ATSEM pendant toute la journée. Les parents seront heureux d’apprendre que leur enfant sera à la garderie pendant toute une semaine !

Il est également demandé aux enseignants des petites et moyennes sections d’entrer dans le dispositif en laissant également leurs élèves aux ATSEM. Comment peut-on envisager de demander à des enseignants, le vendredi 21 mai après la classe, d’organiser la mise en place d’évaluations pour la semaine suivante dans des conditions inacceptables : les élèves seraient confiés au personnel communal qui très légitimement pourrait refuser, les parents des élèves de petites et moyennes sections pourraient ne pas être d’accord pour que leur enfant ne bénéficie pas de mise en place d’activités pédagogiques pendant une semaine. Qui est responsable si un accident survient alors que l’enseignant est occupé tout à fait ailleurs avec un seul élève ? Pourquoi impulser cette action dans l’urgence alors que certains enseignants ont assisté à des animations pédagogiques sur le thème des évaluations et que rien de la sorte n’a été évoqué ?

Cette initiative inepte ne prend en compte ni les difficultés de gestion que ces évaluations vont entraîner au sein des classes, ni les capacités de concentration et de travail des petits élèves de 5/6 ans.
Rajoutons que les enseignants sont tenus d’organiser leur travail et qu’ils ont des progressions à suivre. Exiger que des évaluations soient faites dans la précipitation dénote une totale absence de respect pour le travail des enseignants.

Par ailleurs nous nous questionnons sur la finalité de ces évaluations. S’agit-il de classer les établissements, de juger le travail des enseignants sans tenir compte de la population ou des moyens dont ils disposent ?

Plutôt que de perdre du temps et de l’énergie à la multiplication des évaluations, il serait préférable de se concentrer sur la recherche de solutions pour que tous les enfants de maternelle soient scolarisés dans des conditions décentes.

Le SNUipp-Guyane et Sud Éducation Guyane soutiendront tous les collègues qui le souhaitent dans leurs actions de boycott.

Ils les encouragent fortement à ne pas tenir compte des délais imposés par l’administration, à passer leurs évaluations selon leurs modalités qui seront les mieux adaptées à leurs élèves.

SNUipp-Guyane
SUD Éducation Guyane


Commentaires

Agenda

<<

2020

 

<<

Octobre

>>

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
   1234
567891011
12131415161718
19202122232425
262728293031 

Brèves

En Guyane : deuil, recueillement et solidarité

dimanche 18 octobre

LUNDI 19 OCTOBRE - 18H00

PREFECTURE DE CAYENNE
SOUS-PREFECTURE DE SAINT-LAURENT
MAIRIE DE KOUROU

Solidaires Fonction publique

mardi 28 juillet

- Compte rendu du Csfpe du 16 juillet 2020 : destruction des Chsct & remise en cause des cap
(tract)

- Rendez-vous salarial du 24 juillet 2020 : pipeau, clarinette et flûte à bec
(tract)

MARDI 21 JUILLET 2020 : MOBILISATION DE LA GUYANE

mardi 21 juillet

RENDEZ-VOUS
8H00
PLACE VICTOR HUGO
EX STATUE VICTOR SCHOELCHER

La vie des Noir-es compte, comme celle des racisé-es en général, aux Etats-Unis, en France, partout

mercredi 3 juin

Le racisme, systémique, d’Etat, qu’on l’appelle comme on veut, est un fait dans les sociétés occidentales, il faut être désormais aveugle pour l’ignorer. Pendant ce temps, son poison continue à se répandre et à tuer !

Justice pour George Floyd, pour Adama, justice pour toutes les victimes des violences policières et du racisme !

Sur le Web : Black lives matter !

Solidarité Kanaky - Bulletin 6 et 7 + autocollants

mercredi 3 juin

Organisations membres du Collectif Solidarité Kanaky

MJKF (Mouvement des Jeunes Kanak en France), USTKE (Union Syndicale des Travailleurs Kanak et des Exploités (en France), Union syndicale Solidaires, CNT (Confédération Nationale du Travail), Sindicatu di i Travagliadori Corsi, Ensemble !, NPA (Nouveau parti anticaptialiste), PIR (Parti des indigènes de la République), PCOF (Parti communiste des Ouvriers de France), Union communiste libertaire, Ni guerre ni État de Guerre, Association Survie, FASTI (Fédération des Associations de Solidarité avec Tou-te-s les Immigré-e-s), FUIQP (Front Uni des Immigrations et des Quartiers populaires.

Sur le Web : Solidarité Kanaky