Académie de la Guyane

Un nouveau Recteur

samedi 6 novembre 2004
par  Sud Éducation Guyane

Des rentrées sans cesse retardées,
des postes non pourvus
trois semaines après la rentrée…
Tout laisse à penser que
le rectorat a bien profité de ses congés
sans se soucier de l’organisation de la
rentrée 2004. On ne peut pourtant pas
dire qu’il ne s’est rien passé pendant ces
vacances puisque, après le départ précipité
en mars dernier de P. Studer, l’inoubliable
attaché du recteur, c’était au
tour de J.F. Bellegarde, le recteur lui même,
de quitter l’Académie en catimini.
Cela aurait pu être l’occasion inespérée
pour l’administration de décider de
se passer de ce genre de grand chef et,
comme c’est souvent le cas pour les
autres catégories de personnels, précaires
ou non, de ne pas renouveler les
moyens financiers nécessaires à ce
poste. Mais les coupes budgétaires ne
touchent jamais les hautes sphères de la
hiérarchie et c’est finalement sans surprise
que la Guyane a vu débarquer un
nouveau Recteur, Jean-Michel Blanquer.

Un républicain en Guyane.

M Blanquer fut tour à tour professeur
de droit public, directeur de l’Institut
d’Études politiques de Lille, directeur
de l’Institut des hautes études d’Amérique
latine et, plus modestement, essayiste
sur l’avenir de l’humanité. Car
qu’il s’intéresse à « la tectonique des
intégrations régionales sur le continent
américain » ou à la « quatrième
blessure narcissique de l’homme »,
notre bonhomme s’interroge sur le
monde et veut inscrire sa pensée dans
le sillage des révolutions copernicienne,
darwinienne et freudienne ;
rien que ça. Mais ne nous inquiétons
pas, le recteur Blanquer reste humble
et veut être avant tout un homme de
terrain. Ainsi, à défaut de changer
d’ère, il pourra au moins ici changer
d’air.
A peine arrivé, M Blanquer se met au
travail et affiche ses ambitions dans
les média. Pour lui, l’école en Guyane
est avant tout « une fabrique de petits
Français » et quand il s’agit de motileur
rappelle le devoir républicain de la
France éternelle. « Grâce à vous, leur a-t-il
dit, le Service public d’éducation est assuré.
C’est l’honneur de la République de pouvoir
assumer en tous points du territoire sa mission
d’Education. Vous êtes à l’avant garde
des grands défis auxquels l’Education nationale
doit répondre en Guyane. ». Le ton est
donné et le recteur Blanquer veut assurer sa
mission quasi évangélique selon le triptyque
de la République française « une et indivisible
 » : Liberté, Egalité, Fraternité. L’école
de la troisième République, à la fin du
XIXème siècle n’avait pas d’autre but : il
s’agissait alors de fabriquer des petits Français
instruits (sachant lire, écrire et compter),
fiers et dévoués à leur nation quitte à se
débarrasser au passage de toutes les langues,
cultures et autres particularités régionales.


Commentaires

Agenda

<<

2018

 

<<

Novembre

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
   1234
567891011
12131415161718
19202122232425
2627282930  
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Brèves

Coup de gueule… bis

dimanche 14 septembre 2014

Au collège, on accueille de plus en plus d’élèves hétérogènes : non lecteurs, lecteurs débutants, déchiffreurs, en difficultés personnelles, sociales, primo arrivants, etc. Le collège doit donc devenir un lieu où tous ces élèves ont leur place mais aussi le lieu de toutes les expérimentations. Génial !
On va pouvoir enfin inventer, créer, innover. Oui, mais... Quels outils, quel matériel, quelle formation pour le professeur qui veut s’investir dans les projets ? Il va falloir tâtonner, trier la masse d’informations sur internet, faire des proformas, écouter le discours des uns, des autres, trouver une salle, demander une armoire, des livres, un ordinateur ? J’en passe ! Monter des projets, c’est bien joli, mais quel parcours du combattant ! Tout ceci est-il bien logique à l’heure où on supprime les enseignants spécialisés ? Est-ce au professeur lambda de remplacer ces spécialistes ? Comme d’habitude, on marche sur la tête !

Coup de gueule

dimanche 14 septembre 2014

80% d’une classe d’âge au bac ! C’était une révolution. L’égalité des chances... etc. Oui, on y arrive.
On trafique les notes, on fait passer les élèves au bénéfice de l’âge, on les maintient dans le système sans leur donner les moyens de réussir.... j’en passe ! On arrive maintenant à avoir des élèves qui vont au bac en sachant tout juste lire. Oui, tout le monde peut avoir son bac, un bac bradé pour faire du chiffre !
De quel intérêt parle-t-on alors ? Celui de l’élève ou celui de la sacro-sainte statistique d’une société dans laquelle seul le rendement compte ?

Enquête par questionnaire

jeudi 13 décembre 2012

Dès janvier SUD Éducation Guyane lancera une enquête par questionnaire sur les conditions matérielles de travail dans les écoles de Guyane.

L’objectif est pour nous de recueillir des données chiffrées histoire de dresser une liste assez exhaustive de problèmes rencontrés au niveau de nos extraordinaires conditions de travail...

Pour mener à bien cette enquête nous avons reçu un coup de main des camarades du département de sociologie de l’université Brest.

Double vacation

jeudi 13 décembre 2012

Le recteur est revenu sur sa position : il n’y aura pas d’expérimentation de la double vacation en Guyane. Reste que des enfants sont toujours non scolarisés et les constructions scolaires manquent cruellement.

La fédération SUD Éducation va intervenir auprès du ministère pour réaffirmer la nécessité d’un plan d’urgence pour l’éducation en Guyane.

Inspection : et si on arrêtait les bidouillages ?

jeudi 13 décembre 2012

SUD Éducation vient d’écrire au recteur pour lui demander de rappeler à ses Inspecteurs qu’ils ne peuvent pas faire n’importe quoi en matière d’inspection.

Les inspections surprises ne sont pas réglementaires. Les rapports d’inspection doivent être adressés aux intéressés dans un délai d’un mois et la note pédagogique doit être communiquée dans le trimestre qui suit l’inspection.