Edito

De Robien en Guyane : A KON TAKI, MA A NO DU NO WAN SANI

Trad. : il vient, il parle, mais il ne fait rien
mardi 15 mai 2007
par  Sud Éducation Guyane

Création minimum de postes d’enseignants, distribution de clés USB, non reconnaissances de mouvements sociaux, absence totale de dialogue, la visite du ministre de l’Education nationale laisse une vague impression de « foutage de gueule ».

Lors de son déplacement en Guyane et plus particulièrement lors de la journée anniversaire des 10 ans de l’Académie le vendredi 16 mars 2007, Gilles de Robien a fait preuve d’une méconnaissance flagrante des réalités du pays et d’un mépris affiché pour toute forme de remise en cause de sa politique. Minimisant les problèmes que rencontre l’académie et occultant certains faits, le ministre s’est contenté d’enchaîner les lieux communs sur le pays. Par exemple, à propos des milliers d’enfants non scolarisés, il s’est félicité du travail de « l’observatoire » qui est passé de 3300 enfants recensés sans école à un peu moins de 3000 en 18 mois. A Sud éducation Guyane, il nous parait indécent de se réjouir de la scolarisation supplémentaire d’à peine 400 enfants alors qu’il en reste encore tant sur le carreau. Le ministre n’a pas su apprécier à sa juste valeur l’étendue du problème et ce ne sont pas les 3 petits millions d’euros supplémentaires apportés dans sa besace de campagne qui permettront de rétablir la donne.

Internet et interné

Ensuite, le ministre a beau jeu de faire l’apologie de l’Internet qui, selon lui est une priorité pour désenclaver les enseignants des communes isolées (il n’a jamais parlé des populations locales) en leur apportant de nombreuses ressources documentaires et la possibilité de communiquer. Quand on pense qu’ils n’ont pas tous un toit pour se loger et qu’il reste encore de graves problèmes de distribution d’eau et d’électricité dans nombre d’écoles on ne peut que déplorer le manque de réalisme des propositions ministérielles. Le paroxysme de la mascarade est atteint lors de la remise d’une clé USB à 2 stagiaires professeures des écoles. Comme ces clés contiennent l’essentiel des réforme du ministre dont son fameux socle commun des connaissances, elles doivent avoir une capacité de stockage limitée à 2 Kb autant dire qu’elle ne serviront à rien dans la carrière de nos braves profs.

Enfin, comment parler de cette journée anniversaire sans parler de l’absence totale de référence au mouvement social de la jeunesse qui lui a donné le jour. En effet, le ministre n’a fait aucune allusion à cette jeunesse désemparée par l’absence de considération de la classe politique mais néanmoins déterminée à se faire entendre. Rien d’étonnant de la part d’un membre d’un gouvernement qui n’a eu de cesse de criminaliser toutes formes de contestations sociales durant ces dernières années, que ce soient les jeunes durant la lutte contre le CPE, emprisonnés pour avoir foutu le feu à des poubelles, les pompiers matraqués par les CRS, les militants anti-nucléaire ou anti-OGM sans cesse harcelés judiciairement. C’est encore moins étonnant de la part d’un ministre qui a fait interné en hôpital psychiatrique Roland Veuillet pour avoir refusé de se soumettre à la sanction injuste qui le frappe depuis 4 ans.

Nous affirmons que la venue du ministre n’a servi à rien et qu’il fallait de toute façon ne rien en attendre. La création du rectorat il y a 10 ans en est un très bon exemple, rien n’est jamais tombé tout cuit des ministères et tout est possible pour qui se donne les moyens de lutter. C’est pourquoi nous devons nous efforcer de construire un front de lutte unitaire pour développer tous ensemble un service public d’éducation de qualité.


Commentaires

Agenda

<<

2018

 

<<

Novembre

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
   1234
567891011
12131415161718
19202122232425
2627282930  
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Brèves

Coup de gueule… bis

dimanche 14 septembre 2014

Au collège, on accueille de plus en plus d’élèves hétérogènes : non lecteurs, lecteurs débutants, déchiffreurs, en difficultés personnelles, sociales, primo arrivants, etc. Le collège doit donc devenir un lieu où tous ces élèves ont leur place mais aussi le lieu de toutes les expérimentations. Génial !
On va pouvoir enfin inventer, créer, innover. Oui, mais... Quels outils, quel matériel, quelle formation pour le professeur qui veut s’investir dans les projets ? Il va falloir tâtonner, trier la masse d’informations sur internet, faire des proformas, écouter le discours des uns, des autres, trouver une salle, demander une armoire, des livres, un ordinateur ? J’en passe ! Monter des projets, c’est bien joli, mais quel parcours du combattant ! Tout ceci est-il bien logique à l’heure où on supprime les enseignants spécialisés ? Est-ce au professeur lambda de remplacer ces spécialistes ? Comme d’habitude, on marche sur la tête !

Coup de gueule

dimanche 14 septembre 2014

80% d’une classe d’âge au bac ! C’était une révolution. L’égalité des chances... etc. Oui, on y arrive.
On trafique les notes, on fait passer les élèves au bénéfice de l’âge, on les maintient dans le système sans leur donner les moyens de réussir.... j’en passe ! On arrive maintenant à avoir des élèves qui vont au bac en sachant tout juste lire. Oui, tout le monde peut avoir son bac, un bac bradé pour faire du chiffre !
De quel intérêt parle-t-on alors ? Celui de l’élève ou celui de la sacro-sainte statistique d’une société dans laquelle seul le rendement compte ?

Enquête par questionnaire

jeudi 13 décembre 2012

Dès janvier SUD Éducation Guyane lancera une enquête par questionnaire sur les conditions matérielles de travail dans les écoles de Guyane.

L’objectif est pour nous de recueillir des données chiffrées histoire de dresser une liste assez exhaustive de problèmes rencontrés au niveau de nos extraordinaires conditions de travail...

Pour mener à bien cette enquête nous avons reçu un coup de main des camarades du département de sociologie de l’université Brest.

Double vacation

jeudi 13 décembre 2012

Le recteur est revenu sur sa position : il n’y aura pas d’expérimentation de la double vacation en Guyane. Reste que des enfants sont toujours non scolarisés et les constructions scolaires manquent cruellement.

La fédération SUD Éducation va intervenir auprès du ministère pour réaffirmer la nécessité d’un plan d’urgence pour l’éducation en Guyane.

Inspection : et si on arrêtait les bidouillages ?

jeudi 13 décembre 2012

SUD Éducation vient d’écrire au recteur pour lui demander de rappeler à ses Inspecteurs qu’ils ne peuvent pas faire n’importe quoi en matière d’inspection.

Les inspections surprises ne sont pas réglementaires. Les rapports d’inspection doivent être adressés aux intéressés dans un délai d’un mois et la note pédagogique doit être communiquée dans le trimestre qui suit l’inspection.