Communiqué de presse

Bermudas à Saint Laurent du Maroni

mardi 25 septembre 2007
par  Sud Éducation Guyane

Le syndicat SUD éducation Guyane s’indigne des méthodes qui s’apparentent à du harcèlement de certains chefs d’établissement de la Guyane et tient à porter à la connaissance de la population les faits suivants.

Depuis la rentrée le principal d’un collège demande aux professeurs hommes de ne plus venir travailler en bermuda. Cette exigence, qui s’appuie sur une loi
discriminatoire en dépit du bon sens (hygrométrie, température...), révèle une volonté d’asseoir son autorité de manière arbitraire Nous déplorons que sous notre
climat équatorial une telle remarque puisse être faite à des collègues à qui, par ailleurs, personne (ni inspecteur, ni collègue, ni parent) n’a rien à reprocher.

SUD éducation Guyane dénonce une mesure sexiste et autoritariste, non argumentée par des arguments laïques puisqu’il ne viendrait à personne l’idée de
demander aux femmes de ne plus venir en jupe ou en robe afin de couvrir leurs mollets. D’ailleurs, il y a 40 ans, les premières femmes à venir en pantalon ont eu
quelques soucis. Il faut savoir avancer, évoluer et ne pas reproduire les erreurs regrettables du passé.

Nous rappelons que les chefs d’établissement n’ont pas, à notre avis, à s’immiscer dans la vie privée des enseignants pour leur imposer une tenue vestimentaire
et qu’il s’agit là d’un délit d’ingérence que nous condamnons même si une la loi archaïque leur donne raison. Si nous pouvons comprendre que, dans certains cas,
une tenue spéciale puisse être exigée en tenant compte de considérations d’hygiène et de sécurité, il apparaît qu’aucun de ces arguments ne tient dans un collège d
’enseignement général car il ne suffit pas de mettre un pantalon pour être un bon prof, ça se saurait ! L’image d’un collège est liée à la qualité de ses enseignants,
aux projets menés et aux relations cordiales et respectueuses entre les différents membres de la communauté éducative et les familles.
Nous déplorons les conséquences dramatiques de cette histoire puisqu’un collègue, profondément marqué par ce qu’il a subi comme du harcèlement, et refusant
de se plier au caprice de Monsieur le Principal a préféré se mettre en disponibilité et ne plus percevoir son salaire car il estime ne pas pouvoir faire cours dans un
climat de sérénité.

SUD éducation Guyane dénonce les pratiques autoritaires de tous les chefs d’établissement et réaffirme que nous n’entendons pas voir pourrir nos conditions de
travail par de telles méthodes. L’autorité s’acquiert par la compétence et personne n’obtiendra jamais rien en se fourvoyant dans des pratiques autoritaristes,
arbitraires et dénuées de bon sens.

En conséquence, nous appelons les personnels de tous les établissements scolaires de Guyane à venir travailler en bermuda en signe de solidarité et de soutien
aux collègues incriminés et à continuer de démontrer qu’on travaille mieux quand on se sent bien dans ses savates.

Le secrétariat de SUD Éducation Guyane.


Commentaires

Agenda

<<

2019

 

<<

Mars

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
    123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Brèves

VENDREDI 15 mars - GREVE dans L’EDUCATION

jeudi 28 février

Appel à la grève
SNES-FSU - SNEP-FSU - SNUEP-FSU - SGEN-CFDT - STEG-UTG - SUD éducation - SNETAA-FO - SNETAP-FSU

Combattons le projet d’école Blanquer

samedi 23 février

Revendications de SUD éducation :

- L’abrogation de la réforme du lycée et du bac
- L’abrogation de la réforme de la voie professionnelle
- Le maintien du cadre national du baccalauréat, qui doit rester le premier grade universitaire et maintien d’un véritable anonymat lors des épreuves
- Une réduction des effectifs par classe en lycée (maximum 25 élèves) et la mise en place d’un dédoublement systématique par un cadrage national
- Le changement des EPLE en établissements polytechniques avec un enseignement qui garantisse à tou-te-s les élèves l’appropriation de tous les types de savoirs – qu’ils soient manuels, techniques,artistiques ou théoriques – reposant sur des pratiques pédagogiques coopératives et émancipatrices
- L’abandon du SNU et du service civique
- L’abandon du projet d’imposer une deuxième HSA dans le second degré
- L’abandon de la réforme des directions d’école
- Dans les écoles, un travail en équipe renforcé avec des moyens et du temps attribués aux écoles et non à des individu-e-s directeurs ou directrices. Une gestion collective des charges permettrait une prise en charge collégiale et/ou avec partage des tâches.
- Le respect de la liberté pédagogique des enseignant-e-s.
- La prise en main par les personnels eux-mêmes de leur formation pédagogique.

Jeudi 21 février - Journée d’action dans l’éducation

dimanche 17 février

SNES-FSU
SNEP-FSU
SNUEP-FSU
SUD éducation
SNETAA-FO
STEG-UTG
SGEN-CFDT
SNETAP-FSU

MARDI 12 FEVRIER - GREVE EDUCATION

jeudi 7 février

RENDEZ-VOUS
Cayenne - 9h00 - devant le Rectorat
Saint-Laurent - 9h00 - devant la Sous-préfecture

GREVE INTEPROFESSIONNELLE - PUBLIC-PRIVE - GUYANE - 5 FEVRIER

samedi 2 février

RENDEZ-VOUS
9h00 - Préfecture - Cayenne
9h00 - Sous-préfecture - Saint-Laurent