Suppression du samedi matin

Une grasse matinée chèrement payée.

dimanche 11 mai 2008
par  Sud Éducation Guyane

Plus d’école le samedi matin : voilà de quoi se faire plein d’amis... Malheureusement, ce qui s’apparente à une grasse matinée supplémentaire ne semble encore une fois qu’un moyen de faire des économies en invoquant de bonnes intentions et surtout la nécessité pédagogique.
Depuis le début de cette histoire nous sommes dans le flou le plus complet et le « relevé de conclusion commun » signé début février ne nous a pas beaucoup plus éclairé. Les enseignants du premier degré ont beau être ceux qui font le plus d’heures dans toute l’Europe, ce n’est pas une raison pour diminuer leur charge de travail. Les 2 heures du samedi sont toujours dues. Donc il faudra bien les mettre quelque part.

Des économies sur la formation professionnelle et sur les RASED.

« Les 12 heures dévolues à l’animation pédagogique deviennent 18 heures annuelles consacrées de manière globale à l’animation et à la formation ». Ajoutez à cela les heures de soutien qui peuvent se transformer en formation et vous comprendrez qu’il vous faudra choisir entre le soutien ou la formation. Si vous choisissez la formation : alors cela sera pendant les vacances puisque ce sont des heures non effectuées. Et si cela se fait pendant les vacances pourquoi garder autant de Brigades de Formation Continue…
Au-delà de l’illusion qui est donnée aux familles sur le fait que l’on se préoccupe sérieusement de la difficulté scolaire, nous ne voyons dans ces 60 heures de soutien, qu’un moyen d’en finir avec des RASED auxquels on a jamais donné les moyens de fonctionner.
Economie sur la formation, économie sur les réseaux d’aides, vous comprendrez la réelle motivation de notre ministre à combattre l’échec scolaire…

Une réorganisation dont on n’a pas fini de parler.

Malgré une répartition apparemment précise des 108 heures hors classe il y a toujours un flou sur la répartition hebdomadaire des 60 heures d’action directe sur les élèves dits en difficulté. Tout cela dépendra des communes et des contraintes de ramassage scolaire. Nous pouvons déjà imaginer les difficultés supplémentaires que cela va engendrer sur les fleuves.
A ce jour les directeurs de certaines circonscriptions ont déjà pu se rencontrer afin de faire des propositions sur la réorganisation de la semaine (pourquoi que les directeurs ?). Pour celle de Kourou, l’IEN parle de mettre en place la journée continue le mardi, mercredi, jeudi et vendredi. Le soutien se faisant le lundi après-midi…
On imagine bien la pagaille de la rentrée prochaine. Il paraît bien loin le souci pédagogique.

D’autres solutions existent contre l’échec scolaire.

La lutte contre l’échec scolaire passe à notre avis par plusieurs pistes complémentaires et non exhaustives :
- Des RASED complets dans tous les groupes scolaires.
- Un médecin scolaire pour 1000 élèves (aujourd’hui c’est 1 pour 10 000 de l’aveu même du ministère). Une assistante sociale dans tous les groupes scolaires ZEP.
- Une baisse des effectifs dans les classes (Cf. Rapports STAR, PICKETTY). L’enquête internationale PIRLS (Progress in International Reading Literacy Study) qui évalue les élèves de CM1 en lecture, place le système français en milieu de tableau. Ce que nous apprend aussi cette enquête, c’est que la taille moyenne des classes de CM1 est de 24 en France contre 20 pour les pays les mieux classés.


Documents joints

Obligation de service : ce qui va changer en (...)
Obligation de service : ce qui va changer en (...)

Commentaires

Agenda

<<

2017

 

<<

Décembre

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
    123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Brèves

Coup de gueule… bis

dimanche 14 septembre 2014

Au collège, on accueille de plus en plus d’élèves hétérogènes : non lecteurs, lecteurs débutants, déchiffreurs, en difficultés personnelles, sociales, primo arrivants, etc. Le collège doit donc devenir un lieu où tous ces élèves ont leur place mais aussi le lieu de toutes les expérimentations. Génial !
On va pouvoir enfin inventer, créer, innover. Oui, mais... Quels outils, quel matériel, quelle formation pour le professeur qui veut s’investir dans les projets ? Il va falloir tâtonner, trier la masse d’informations sur internet, faire des proformas, écouter le discours des uns, des autres, trouver une salle, demander une armoire, des livres, un ordinateur ? J’en passe ! Monter des projets, c’est bien joli, mais quel parcours du combattant ! Tout ceci est-il bien logique à l’heure où on supprime les enseignants spécialisés ? Est-ce au professeur lambda de remplacer ces spécialistes ? Comme d’habitude, on marche sur la tête !

Coup de gueule

dimanche 14 septembre 2014

80% d’une classe d’âge au bac ! C’était une révolution. L’égalité des chances... etc. Oui, on y arrive.
On trafique les notes, on fait passer les élèves au bénéfice de l’âge, on les maintient dans le système sans leur donner les moyens de réussir.... j’en passe ! On arrive maintenant à avoir des élèves qui vont au bac en sachant tout juste lire. Oui, tout le monde peut avoir son bac, un bac bradé pour faire du chiffre !
De quel intérêt parle-t-on alors ? Celui de l’élève ou celui de la sacro-sainte statistique d’une société dans laquelle seul le rendement compte ?

Enquête par questionnaire

jeudi 13 décembre 2012

Dès janvier SUD Éducation Guyane lancera une enquête par questionnaire sur les conditions matérielles de travail dans les écoles de Guyane.

L’objectif est pour nous de recueillir des données chiffrées histoire de dresser une liste assez exhaustive de problèmes rencontrés au niveau de nos extraordinaires conditions de travail...

Pour mener à bien cette enquête nous avons reçu un coup de main des camarades du département de sociologie de l’université Brest.

Double vacation

jeudi 13 décembre 2012

Le recteur est revenu sur sa position : il n’y aura pas d’expérimentation de la double vacation en Guyane. Reste que des enfants sont toujours non scolarisés et les constructions scolaires manquent cruellement.

La fédération SUD Éducation va intervenir auprès du ministère pour réaffirmer la nécessité d’un plan d’urgence pour l’éducation en Guyane.

Inspection : et si on arrêtait les bidouillages ?

jeudi 13 décembre 2012

SUD Éducation vient d’écrire au recteur pour lui demander de rappeler à ses Inspecteurs qu’ils ne peuvent pas faire n’importe quoi en matière d’inspection.

Les inspections surprises ne sont pas réglementaires. Les rapports d’inspection doivent être adressés aux intéressés dans un délai d’un mois et la note pédagogique doit être communiquée dans le trimestre qui suit l’inspection.