Investir dans l’éducation, c’est nécessaire… et c’est possible !

dimanche 28 septembre 2008
par  Sud Éducation Guyane

L’une des raisons invoquées par Sarko et Darcos pour réduire le nombre de postes dans l’éducation nationale (et plus généralement dans les services publics), c’est que cela coûte de plus en plus cher à l’état et que le budget de l’éducation ne cesse d’augmenter.

Que disent les chiffres :

Évolution de la part de la Dépense Intérieure d’Éducation (D.I.E.) [1] dans le P.I.B.

D.I.E. en milliards d’euros P.I.B. en milliards d’euros Part de la D.I.E. dans le P.I.B.
1980 28,5 445,3 6,4%
1985 50,7 756,7 6,7%
1990 68 1030,3 6,6%
1995 91,3 1201,3 7,6%
2000 105,4 1443,8 7,3%
2001 107,2 1488,9 7,2%
2002 111,9 1554,2 7,2%
2003 113,1 1593 7,1%
2004 115,6 1651,4 7%
2005 117,7 1705,8 6,9%
2006 121,4 1785,3 6,8%

Source : Note d’information N° 07-41 de décembre 2007 de la Direction de l’évaluation et de la performance du ministère de l’éducation.

La deuxième colonne semble leur donner raison. Depuis 1980, la Dépense Intérieure d’Éducation est passée de 28,5 à 121,4 milliards d’euros. Soit une augmentation
annuelle de 3,6 milliards d’euros.

Mais en regardant de plus prés on constate que depuis 1995, la part de la D.I.E. dans le P.I.B. (Produit intérieur brut = Richesse nationale) ne cesse de diminuer. En 1995, lorsque
la France produisait 100 € de richesse, elle en consacrait 7,6 à l’éducation. En 2006, elle n’en consacre plus que 6,8. Cette baisse de 0,8 points semble dérisoire. Pourtant si on fait le calcul pour 2006 cela représente 14,2 milliards d’euros par an !!! Combien de postes peut-on créer avec 14,2 milliards d’euros ?
Remarquons au passage que, contrairement au slogan "y a plus de sous dans les caisses", la France est de plus en plus riche puisque son P.I.B. passe de 445 milliards d’euros en 1980 à 1785 en 2006.

Enfin consacrer 7% environ de la richesse nationale à la formation des jeunes (25% de la population), parait quand même bien insuffisant.

Alors, assez de discours mensongers, investissez dans l’éducation !


[1La DIE (Dépense Intérieure d’Éducation) est l’ensemble des dépenses d’éducation réalisées par l’état, les collectivités territoriales, les familles,…


Commentaires

Agenda

<<

2018

 

<<

Novembre

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
   1234
567891011
12131415161718
19202122232425
2627282930  
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Brèves

Le 12 novembre 2018 : toutes et tous engagé-e-s pour une école de qualité en Guyane !

mercredi 7 novembre

Toutes et tous en grève le 12 novembre 2018 !

SGEN-CFDT
SNETAA-FO
SUD éducation
UNSA éducation
FSU

A Cayenne, 8h00 devant le rectorat de Guyane
A Saint Laurent du Maroni, 8h00 devant l’inspection académique

GREVE INTEPROFESSIONNELLE - GUYANE - 9 OCTOBRE

lundi 24 septembre

A l’appel de :
FSU
SNETAA-FO
SUD éducation

Rassemblement :
Cayenne 9h00 Préfecture
Kourou 9h00 Mairie
Saint-Laurent 9h00 Sous-préfecture

LYCEE PRO - GUYANE - GREVE et RASSEMBLEMENT LE 27 SEPTEMBRE

mercredi 19 septembre

Appel à la grève en Guyane et à un rassemblement devant la Préfecture à 9h00

SNUEP-FSU
SNEP-FSU
SUD éducation Guyane
STEG-UTG

- Derrière la communication, une nouvelle attaque contre le LP

Notre détermination est douce mais inébranlable

vendredi 8 juin

DEUX RDV CONTRE LA MONTAGNE D’OR :
CAYENNE - SAMEDI 16 JUIN – RDV PLACE DES PALMISTES – 16H00
SAINT-LAURENT - LUNDI 18 JUIN – RDV ROND-POINT DU STADE - 14H00

Halte à la gouvernance imbécile de la Guyane Contre la hiérarchie, pas de hiérarchie !

vendredi 18 mai

SUD éducation Guyane, à l’instar de son attachement et de la promotion des pédagogies alternatives, défend les principes de gouvernance alternative décidée collectivement par les usagers de l’éducation nationale.
SUD éducation Guyane attaché à ces principes anti-hiérarchiques ne souhaite [...] aucun recteur quel qu’il soit.
SUD éducation Guyane appelle tous les usagers de l’éducation nationale en Guyane à se réunir en assemblée générale et à convoquer des états généraux de la gouvernance de l’académie pour jeter les nouvelles bases de gestion et de gouvernance de notre académie, émancipée d’une hiérarchie inutile et incompétente.