Premier degré

Vers la privatisation de l’école publique

mardi 15 mai 2007
par  Sud Éducation Guyane

Le Conseil Supérieur de l’Éducation, en séance du 25 janvier 2007, propose un projet de décret relatif à l’expérimentation des établissements d’enseignement primaire. Avec ce projet, le ministère de l’Éducation nationale accélère la mise en place d’une expérimentation sur 5 ans des Établissements Publics d’Enseignement Primaire et définit le statut des futurs « super directeurs ».

Un pouvoir accru de la collectivité territoriale

Si on se réfère à la note de présentation, il s’agit d’améliorer « l’offre éducative » et « la gestion mutualisée des moyens » en développant des regroupements administratifs d’écoles (maternelles et élémentaires). Cette nouvelle entité sera gérée par un conseil d’administration, présidé par un représentant d’une collectivité territoriale. C’est la suite logique de la loi de décentralisation (article 86 de la loi du 13 août 2004). Et cette logique est celle d’un désengagement toujours plus grand de l’État. Elle fait passer les écoles concernées sous le contrôle des élus locaux et porte atteinte, de fait, à l’indépendance de l’Éducation Nationale vis-à-vis des pouvoirs locaux.

La composition même du CA est assez parlante (à comparer à l’actuel conseil d’école) :
- 50 % de représentants des communes ou intercommunalités.
- 30 à 40 % de représentants des directeurs d’écoles et enseignants.
- 10 à 20 % de représentants des parents.
- voix consultative pour le directeur EPEP et les IEN.

Les parents et les enseignants y sont minoritaires ! Le président a voix prépondérante en cas d’égalité : les collectivités territoriales sont majoritaires de fait.
Les principes du Conseil d’école où parents et enseignants étaient majoritaires sont reniés !

Les prérogatives du CA sont considérables :
Adoption du projet d’établissement, du règlement, recrutement des personnels (aujourd’hui les précaires et demain ?), décisions concernant les conventions, le budget, les contrats, les marchés, avis sur la structure pédagogique de l’EPEP…
Cela ouvre la porte à un recrutement et un mouvement des personnels éducatifs sur la base de dossiers ou d’entretiens.
La précarisation de nos postes est en cours !

Le directeur d’EPEP : le pouvoir du « super directeur »

Le Directeur d »EPEP sera recruté sur des postes à profil pour une durée de cinq ans renouvelable une fois.
Le Directeur d’école devient un intermédiaire hiérarchique supplémentaire relayant les consignes de l’Education nationale et des Collectivités territoriales.
Ceci est à replacer dans le contexte de remise en cause des secteurs scolaires et donc de la mixité sociale dans les écoles.
Ces mesures concourent à mettre les écoles publiques en concurrence.
C’est une nouvelle façon pour le pouvoir politique de privatiser et démanteler le Service public !!!

SUD Éducation ne peut être que contre ce projet qui s’inscrit dans une logique de décentralisation et qui ne répond en aucune manière aux besoins des écoles. Un autre choix d’expérimentation était possible : soutenir les expériences de gestion directe par le conseil des maîtres par exemple.

Nous rappelons ici nos revendications :
- Contre tout statut, même déguisé, de chef d’établissement dans les écoles.
- Contre toute mise en concurrence des écoles entre elles.
- Contre les EPEP.
- Pour des secteurs scolaires socialement mixtes.
- Pour les 3 heures de concertation hebdomadaires (24 H cours élèves + 3 H concertation).
- Pour la formation de tous les personnels au travail collectif.
- Pour l’augmentation des décharges attribuées aux écoles.
- Pour la création, dans les écoles, d’emplois administratifs tenus par des personnels titulaires et formés.
- Pour la création de postes d’Assistantes Sociales dans les écoles, et les moyens pour les personnels sanitaires et médicaux de travailler dans des conditions correctes. En particulier dans les écoles ZEP.

ECOLE EPEP
Décision de création - dans le cas où l’organisation du service public l’exige : préfet du département, sur proposition de l’IA et après avis du CDEN, - représentants des communes ou des EPCI, après avis des conseils des écoles concernées et accord de l’autorité académique, qui doit en apprécier l’impact sur les finances publiques. - représentants des communes ou des EPCI, après avis des conseils des écoles concernées et accord de l’autorité académique, qui doit en apprécier l’impact sur les finances publiques. - représentants des communes ou des EPCI, après avis des conseils des écoles concernées et accord de l’autorité académique, qui doit en apprécier l’impact sur les finances publiques.
Statut - pas de statut d’établissement. fixe notamment :
- son siège
- la liste des écoles concernées
- la composition et les modalités de désignation des membres du CA
- la durée de l’expérimentation
- l’étendue des compétences transférées par la ou les communes pour la gestion des écoles
- les modalités de calcul de la contribution financière de chaque commune
Conseil d’école - directeur d’école
- maire + 1 conseiller municipal
maîtres de l’école + remplaçants éventuels
- 1 maître du RASED intervenant dans l’école
- représentants des parents d’élèves (autant que de classes dans l’école)
- DDEN

L’IEN assiste de droit aux réunions.

Président : le directeur d’école (fixe l’ordre du jour.

Attributions
- vote le règlement intérieur
- donne tous avis et suggestions sur le fonctionnement de l’école
- adopte le projet d’école, sur proposition de l’équipe pédagogique
- donne son accord pour l’organisation d’activités complémentaires
- est consulté par le maire sur l’utilisation des locaux scolaires en dehors des heures d’ouverture
Conseil d’Administration - 50% de représentants des communes
- 30 à 40% de représentants des directeurs et des autres enseignants des écoles concernées
- 10 à 20% de représentants de parents d’élèves
Le directeur de l’EPEP et le ou les IEN assistent de droit aux réunions.

Président : un représentant des communes (fixe l’ordre du jour, a voix prépondérante en cas d’égalité des voix).

Attributions
- adopte le règlement intérieur
- adopte le projet d’établissement
- donne son accord sur la passation des contrats et conventions dont l’établissement est signataire
- adopte le budget et le compte administratif de l’établissement
- délibère sur l’information et la participation des parents d’élèves à la vie scolaire
- adopte le rapport sur le fonctionnement de l’EPEP (résultats des élèves, dispositifs d’accompagnement scolaire)
- donne son avis sur la structure pédagogique de l’EPEP.
Directeur - procède à l’admission des élèves et les répartit dans les classes ;
- répartit les moyens d’enseignement ;
- fixe le service des enseignants et organise le travail des personnels communaux ;
- organise les élections des délégués de parents d’élèves ;
- tient à jour les registres, transmet les documents administratifs ;
- veille à la diffusion des instructions et programmes officiels ;
- organise la continuité entre cycles, anime l’équipe pédagogique, suscite des initiatives ;
- organise et préside les conseils des maîtres et d’école ;
- représente l’institution auprès des collectivités territoriales.
- est l’organe exécutif de l’EPEP ;
- prépare et exécute les délibérations du CA (projet d’établissement, budget…)
- ordonne les dépenses et prescrit l’exécution des recettes
- réunit les directeurs et enseignants des écoles pour élaborer et suivre le projet d’établissement
- recrute les personnels non-enseignants avec l’accord du CA
- conclut les conventions et contrats après accord du CA
- transmet les actes de l’établissement aux autorités compétentes
- représente l’établissement en justice et dans les actes de la vie civile
- présente au CA le rapport sur le fonctionnement de l’établissement.
Conseil des maîtres Composition
- le directeur, président
- l’ensemble des maîtres de l’école + remplaçants éventuels
- membres du RASED intervenant dans l’école
- éventuellement, aide-éducateurs, intervenants.

Attributions
- élabore, actualise et évalue le projet d’école, sous la coordination du directeur
- donne son avis sur l’organisation du service
- élabore le règlement intérieur
- établit les relations avec les associations complémentaires : OCCE, USEP…
- définit la politique d’achats : outils, manuels…
- donne son avis sur l’organisation des sorties, les intervenants extérieurs, manifestations, relations avec les familles, aide-éducateurs…
Conseil pédagogique Composition
- le directeur de l’EPEP, président
- les membres du CA représentants des directeurs et enseignants
- les directeurs des écoles de l’établissement

Le ou les IEN assistent de droit aux séances du conseil pédagogique.

Attributions
- coordonne l’action pédagogique des écoles concernées
- prépare la partie pédagogique du projet d’établissement

Commentaires

Agenda

<<

2018

 

<<

Novembre

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
   1234
567891011
12131415161718
19202122232425
2627282930  
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Brèves

Coup de gueule… bis

dimanche 14 septembre 2014

Au collège, on accueille de plus en plus d’élèves hétérogènes : non lecteurs, lecteurs débutants, déchiffreurs, en difficultés personnelles, sociales, primo arrivants, etc. Le collège doit donc devenir un lieu où tous ces élèves ont leur place mais aussi le lieu de toutes les expérimentations. Génial !
On va pouvoir enfin inventer, créer, innover. Oui, mais... Quels outils, quel matériel, quelle formation pour le professeur qui veut s’investir dans les projets ? Il va falloir tâtonner, trier la masse d’informations sur internet, faire des proformas, écouter le discours des uns, des autres, trouver une salle, demander une armoire, des livres, un ordinateur ? J’en passe ! Monter des projets, c’est bien joli, mais quel parcours du combattant ! Tout ceci est-il bien logique à l’heure où on supprime les enseignants spécialisés ? Est-ce au professeur lambda de remplacer ces spécialistes ? Comme d’habitude, on marche sur la tête !

Coup de gueule

dimanche 14 septembre 2014

80% d’une classe d’âge au bac ! C’était une révolution. L’égalité des chances... etc. Oui, on y arrive.
On trafique les notes, on fait passer les élèves au bénéfice de l’âge, on les maintient dans le système sans leur donner les moyens de réussir.... j’en passe ! On arrive maintenant à avoir des élèves qui vont au bac en sachant tout juste lire. Oui, tout le monde peut avoir son bac, un bac bradé pour faire du chiffre !
De quel intérêt parle-t-on alors ? Celui de l’élève ou celui de la sacro-sainte statistique d’une société dans laquelle seul le rendement compte ?

Enquête par questionnaire

jeudi 13 décembre 2012

Dès janvier SUD Éducation Guyane lancera une enquête par questionnaire sur les conditions matérielles de travail dans les écoles de Guyane.

L’objectif est pour nous de recueillir des données chiffrées histoire de dresser une liste assez exhaustive de problèmes rencontrés au niveau de nos extraordinaires conditions de travail...

Pour mener à bien cette enquête nous avons reçu un coup de main des camarades du département de sociologie de l’université Brest.

Double vacation

jeudi 13 décembre 2012

Le recteur est revenu sur sa position : il n’y aura pas d’expérimentation de la double vacation en Guyane. Reste que des enfants sont toujours non scolarisés et les constructions scolaires manquent cruellement.

La fédération SUD Éducation va intervenir auprès du ministère pour réaffirmer la nécessité d’un plan d’urgence pour l’éducation en Guyane.

Inspection : et si on arrêtait les bidouillages ?

jeudi 13 décembre 2012

SUD Éducation vient d’écrire au recteur pour lui demander de rappeler à ses Inspecteurs qu’ils ne peuvent pas faire n’importe quoi en matière d’inspection.

Les inspections surprises ne sont pas réglementaires. Les rapports d’inspection doivent être adressés aux intéressés dans un délai d’un mois et la note pédagogique doit être communiquée dans le trimestre qui suit l’inspection.