Une rentrée endeuillée

Six enfants perdent leur mère après l’expulsion de leur père

samedi 30 août 2008
par  Sud Éducation Guyane

Chers collègues,

Le Réseau Education Sans Frontières en Guyane tient à vous tenir au courant de la tragédie familiale vécue par six enfants scolarisés à Cayenne en cette heure de rentrée scolaire.

Le 5 août François D., Haïtien arrivé en Guyane en 2002, subit un contrôle d’identité. Il est immédiatement emmené au centre de rétention administrative, sans avoir revu sa famille. Sa femme tente de lui faire parvenir sa demande de titre de séjour (sans réelle valeur faute d’un récépissé), mais il est déjà parti par le premier avion. Il décolle sans même son passeport.
Le lendemain, son épouse tombe malade. Hospitalisée le 13 août, la jeune femme décède le 17.
Leurs six enfants âgés de 8 mois à 14 ans, sont recueillis par leur tante maternelle et son époux, parents de 4 enfants.
Au traumatisme du départ de leur père et de la mort de leur mère s’ajoutent les conditions difficiles d’une vie à douze dans un F4.
La famille réclame aujourd’hui le retour du père afin qu’il puisse s’occuper de ses enfants !!!

Selon la préfecture, le destin de ces six enfants est à présent entre les mains du juge des affaires familiales, mais d’après les information de France Guyane, un retour paraît plus qu’incertain !
Nous ne pouvons rester de glace devant cette situation dramatique ! Le respect des lois peut-il aller contre celui de la personne humaine ? Si M. Domingue n’obtient pas la possibilité de rejoindre ses enfants, qui portera la responsabilité de cet acte inique ? La seule préfecture ou bien l’ensemble de la société civile ?


Commentaires

Agenda

<<

2018

 

<<

Novembre

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
   1234
567891011
12131415161718
19202122232425
2627282930  
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Brèves

Les élèves étrangers pendant les vacances

vendredi 11 juin 2010

Les vacances scolaires sont propices aux arrestations des jeunes majeurs étrangers dont la situation scolaire n’est pas toujours claire. Il est important que les élèves partent en vacances avec une preuve de leur inscription pour l’année prochaine. Ils doivent en garder une copie sur eux en permanence. Dites-leur !

Si vous êtes informé qu’un élève est arrêté, vous pouvez appeler le numéro d’urgence RESF : 0694-26-90-90 pendant tout l’été.

Rasemblement pour Kelly

mercredi 12 mai 2010

Nous nous sommes retrouvés à une trentaine de personnes devant
la Préfecture mercredi 12 mai. Toutes les organisations signataires étaient
représentées.
Malgré notre insistance et le nombre d’associations représentées, nous
n’avons pas été reçus en Préfecture.
Nous continuons à nous mobiliser pour obtenir le retour de Kelly.

APPEL DE CAYENNE : Demande au Gouvernement Français pour la communauté haïtienne

jeudi 28 janvier 2010

A la suite du séisme qui a eu lieu en Haïti, la communauté haïtienne de France et en particulier de Guyane se trouve dans une situation catastrophique. Les Haïtiens ne sont plus en mesure de prouver leur état-civil et n’ont aucun espoir de satisfaire aux exigences en vigueur pour leur régularisation.

Face à cette situation humanitaire dramatique, nous demandons au Gouvernement Français :

- une régularisation exceptionnelle et durable de tous les Haïtiens présents sur le territoire français,
- le regroupement familial exceptionnel pour les proches, tout particulièrement enfants et personnes âgées en danger en Haïti alors qu’ils ont de la famille sur le territoire français,
- des mesures spécifiques pour la prise en charge des enfants de Guyane devenus orphelins,
- l’abandon des exigences administratives en matière d’état-civil devenues impossibles à satisfaire,
- des moyens supplémentaires humains et financiers pour gérer la situation à la Préfecture de la Guyane.

La Guyane a déjà su accueillir les Martiniquais victimes de La Montagne Pelée et les Hmongs par exemple. Nous demandons maintenant, avec le soutien de l’Union Européenne, un plan de développement pour la Guyane, intégrant la communauté haïtienne et incluant l’éducation, la formation, le logement, la santé et le travail.

A situation exceptionnelle, mesures exceptionnelles.

Signer la pétition