Globalisation

www.omc.com : votre avenir en direct

mardi 15 mai 2007
par  Sud Éducation Guyane

Une petite piqûre de rappel pour ne pas oublier ce qui se trame dans les coulisses du monde sans jamais être relayé par les médias.

En 1994 les pays membres de l’OMC (Organisation Mondiale du Commerce) ont signé l’A.G.C.S (Accord Général sur le Commerce des Services). La France a signé via le représentant de l’Europe à l’OMC : Pascal Lami délégué socialiste jamais élu ni mandaté par la population pour faire ce travail.
Cet accord prévoyait la libéralisation de tous les services des pays signataires à partir de 2005. Tous les services : y compris les services publics bien entendu… Nous sommes en 2007 et la machine est en route.
Pour arriver à leurs fins et faire engranger au privé les bénéfices juteux du système public les décideurs de l’OMC ont inventé une loi perverse : à l’avenir l’Etat devra financer toute entreprise privée à hauteur de ce qu’il donne au public. Par exemple : toutes les écoles privées vont bientôt pouvoir demander à l’Etat le même budget que celui de l’Education Nationale. Autant dire que l’Etat se trouvera alors incapable d’assumer une telle charge.
Dès lors, le but premier de l’Etat est donc de se débarrasser au plus vite des services publics.
On commence par écarter tout ce qui est périphérique : la blanchisserie dans les hôpitaux est confiée à des filières privées, de même que la maintenance de France Télécom et l’entretien des lignes d’EDF, l’entretien des voitures des facteurs à la Poste. Dans l’Education Nationale on fait passer les TOS aux régions et aux départements qui auront tout le loisir de confier leurs tâches au privé par la suite. Plus tard on décentralise les infirmières, les co-psy etc. Cette année, avec la modification du décret de 1950 relatif au temps de service des personnels on cherche à faire travailler les collègues plus d’heures afin de récupérer un maximum de postes et ainsi embaucher moins de professeurs. Au final, les professeurs seront aussi transférés aux régions matière par matière, à commencer par les profs de sport dont on a fermé le recrutement par concours pour l’année prochaine. Petit à petit c’est ainsi que tous les services publics sont lentement démantelés à notre insu.

Lorsque nous aurons été décentralisés les régions et les départements ne pourront assumer financièrement la charge de l’éducation car, elles aussi, devront financer le privé à hauteur du public. Dès lors les entrepreneurs privés se tailleront la part du lion dans un marché lucratif sur lequel ils lorgnent depuis longtemps.


Commentaires

Agenda

<<

2018

 

<<

Novembre

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
   1234
567891011
12131415161718
19202122232425
2627282930  
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Brèves

Coup de gueule… bis

dimanche 14 septembre 2014

Au collège, on accueille de plus en plus d’élèves hétérogènes : non lecteurs, lecteurs débutants, déchiffreurs, en difficultés personnelles, sociales, primo arrivants, etc. Le collège doit donc devenir un lieu où tous ces élèves ont leur place mais aussi le lieu de toutes les expérimentations. Génial !
On va pouvoir enfin inventer, créer, innover. Oui, mais... Quels outils, quel matériel, quelle formation pour le professeur qui veut s’investir dans les projets ? Il va falloir tâtonner, trier la masse d’informations sur internet, faire des proformas, écouter le discours des uns, des autres, trouver une salle, demander une armoire, des livres, un ordinateur ? J’en passe ! Monter des projets, c’est bien joli, mais quel parcours du combattant ! Tout ceci est-il bien logique à l’heure où on supprime les enseignants spécialisés ? Est-ce au professeur lambda de remplacer ces spécialistes ? Comme d’habitude, on marche sur la tête !

Coup de gueule

dimanche 14 septembre 2014

80% d’une classe d’âge au bac ! C’était une révolution. L’égalité des chances... etc. Oui, on y arrive.
On trafique les notes, on fait passer les élèves au bénéfice de l’âge, on les maintient dans le système sans leur donner les moyens de réussir.... j’en passe ! On arrive maintenant à avoir des élèves qui vont au bac en sachant tout juste lire. Oui, tout le monde peut avoir son bac, un bac bradé pour faire du chiffre !
De quel intérêt parle-t-on alors ? Celui de l’élève ou celui de la sacro-sainte statistique d’une société dans laquelle seul le rendement compte ?

Enquête par questionnaire

jeudi 13 décembre 2012

Dès janvier SUD Éducation Guyane lancera une enquête par questionnaire sur les conditions matérielles de travail dans les écoles de Guyane.

L’objectif est pour nous de recueillir des données chiffrées histoire de dresser une liste assez exhaustive de problèmes rencontrés au niveau de nos extraordinaires conditions de travail...

Pour mener à bien cette enquête nous avons reçu un coup de main des camarades du département de sociologie de l’université Brest.

Double vacation

jeudi 13 décembre 2012

Le recteur est revenu sur sa position : il n’y aura pas d’expérimentation de la double vacation en Guyane. Reste que des enfants sont toujours non scolarisés et les constructions scolaires manquent cruellement.

La fédération SUD Éducation va intervenir auprès du ministère pour réaffirmer la nécessité d’un plan d’urgence pour l’éducation en Guyane.

Inspection : et si on arrêtait les bidouillages ?

jeudi 13 décembre 2012

SUD Éducation vient d’écrire au recteur pour lui demander de rappeler à ses Inspecteurs qu’ils ne peuvent pas faire n’importe quoi en matière d’inspection.

Les inspections surprises ne sont pas réglementaires. Les rapports d’inspection doivent être adressés aux intéressés dans un délai d’un mois et la note pédagogique doit être communiquée dans le trimestre qui suit l’inspection.