Tract de présentation RESF

QUE FAISONS-NOUS ?

Beaucoup de travail, beaucoup de réussites, beaucoup de perspectives
lundi 24 septembre 2007
par  Sud Éducation Guyane

Pour soutenir les élèves dans le cadre de la vie scolaire :

A. Des permanences dans les lycées : pour
aider les élèves à constituer leur dossier de
demande de régularisation, des bénévoles
les accueillent.
B. Des aides entre les établissements : pour
apporter des informations et des expertises,
des membres du Réseau passent dans les
établissements.
C. Une permanence juridique de la LDH
(Ligue des Droits de l’Homme) : à la maison
des associations, le jeudi après-midi (16h-
18h), des élèves sont reçus et conseillés.
D. Un arrêt des reconduites à la frontière :
un engagement a été obtenu auprès de la
Préfecture, en collaboration avec le Rectorat,
de ne pas renvoyer d’élèves dans leur
pays, en cours de cycle.

Pour soutenir les parents ayant des enfants scolarisés :

A. Des parents retenus au Centre de
rétention : dans la mesure où le Réseau
en est informé, il s’efforce de
faire libérer des parents d’enfants scolarisés
pour ne pas séparer les familles.
B. Des parents régularisés : des parents
d’enfants scolarisés ont obtenu
un titre de séjour grâce à la mobilisation
du Réseau pour une stabilité des
enfants.

Pour intervenir auprès de la Préfecture  :

A. Obtenir un meilleur accueil des élèves :
des bénévoles ont accompagné des élèves
aux journées d’accueil spécifique des lycéens
à la Préfecture pour les soutenir et
intervenir sur les dysfonctionnements, obtenir
des rendez-vous supplémentaires, etc.
B. Obtenir des informations sur des points
particuliers : des membres du Réseau cherchent
à connaître l’existence de moyens légaux
pour faire vivre comme les autres les
élèves sans-papiers : par exemple les faire
participer à des voyages scolaires.

Pour élaborer un projet politique à long terme :

A. Des contacts avec le Rectorat, avec les
collectivités territoriales pour une cohérence
de la politique éducative : les membres
du Réseau veulent éviter « le gâchis »
que représente la formation d’élèves voués
légalement à l’expulsion.
B. Des informations pour lutter contre les
préjugés : tous les bénévoles cherchent à rétablir
la vérité sur les idées reçues : par
exemple, un enfant né sur le territoire de la
Guyane n’est pas pour autant Français de
plein droit !
C. Des diffusions d’informations dans la
presse : nous faisons connaître les actions
du Réseau, les prises de position.

Pour mettre en place des partenariats :

A. Avec la Cimade : Cette association nous
dispense des formations juridiques sur les
démarches pour l’accès à la régularisation,
à la nationalité et aux voies de recours, met
en place des projets : une exposition photos
sur les Centres de rétention, un concours,
etc.
B. Avec le GISTI (Groupe d’Information et
de Soutien aux Immigrés) : des informations
juridiques nous ont été données et une aide
constante offerte par le biais d’une liste de
diffusion « Migrants Guyane ».


Commentaires

Agenda

<<

2018

 

<<

Novembre

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
   1234
567891011
12131415161718
19202122232425
2627282930  
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Brèves

Les élèves étrangers pendant les vacances

vendredi 11 juin 2010

Les vacances scolaires sont propices aux arrestations des jeunes majeurs étrangers dont la situation scolaire n’est pas toujours claire. Il est important que les élèves partent en vacances avec une preuve de leur inscription pour l’année prochaine. Ils doivent en garder une copie sur eux en permanence. Dites-leur !

Si vous êtes informé qu’un élève est arrêté, vous pouvez appeler le numéro d’urgence RESF : 0694-26-90-90 pendant tout l’été.

Rasemblement pour Kelly

mercredi 12 mai 2010

Nous nous sommes retrouvés à une trentaine de personnes devant
la Préfecture mercredi 12 mai. Toutes les organisations signataires étaient
représentées.
Malgré notre insistance et le nombre d’associations représentées, nous
n’avons pas été reçus en Préfecture.
Nous continuons à nous mobiliser pour obtenir le retour de Kelly.

APPEL DE CAYENNE : Demande au Gouvernement Français pour la communauté haïtienne

jeudi 28 janvier 2010

A la suite du séisme qui a eu lieu en Haïti, la communauté haïtienne de France et en particulier de Guyane se trouve dans une situation catastrophique. Les Haïtiens ne sont plus en mesure de prouver leur état-civil et n’ont aucun espoir de satisfaire aux exigences en vigueur pour leur régularisation.

Face à cette situation humanitaire dramatique, nous demandons au Gouvernement Français :

- une régularisation exceptionnelle et durable de tous les Haïtiens présents sur le territoire français,
- le regroupement familial exceptionnel pour les proches, tout particulièrement enfants et personnes âgées en danger en Haïti alors qu’ils ont de la famille sur le territoire français,
- des mesures spécifiques pour la prise en charge des enfants de Guyane devenus orphelins,
- l’abandon des exigences administratives en matière d’état-civil devenues impossibles à satisfaire,
- des moyens supplémentaires humains et financiers pour gérer la situation à la Préfecture de la Guyane.

La Guyane a déjà su accueillir les Martiniquais victimes de La Montagne Pelée et les Hmongs par exemple. Nous demandons maintenant, avec le soutien de l’Union Européenne, un plan de développement pour la Guyane, intégrant la communauté haïtienne et incluant l’éducation, la formation, le logement, la santé et le travail.

A situation exceptionnelle, mesures exceptionnelles.

Signer la pétition