Accueil des personnes qui demandent asile en Guyane Il y a urgence à ce que l’Etat applique enfin la loi !

samedi 1er février 2020
par  Sud Éducation Guyane

Depuis plusieurs semaines, une soixantaine de personnes venues chercher protection en Guyane, se sont installées aux abords de la place des Amandiers et derrière la préfecture à Cayenne, aggravant ainsi la situation existante puisque des demandeurs d’asile isolés étaient déjà contraints depuis plusieurs mois de dormir sur le bord de mer.

En l’absence quasi totale d’une prise en charge à leur arrivée, ces personnes qui comptent de nombreuses familles et enfants en bas âge, dorment à même le sol. Certaines ont pu s’abriter dans des tentes de fortune qui sont de bien faibles remparts contre les vents de bord de mer et les pluies qui s’annoncent.

Face à cette situation insupportable, une forte solidarité citoyenne s’est organisée pour assurer une distribution de repas, un hébergement temporaire pour les plus fragiles et une amélioration de leurs conditions de campements. Plusieurs de nos organisations se sont relayées pour apporter une information sur la procédure d’asile ainsi qu’une aide dans la mise en œuvre de leurs démarches administratives et sociales.

En marge de ces initiatives, une question demeure : que fait l’Etat ?

La préfecture est pourtant tenue d’organiser un accueil digne des personnes qui demandent asile durant leur procédure : un hébergement, une information à leur arrivée ainsi qu’un accompagnement dans leurs démarches administratives et sociales.

Alors que la Guyane est l’un des territoires de France qui compte le plus de demandeurs d’asile, ses dispositifs d’hébergement et d’accompagnement sont parmi les plus faibles, voire inexistants.

La préfecture invoque systématiquement le manque de moyens pour justifier son absence de réponse sur le sujet. Or, depuis 2015, elle refuse de travailler sur un document cadre censé organiser l’hébergement des demandeurs d’asile.

Cette absence de volonté politique crée des conditions de vie indignes, met en danger les plus vulnérables, et favorise largement le développement de l’habitat insalubre en Guyane.

Cette situation entraîne des tensions sociales, stigmatisant au passage les demandeurs d’asile, alors qu’ils n’essaient que de survivre. Il est honteux qu’un pays comme la France ne soit pas en capacité de respecter la dignité d’une soixantaine de personnes venues demander notre protection.

Nos organisations exigent que la loi s’applique en Guyane avec :

- Dans un premier temps, l’hébergement d’urgence et l’accompagnement de tous les demandeurs d’asile actuellement à la rue ;
- Dans un second temps, la réalisation par la préfecture de Guyane d’un plan cadre organisant l’hébergement de tous les demandeurs d’asile sur le territoire durant leur procédure.

Signataires :
La Ligue des droits de l’Homme
La Cimade
Médecin du monde – délégation Guyane
RESF Guyane


Commentaires

Agenda

<<

2020

 

<<

Septembre

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
 123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
282930    
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Brèves

20 mars - Grève totale à l’Université de Guyane

samedi 16 mars 2019

Assemblée Générale - 9h00 - Amphi A
puis Grande Marche

A l’appel de plusieurs organisations :
SUD éducation, UNEF, RESF, SNES-FSU, SNESUP-FSU, LDH, STEG-UTG, VIVA

Les élèves étrangers pendant les vacances

vendredi 11 juin 2010

Les vacances scolaires sont propices aux arrestations des jeunes majeurs étrangers dont la situation scolaire n’est pas toujours claire. Il est important que les élèves partent en vacances avec une preuve de leur inscription pour l’année prochaine. Ils doivent en garder une copie sur eux en permanence. Dites-leur !

Si vous êtes informé qu’un élève est arrêté, vous pouvez appeler le numéro d’urgence RESF : 0694-26-90-90 pendant tout l’été.

Rasemblement pour Kelly

mercredi 12 mai 2010

Nous nous sommes retrouvés à une trentaine de personnes devant
la Préfecture mercredi 12 mai. Toutes les organisations signataires étaient
représentées.
Malgré notre insistance et le nombre d’associations représentées, nous
n’avons pas été reçus en Préfecture.
Nous continuons à nous mobiliser pour obtenir le retour de Kelly.

APPEL DE CAYENNE : Demande au Gouvernement Français pour la communauté haïtienne

jeudi 28 janvier 2010

A la suite du séisme qui a eu lieu en Haïti, la communauté haïtienne de France et en particulier de Guyane se trouve dans une situation catastrophique. Les Haïtiens ne sont plus en mesure de prouver leur état-civil et n’ont aucun espoir de satisfaire aux exigences en vigueur pour leur régularisation.

Face à cette situation humanitaire dramatique, nous demandons au Gouvernement Français :

- une régularisation exceptionnelle et durable de tous les Haïtiens présents sur le territoire français,
- le regroupement familial exceptionnel pour les proches, tout particulièrement enfants et personnes âgées en danger en Haïti alors qu’ils ont de la famille sur le territoire français,
- des mesures spécifiques pour la prise en charge des enfants de Guyane devenus orphelins,
- l’abandon des exigences administratives en matière d’état-civil devenues impossibles à satisfaire,
- des moyens supplémentaires humains et financiers pour gérer la situation à la Préfecture de la Guyane.

La Guyane a déjà su accueillir les Martiniquais victimes de La Montagne Pelée et les Hmongs par exemple. Nous demandons maintenant, avec le soutien de l’Union Européenne, un plan de développement pour la Guyane, intégrant la communauté haïtienne et incluant l’éducation, la formation, le logement, la santé et le travail.

A situation exceptionnelle, mesures exceptionnelles.

Signer la pétition