Mondanité

Aller serrer la paume du Recteur

dimanche 3 décembre 2006
par  Sud Éducation Guyane

Le lundi 16 octobre nous apprenions avec stupéfaction que le recteur Blanquer nous quittait pour d’autres horizons. Nous fûmes vite rassurés car Jean Michel ne voulait pas partir comme un voleur, il nous conviait le vendredi suivant à un « vin d’honneur » comme si c’était un honneur de partir en cours d’année. D’abord, nous avions pensé boycotter ce genre de mondanité, puis dans un élan de solidarité nous avions songé diffuser au maximum l’information afin que le plus grand nombre d’administrés de l’Éducation Nationale profite de la générosité de leur si magnanime chef et vienne boire un dernier coup à sa santé. Car le recteur Blanquer n’était pas un chef comme les autres. Il avait réussi à faire l’unanimité, même au sein des principaux syndicats de l’Éducation Nationale, qui ont pu vanter dans leurs journaux et même dans la presse locale les mérites de ce bonhomme de Recteur.
A Sud Éducation nous restons encore dubitatifs d’un tel engouement pour un supérieur hiérarchique qui, au-delà de la récupération d’initiatives populaires, comme la mise en place de l’observatoire de la non scolarisation, n’a fait qu’appliquer la politique de casse du service public du gouvernement pour lequel il travaille. Maintenant, on le sait, le gouvernement a un bras plus long que l’autre. Le long sert à prendre beaucoup et partout. Le bras court sert à donner mais il atteint seulement ceux qui sont tout près et la Guyane est bien loin des ministères. Le recteur Blanquer a donc décidé de nous quitter au bout de deux ans pour rejoindre le cabinet du ministre de Robien. Encore bravo, bel exemple pour tous les personnels que celui d’un homme qui voulait stabiliser les équipes éducatives dans l’Académie et fait passer sa carrière personnelle avant son engagement auprès des Guyanais. Le fonctionnaire a beau se défendre d’abandonner son poste et prétexter qu’au ministère il continuera son œuvre bienfaitrice pour le système éducatif, nous ne sommes pas dupes et nous savons que l’homme est plus intéressé par la promotion de sa carrière que par l’avenir de l’école en Guyane. Pouvait-on attendre autre chose ? Probablement pas. C’est la raison pour laquelle, par dérision plus que par provocation, nous avons distribué cette petite bande dessinée, lors du pot d’adieu, dans les ruines du futur rectorat Troubiran. Notre propos était alors, quitte à passer pour des « agitateurs de pots », de brocarder gentiment le recteur Blanquer en le présentant comme une victime d’un contrat précaire qui, à notre avis, est un des grands problèmes de l’Académie.


Commentaires

Agenda

<<

2018

 

<<

Septembre

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
     12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930

Brèves

Coup de gueule… bis

dimanche 14 septembre 2014

Au collège, on accueille de plus en plus d’élèves hétérogènes : non lecteurs, lecteurs débutants, déchiffreurs, en difficultés personnelles, sociales, primo arrivants, etc. Le collège doit donc devenir un lieu où tous ces élèves ont leur place mais aussi le lieu de toutes les expérimentations. Génial !
On va pouvoir enfin inventer, créer, innover. Oui, mais... Quels outils, quel matériel, quelle formation pour le professeur qui veut s’investir dans les projets ? Il va falloir tâtonner, trier la masse d’informations sur internet, faire des proformas, écouter le discours des uns, des autres, trouver une salle, demander une armoire, des livres, un ordinateur ? J’en passe ! Monter des projets, c’est bien joli, mais quel parcours du combattant ! Tout ceci est-il bien logique à l’heure où on supprime les enseignants spécialisés ? Est-ce au professeur lambda de remplacer ces spécialistes ? Comme d’habitude, on marche sur la tête !

Coup de gueule

dimanche 14 septembre 2014

80% d’une classe d’âge au bac ! C’était une révolution. L’égalité des chances... etc. Oui, on y arrive.
On trafique les notes, on fait passer les élèves au bénéfice de l’âge, on les maintient dans le système sans leur donner les moyens de réussir.... j’en passe ! On arrive maintenant à avoir des élèves qui vont au bac en sachant tout juste lire. Oui, tout le monde peut avoir son bac, un bac bradé pour faire du chiffre !
De quel intérêt parle-t-on alors ? Celui de l’élève ou celui de la sacro-sainte statistique d’une société dans laquelle seul le rendement compte ?

Enquête par questionnaire

jeudi 13 décembre 2012

Dès janvier SUD Éducation Guyane lancera une enquête par questionnaire sur les conditions matérielles de travail dans les écoles de Guyane.

L’objectif est pour nous de recueillir des données chiffrées histoire de dresser une liste assez exhaustive de problèmes rencontrés au niveau de nos extraordinaires conditions de travail...

Pour mener à bien cette enquête nous avons reçu un coup de main des camarades du département de sociologie de l’université Brest.

Double vacation

jeudi 13 décembre 2012

Le recteur est revenu sur sa position : il n’y aura pas d’expérimentation de la double vacation en Guyane. Reste que des enfants sont toujours non scolarisés et les constructions scolaires manquent cruellement.

La fédération SUD Éducation va intervenir auprès du ministère pour réaffirmer la nécessité d’un plan d’urgence pour l’éducation en Guyane.

Inspection : et si on arrêtait les bidouillages ?

jeudi 13 décembre 2012

SUD Éducation vient d’écrire au recteur pour lui demander de rappeler à ses Inspecteurs qu’ils ne peuvent pas faire n’importe quoi en matière d’inspection.

Les inspections surprises ne sont pas réglementaires. Les rapports d’inspection doivent être adressés aux intéressés dans un délai d’un mois et la note pédagogique doit être communiquée dans le trimestre qui suit l’inspection.