Profession de foi

CCP Enseignants

samedi 8 octobre 2011
par  Sud Éducation Guyane

AVEC SUD ÉDUCATION GUYANE, UN SYNDICALISME

Solidaires
Sud Éducation rassemble toutes les catégories de personnels de l’éducation, titulaires et non-titulaires, au lieu de les diviser. Sud milite aux côtés de tous les « sans » : sans papiers, sans école, sans emploi, sans poste fixe.

Unitaire
Sud Éducation n’isole pas les personnels du monde du travail. Il agit au sein de l’Union Solidaires avec les autres syndicats Sud du public et du privé. Les combats de Sud ne se limitent pas à l’enceinte de l’école.

Démocratique
La démocratie directe est de règle à Sud Éducation. Nous privilégions les assemblées générales souveraines. Notre indépendance vis-à-vis de la hiérarchie passe par le renouvellement des élus et la limitation des décharges syndicales pour rester au contact avec le terrain.

LES BONNES RAISONS DE VOTER SUD AUX ELECTIONS PROFESSIONNELLES :

En Guyane, nombreux sont ceux qui subissent les
conséquences de l’embauche de personnels non titulaires,
sans perspective de titularisation ou d’incorporation dans le
service public. Les non-titulaires représentent plus de 20%
des personnels de l’éducation nationale en Guyane exerçant
des fonctions d’enseignement, d’éducation et d’orientation.
Mobilité accrue, affectation aléatoire, incertitude de réemploi,
solitude devant la hiérarchie, salaires au rabais, contrats
précaires sont le lot des non-titulaires. Ils font le même travail
que les titulaires au sein de la fonction publique et ne
bénéficient ni du même statut, ni des mêmes droits, ni des
mêmes salaires.

L’État, dans une logique de casse du service public, use et
abuse des personnels non-titulaires, qu’ils soient sous
contrats de droit privé ou public. Il les recrute d’ailleurs sur
des contrats multiples et variés afin d’empêcher au maximum

toute solidarité et combativité.
C’est pourquoi SUD Éducation Guyane s’est toujours opposé
au recrutement de personnels précaires. En revanche SudÉducation s’est toujours battu aux côtés des non-titulaires
pour l’amélioration de leurs conditions de travail et l’obtention
de leur titularisation.

C’est pour combattre la pression des hiérarchies et pour
assurer la défense de droits trop souvent bafoués que
Sud Éducation Guyane participe à ces élections
professionnelles.

Les Commissions Consultatives Paritaires (CCP) donnent
accès aux informations qui permettent aux non-titulaires de
mener les combats juridiques et collectifs nécessaires à
l’amélioration de leurs conditions de travail.

Sud Éducation Guyane revendique la création des emplois statutaires nécessaires à la qualité du service public d’éducation.

Sud Éducation Guyane exige la titularisation de tous les personnels en poste.

SUD EDUCATION GUYANE REFUSE :

  • les suppressions massives de postes de
    titulaires aux concours, qui poussent nombre
    d’entre nous vers des postes précaires
  • le mépris de l’administration, qui considère
    les non titulaires comme de simples variables
    d’ajustement (heures disséminées, temps
    partiels imposés, « obligation » d’enseigner dans
    des matières pour lesquelles les non-titulaires
    n’ont eu aucune formation, heures
    supplémentaires imposées, changement de
    postes, etc.)
  • les pressions hiérarchiques, particulièrement
    fortes à l’encontre des non titulaires
  • les retards de paiement qui entraînent agios
    et difficultés financières
  • les contrats de 10 mois, qui obligent à
    s’inscrire à pôle emploi en juillet
  • la diminution constante des moyens alloués à
    la formation (en 2011 les crédits de formation
    seront divisés par 2 dans la plupart des
    disciplines)

SUD EDUCATION GUYANE REVENDIQUE :

  • la titularisation parce que les CDI dans la
    fonction publique ne garantissent ni la continuité
    sur le poste ni le plein emploi
  • l’accès aux mêmes droits que les titulaires
    (égalité de traitement, primes, congés, retraites)
  • une vraie formation sur le temps de travail ;
  • une généralisation du dispositif 15h/18h pour
    favoriser la préparation des concours
  • une totale transparence quant aux critères et
    au résultat de l’affectation des non titulaires
  • une totale transparence quant aux futures
    modalités de titularisation.

L’éducation n’est pas une marchandise ni une dépense inutile. C’est un investissement qui doit constituer la priorité absolue d’une société démocratique.

DU 13 AU 20 OCTOBRE 2011, VOTEZ POUR SUD ÉDUCATION GUYANE


Commentaires

Agenda

<<

2020

 

<<

Octobre

>>

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
   1234
567891011
12131415161718
19202122232425
262728293031 

Brèves

Conditions de rentrée : résultats de l’enquête en ligne de SUD éducation

mercredi 7 octobre

- Confinement et télétravail : de nombreuses entorses au statut sans contreparties
- Rentrée 2020 : grand flou et impréparation
- Rentrée 2020 : pas de moyens supplémentaires
- Réformes : une dégradation des conditions de travail et des nouveaux programmes contestés
- Informatique : un parc informatique parfois vétuste
- Des conditions de travail qui se dégradent

Rentrée scolaire : l’impréparation se poursuit pour une rentrée explosive et anxiogène

lundi 31 août

Le ministère a publié dans la soirée du vendredi 28 août des fiches thématiques sur la restauration, l’EPS, l’éducation musicale,l’internat et les récréations. Ces fiches thématiques, sont publiées trop tardivement sans que les équipes puissent s’en servir en amont de la rentrée scolaire

Sur le Web : (la suite)

Stagiaires premier et second degré : toutes informations utiles

lundi 24 août

Bienvenue dans le métier ! Nous vous souhaitons tout d’abord de prendre du plaisir, de vous épanouir, de participer à l’émancipation des élèves, de donner un sens à un métier qui est aussi socialement utile, au service de l’égalité et de la justice sociale.

L’année de stage est un moment particulier de la carrière des enseignant-e-s. Comment débute mon année de stage ? Quel est le calendrier ? Quelle sera ma rémunération ? Comment se déroule la phase d’affectation, à laquelle je participerai ?

Dossier Coronavirus - Solidaires

mardi 17 mars

Le coronavirus est une menace et un danger et chacun-e en prend la mesure au fur et à mesure de la propagation du virus de par le monde. Mais il est légitime d’interroger la réaction d’Emmanuel Macron et ses annonces lors de son intervention télévisuelle du jeudi 12 mars. Nous entrons dans une nouvelle période. Lutte contre le coronavirus ou régressions sociales, ce n’est pas une alternative. Nous continuerons à combattre les politiques régressives : réforme de l’assurance chômage, réforme des retraites...et à refuser la répression et les violences policières.

Sur le Web : Dossier Solidaires

Dossier Coronavirus - SUD éducation

mardi 17 mars

La crise sanitaire ne doit pas induire la suspension de l’état de droit. Nous serons vigilant-e-s quant au respect des libertés publiques et des droits fondamentaux. Nous serons également vigilant-e-s quant aux restrictions concernant les droits et garanties des fonctionnaires.

Sur le Web : Dossier SUD