Investir dans l’éducation, c’est nécessaire… et c’est possible !

dimanche 28 septembre 2008
par  Sud Éducation Guyane

L’une des raisons invoquées par Sarko et Darcos pour réduire le nombre de postes dans l’éducation nationale (et plus généralement dans les services publics), c’est que cela coûte de plus en plus cher à l’état et que le budget de l’éducation ne cesse d’augmenter.

Que disent les chiffres :

Évolution de la part de la Dépense Intérieure d’Éducation (D.I.E.) [1] dans le P.I.B.

D.I.E. en milliards d’euros P.I.B. en milliards d’euros Part de la D.I.E. dans le P.I.B.
1980 28,5 445,3 6,4%
1985 50,7 756,7 6,7%
1990 68 1030,3 6,6%
1995 91,3 1201,3 7,6%
2000 105,4 1443,8 7,3%
2001 107,2 1488,9 7,2%
2002 111,9 1554,2 7,2%
2003 113,1 1593 7,1%
2004 115,6 1651,4 7%
2005 117,7 1705,8 6,9%
2006 121,4 1785,3 6,8%

Source : Note d’information N° 07-41 de décembre 2007 de la Direction de l’évaluation et de la performance du ministère de l’éducation.

La deuxième colonne semble leur donner raison. Depuis 1980, la Dépense Intérieure d’Éducation est passée de 28,5 à 121,4 milliards d’euros. Soit une augmentation
annuelle de 3,6 milliards d’euros.

Mais en regardant de plus prés on constate que depuis 1995, la part de la D.I.E. dans le P.I.B. (Produit intérieur brut = Richesse nationale) ne cesse de diminuer. En 1995, lorsque
la France produisait 100 € de richesse, elle en consacrait 7,6 à l’éducation. En 2006, elle n’en consacre plus que 6,8. Cette baisse de 0,8 points semble dérisoire. Pourtant si on fait le calcul pour 2006 cela représente 14,2 milliards d’euros par an !!! Combien de postes peut-on créer avec 14,2 milliards d’euros ?
Remarquons au passage que, contrairement au slogan "y a plus de sous dans les caisses", la France est de plus en plus riche puisque son P.I.B. passe de 445 milliards d’euros en 1980 à 1785 en 2006.

Enfin consacrer 7% environ de la richesse nationale à la formation des jeunes (25% de la population), parait quand même bien insuffisant.

Alors, assez de discours mensongers, investissez dans l’éducation !


[1La DIE (Dépense Intérieure d’Éducation) est l’ensemble des dépenses d’éducation réalisées par l’état, les collectivités territoriales, les familles,…


Commentaires

Agenda

<<

2018

 

<<

Juin

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
    123
45678910
11121314151617
18192021222324
252627282930 
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Brèves

Notre détermination est douce mais inébranlable

vendredi 8 juin

DEUX RDV CONTRE LA MONTAGNE D’OR :
CAYENNE - SAMEDI 16 JUIN – RDV PLACE DES PALMISTES – 16H00
SAINT-LAURENT - LUNDI 18 JUIN – RDV ROND-POINT DU STADE - 14H00

Halte à la gouvernance imbécile de la Guyane Contre la hiérarchie, pas de hiérarchie !

vendredi 18 mai

SUD éducation Guyane, à l’instar de son attachement et de la promotion des pédagogies alternatives, défend les principes de gouvernance alternative décidée collectivement par les usagers de l’éducation nationale.
SUD éducation Guyane attaché à ces principes anti-hiérarchiques ne souhaite [...] aucun recteur quel qu’il soit.
SUD éducation Guyane appelle tous les usagers de l’éducation nationale en Guyane à se réunir en assemblée générale et à convoquer des états généraux de la gouvernance de l’académie pour jeter les nouvelles bases de gestion et de gouvernance de notre académie, émancipée d’une hiérarchie inutile et incompétente.

GREVE - 22 MAI - FONCTION PUBLIQUE - GUYANE

samedi 12 mai

SAINT-LAURENT-DU-MARONI
CAYENNE
KOUROU

GREVE à l’appel de l’UTG, de la FSU, de la CDTG-CFDT, de l’UNSA, du SNETAA-FO et de Solidaires

1er mai - manifestation - Saint-Laurent - 9h30 - Château d’eau

vendredi 27 avril

Un 1er mai de lutte, social et internationaliste
Journée internationale de lutte des travailleurs/euses

SUD éducation Guyane appelle ses adhérent-e-s et sympathisant-e-s à rejoindre l’initiative de l’UTG et à se retrouver à 9h30 devant le Château d’eau. (prises de parole à 11h00 sur la place Flore Lithaw)

Les 9, 10 et 14 avril, sans attendre, amplifions les luttes !

jeudi 5 avril

Sur le terrain, dans les entreprises, les services, les départements et communes nous appelons nos équipes à poursuivre et amplifier leurs actions pour tisser des liens, fédérer les luttes et organiser l’offensive. La responsabilité du mouvement social est immense et nous devons être à la hauteur sans attendre. Il nous faut multiplier localement les initiatives de convergences devant des services publics (gares, hôpitaux, centres des finances, bureaux de postes, pôles emplois, écoles, EHPAD…) et les formes d’actions : rassemblements, actions, assemblées générales, grèves, diffusion de tracts, manifestations.