Résultats - élections professionnelles - 2018

SUD éducation Guyane
vendredi 7 décembre 2018
par  Sud Éducation Guyane

CTA : Participation à 43.31%
UNSA 1658 (6 sièges)
FSU 1264 (4 sièges)
SUD 210
STEG-UTG 130
SGEN 55
FO 109

PLP : Participation à 59.44%
UNSA 100 (3 sièges)
SNUEP-FSU 76 (3 sièges)
SUD 31 (1 siège)
STEG-UTG 32 (1 siège)
SNETAA-FO 68 (2 sièges)

Certifiés : Participation à 43.89%
UNSA 153(6 sièges)
SNES-FSU 258 (10 sièges)
SUD 57 (2 sièges)
STEG-UTG 30 (1 siège)

Agrégés : Participation à 55.47%
SNES-FSU 50 (7 sièges)
SUD 19 (3 sièges)

6 élus : 1 PLP, 2 certifiés et 3 agrégés
Pour les autres listes (CAPD, CAPA CPE, CAPA SAENES et CCP) : progression en voix mais pas d’élus.

DÉCLARATION LIMINAIRE LORS DU DÉPOUILLEMENT du 6 DÉCEMBRE 2018

SUD éducation Guyane s’est toujours opposé au choix du vote électronique imposé par le ministère de l’Éducation Nationale. La distribution du matériel de vote plus que parcellaire, le déroulement catastrophique de la première journée et plus généralement celui des élections lors de la semaine écoulée démontre, s’il en était encore nécessaire, que nous avons eu raison.

D’abord, le taux de participation s’avère de nouveau catastrophique.

Sans les efforts de pédagogie de l’ensemble des organisations syndicales pour expliquer la procédure et accompagner nombre de collègues dans l’expression de leur droit, sans leur intervention auprès de l’administration pour signaler les anomalies, la participation frôlerait le ridicule ! Alors aujourd’hui ne venez pas nous tenir des discours éculés sur le supposé désintérêt des collègues pour ces élections puisque votre responsabilité dans cet échec est clairement engagée.

Les obstacles que certain-e-s ont dû franchir afin de pouvoir voter, la complexité des opérations de vote, la difficulté à récupérer son matériel de vote, la difficulté d’accès aux plates-formes sur internet, les dysfonctionnements informatiques sont les symboles du parcours du combattant qu’a été pour certain-e-s le simple fait de voter. A cela, ajoutons l’individualisation, voire l’isolement de l’acte de vote, que représente un tel scrutin !

Ensuite, ce scrutin constitue à bien des égards une véritable atteinte aux droits démocratiques des personnels les plus précaires (AED, AESH, contractuel-le-s, ...)

Le taux de participation est dramatiquement bas et il en va de votre responsabilité ! Vous êtes responsables selon nous d’avoir empêché les plus précaires de voter en ne leur communiquant ni leur Numen, ni leur adresse professionnelle et encore moins leur notice de vote. Cette pratique met de nouveau en exergue le mépris que vous exercez à l’encontre de ces personnels, mépris se traduisant par une différence flagrante de traitement entre les personnels contractuels et les personnels titulaires. Partout dans l’académie, de nombreux personnels ont éprouvé des difficultés à voter ou bien ont été privés de ce droit à cause d’erreurs purement administratives ou techniques ! Il est inadmissible que des erreurs administratives et des rigidités techniques fassent entrave au droit démocratique fondamental des travailleurs de désigner leurs représentant-e-s ! Le rôle de l’administration est en effet de permettre aux électrices et aux électeurs d’exercer leurs droits, pas de les en empêcher !

En conséquence, nous considérons que l’administration aurait dû prendre les mesures nécessaires pour permettre la résolution de ces problèmes, d’autant plus que les difficultés des contractuel-le-s étaient connues depuis les expériences semblables lors des élections précédentes.

Nous n’avons par ailleurs aucun moyen de contrôle réel sur l’authenticité du vote. Nous sommes censés nous contenter de faire confiance à des « experts indépendants » nous garantissant l’authenticité des votes alors même que de nombreux collègues ont été écartés du scrutin. Nous avons donc été contraints de déléguer notre mission d’observation et de contrôle et cela ne peut nous satisfaire.

Nous l’avons déjà dit et nous le réaffirmons : nous nous interrogeons sur cette volonté de maintenir un vote électronique qui, scrutin après scrutin, désorganise la bonne tenue des élections là où le vote à urnes physiques, qui a déjà prouvé son efficacité en termes de participation et de transparence, aurait été une garantie des principes démocratiques.

Enfin, nous refusons la privatisation de nos élections professionnelles. Des millions d’euros d’argent public ont dû être dépensés pour le résultat constaté cette semaine : un serveur qui ne tient pas 5 minutes après l’ouverture du vote et une remise en route plus que laborieuse ! Il y avait mieux à faire au service de l’École Publique !

Pour toutes ces raisons, Sud éducation Guyane se considère obligé, en tant que membre du bureau électronique de vote, de refuser de déverrouiller les urnes tant que tous les personnels privés de leur droit de vote n’auront pas eu la possibilité de voter. Nous invitons toutes les autres organisations syndicales, notamment celles qui ont exprimé leurs critiques sur le scrutin, à faire de même.

Ces élections sont scandaleuses.

Nous ferons tout ce qui sera en notre pouvoir avec l’ensemble des personnels pour faire que cette élection soit la dernière organisée par voie électronique.

SUD éducation Guyane,
Le 6 décembre 2018



Commentaires

Agenda

<<

2020

 

<<

Novembre

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
      1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
30      

Brèves

Conditions de rentrée : résultats de l’enquête en ligne de SUD éducation

mercredi 7 octobre

- Confinement et télétravail : de nombreuses entorses au statut sans contreparties
- Rentrée 2020 : grand flou et impréparation
- Rentrée 2020 : pas de moyens supplémentaires
- Réformes : une dégradation des conditions de travail et des nouveaux programmes contestés
- Informatique : un parc informatique parfois vétuste
- Des conditions de travail qui se dégradent

Rentrée scolaire : l’impréparation se poursuit pour une rentrée explosive et anxiogène

lundi 31 août

Le ministère a publié dans la soirée du vendredi 28 août des fiches thématiques sur la restauration, l’EPS, l’éducation musicale,l’internat et les récréations. Ces fiches thématiques, sont publiées trop tardivement sans que les équipes puissent s’en servir en amont de la rentrée scolaire

Sur le Web : (la suite)

Stagiaires premier et second degré : toutes informations utiles

lundi 24 août

Bienvenue dans le métier ! Nous vous souhaitons tout d’abord de prendre du plaisir, de vous épanouir, de participer à l’émancipation des élèves, de donner un sens à un métier qui est aussi socialement utile, au service de l’égalité et de la justice sociale.

L’année de stage est un moment particulier de la carrière des enseignant-e-s. Comment débute mon année de stage ? Quel est le calendrier ? Quelle sera ma rémunération ? Comment se déroule la phase d’affectation, à laquelle je participerai ?

Dossier Coronavirus - Solidaires

mardi 17 mars

Le coronavirus est une menace et un danger et chacun-e en prend la mesure au fur et à mesure de la propagation du virus de par le monde. Mais il est légitime d’interroger la réaction d’Emmanuel Macron et ses annonces lors de son intervention télévisuelle du jeudi 12 mars. Nous entrons dans une nouvelle période. Lutte contre le coronavirus ou régressions sociales, ce n’est pas une alternative. Nous continuerons à combattre les politiques régressives : réforme de l’assurance chômage, réforme des retraites...et à refuser la répression et les violences policières.

Sur le Web : Dossier Solidaires

Dossier Coronavirus - SUD éducation

mardi 17 mars

La crise sanitaire ne doit pas induire la suspension de l’état de droit. Nous serons vigilant-e-s quant au respect des libertés publiques et des droits fondamentaux. Nous serons également vigilant-e-s quant aux restrictions concernant les droits et garanties des fonctionnaires.

Sur le Web : Dossier SUD