Communiqué de presse

Bermudas à Saint Laurent du Maroni

mardi 25 septembre 2007
par  Sud Éducation Guyane

Le syndicat SUD éducation Guyane s’indigne des méthodes qui s’apparentent à du harcèlement de certains chefs d’établissement de la Guyane et tient à porter à la connaissance de la population les faits suivants.

Depuis la rentrée le principal d’un collège demande aux professeurs hommes de ne plus venir travailler en bermuda. Cette exigence, qui s’appuie sur une loi
discriminatoire en dépit du bon sens (hygrométrie, température...), révèle une volonté d’asseoir son autorité de manière arbitraire Nous déplorons que sous notre
climat équatorial une telle remarque puisse être faite à des collègues à qui, par ailleurs, personne (ni inspecteur, ni collègue, ni parent) n’a rien à reprocher.

SUD éducation Guyane dénonce une mesure sexiste et autoritariste, non argumentée par des arguments laïques puisqu’il ne viendrait à personne l’idée de
demander aux femmes de ne plus venir en jupe ou en robe afin de couvrir leurs mollets. D’ailleurs, il y a 40 ans, les premières femmes à venir en pantalon ont eu
quelques soucis. Il faut savoir avancer, évoluer et ne pas reproduire les erreurs regrettables du passé.

Nous rappelons que les chefs d’établissement n’ont pas, à notre avis, à s’immiscer dans la vie privée des enseignants pour leur imposer une tenue vestimentaire
et qu’il s’agit là d’un délit d’ingérence que nous condamnons même si une la loi archaïque leur donne raison. Si nous pouvons comprendre que, dans certains cas,
une tenue spéciale puisse être exigée en tenant compte de considérations d’hygiène et de sécurité, il apparaît qu’aucun de ces arguments ne tient dans un collège d
’enseignement général car il ne suffit pas de mettre un pantalon pour être un bon prof, ça se saurait ! L’image d’un collège est liée à la qualité de ses enseignants,
aux projets menés et aux relations cordiales et respectueuses entre les différents membres de la communauté éducative et les familles.
Nous déplorons les conséquences dramatiques de cette histoire puisqu’un collègue, profondément marqué par ce qu’il a subi comme du harcèlement, et refusant
de se plier au caprice de Monsieur le Principal a préféré se mettre en disponibilité et ne plus percevoir son salaire car il estime ne pas pouvoir faire cours dans un
climat de sérénité.

SUD éducation Guyane dénonce les pratiques autoritaires de tous les chefs d’établissement et réaffirme que nous n’entendons pas voir pourrir nos conditions de
travail par de telles méthodes. L’autorité s’acquiert par la compétence et personne n’obtiendra jamais rien en se fourvoyant dans des pratiques autoritaristes,
arbitraires et dénuées de bon sens.

En conséquence, nous appelons les personnels de tous les établissements scolaires de Guyane à venir travailler en bermuda en signe de solidarité et de soutien
aux collègues incriminés et à continuer de démontrer qu’on travaille mieux quand on se sent bien dans ses savates.

Le secrétariat de SUD Éducation Guyane.


Commentaires

Agenda

<<

2020

 

<<

Septembre

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
 123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
282930    
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Brèves

Solidaires Fonction publique

mardi 28 juillet

- Compte rendu du Csfpe du 16 juillet 2020 : destruction des Chsct & remise en cause des cap
(tract)

- Rendez-vous salarial du 24 juillet 2020 : pipeau, clarinette et flûte à bec
(tract)

MARDI 21 JUILLET 2020 : MOBILISATION DE LA GUYANE

mardi 21 juillet

RENDEZ-VOUS
8H00
PLACE VICTOR HUGO
EX STATUE VICTOR SCHOELCHER

La vie des Noir-es compte, comme celle des racisé-es en général, aux Etats-Unis, en France, partout

mercredi 3 juin

Le racisme, systémique, d’Etat, qu’on l’appelle comme on veut, est un fait dans les sociétés occidentales, il faut être désormais aveugle pour l’ignorer. Pendant ce temps, son poison continue à se répandre et à tuer !

Justice pour George Floyd, pour Adama, justice pour toutes les victimes des violences policières et du racisme !

Sur le Web : Black lives matter !

Solidarité Kanaky - Bulletin 6 et 7 + autocollants

mercredi 3 juin

Organisations membres du Collectif Solidarité Kanaky

MJKF (Mouvement des Jeunes Kanak en France), USTKE (Union Syndicale des Travailleurs Kanak et des Exploités (en France), Union syndicale Solidaires, CNT (Confédération Nationale du Travail), Sindicatu di i Travagliadori Corsi, Ensemble !, NPA (Nouveau parti anticaptialiste), PIR (Parti des indigènes de la République), PCOF (Parti communiste des Ouvriers de France), Union communiste libertaire, Ni guerre ni État de Guerre, Association Survie, FASTI (Fédération des Associations de Solidarité avec Tou-te-s les Immigré-e-s), FUIQP (Front Uni des Immigrations et des Quartiers populaires.

Sur le Web : Solidarité Kanaky