Rapport Pochard

L’€cole de demain

dimanche 11 mai 2008
par  Sud Éducation Guyane

Le rapport Pochard, a été rendu public le 4 février 2008. Il s’inscrit dans la droite ligne du rapport Darcos de 2007 et de la lettre aux éducateurs de N. Sarkozy. Il fait à la fois un état des lieux de l’Education Nationale et émet des prescriptions qui reprennent le leitmotiv de la campagne présidentielle (« travailler plus pour gagner plus »)...mais pas seulement.
Certes, on pouvait s’y attendre, mais ce rapport, construit assez finement un ensemble de propositions qui tissent les mailles de ce que sera certainement l’école de demain : recul du cadre national des enseignements, mise en concurrence des « établissements comptables de leurs résultats » et évalués publiquement, le tout dans le contexte de la disparition de la carte scolaire, rémunération au mérite, renforcement des pouvoirs du chef d’établissement dont le rôle devient de plus en plus central, disparition des concours de recrutement, gestion « individualisée » des carrières...

Renforcement des pouvoirs du chef d’établissement.

L’autonomie dont il est question dans le rapport Pochard n’est là que pour permettre de renforcer, au niveau local, les pouvoirs du chef d’établissement chargé d’appliquer une politique de résultats. Il aurait une « marge d’appréciation » pour fixer les « modalités locales du travail », « un lien contractuel » pourrait s’établir entre l’établissement et l’enseignant. Son pouvoir d’évaluation serait renforcé, ce qui aboutirait à concentrer un peu plus encore le pouvoir entre les mains d’une seule personne.

Annualisation du temps de travail, augmentation des obligations de service, bivalence.

La définition hebdomadaire du temps de travail céderait la place à une définition annualisée de 648 heures de cours auxquelles il faudrait ajouter des activités comme « l’accompagnement de l’élève » ou l’aide à son orientation et des activités « modulables » pour les volontaires et rémunérées en heures supplémentaires. La bivalence est proposée en 6/5eme (il est même proposé le création de CAPES bivalents). Alors que le temps de travail des enseignants est évalué à plus de 40 heures hebdomadaires par les études du ministère, ces mesures visent à augmenter encore la charge et les horaires de travail.
Loin de poursuivre un objectif pédagogique, ces mesures visent uniquement à réaliser des économies budgétaires.

Évolution des carrières.

Toute augmentation générale des salaires est exclue, alors que la commission a reconnu la perte du pouvoir d’achat des enseignants et la réalité du problème salarial. Augmentations de début de carrière et primes sont évoquées mais toujours avec une contrepartie en temps de présence supplémentaire ! Cette nouvelle version du « travailler plus pour gagner plus » est inacceptable ! Le principe d’une rémunération basée sur une grille applicable à tous est dénoncé comme « un égalitarisme réducteur source de démotivation ». C’est faire là les louanges de la rémunération au mérite.
Le rapport préconise une individualisation des « parcours », le développement de carrières « négociées », d’évolutions professionnelles « sur mesure ».
« Les carrières pourront être négociées dans le cadre d’engagements réciproques entre l’enseignant et l’institution ». C’est donc une mise en concurrence directe des personnels entre eux.
Est également envisagée l’évaluation collective des personnels sur la base des résultats de l’établissement.

Recrutements.

En ce qui concerne les recrutements, plusieurs pistes sont envisagées allant d’une simplification des concours du second degré, éventuellement déconcentrés avec recrutement académique (cf 1er degré) jusqu’à la suppression pure et simple de ce mode de recrutement et son remplacement par un recrutement après un « master d’enseignement ». Dans cette dernière hypothèse, sont envisagés soit un concours simplifié, soit une procédure de qualification suivie d’une sélection par l’instance locale soit, enfin, un recrutement sur candidature individuelle.

Refuser la politique managériale.

Pour nous ces choix sont inacceptables : ils aggravent les conditions de travail, mettent en place une gestion managériale et aboutiront inévitablement à un accès plus inégalitaire à l’École par une concurrence accrue entre établissements. Les propositions « Pochard » sont à replacer dans le cadre du projet de 80 000 suppressions de postes en 4 ans ! Pour y parvenir, une nouvelle « contre réforme » de l’enseignement est indispensable : elle a commencé par la suppression du samedi matin en primaire, la suppression du BEP et d’une année d’étude dans l’enseignement professionnel et va se poursuivre en collège et en lycée.
Ainsi se dessine un projet de transformation de l’école qui abandonne l’objectif de service public au profit d’une course aux résultats.

Ce que sera l’école de demain se trouve dans ce rapport. Il ne tient qu’à nous de faire changer les choses !


Commentaires

Agenda

<<

2017

 

<<

Novembre

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
  12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
27282930   
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Brèves

Coup de gueule… bis

dimanche 14 septembre 2014

Au collège, on accueille de plus en plus d’élèves hétérogènes : non lecteurs, lecteurs débutants, déchiffreurs, en difficultés personnelles, sociales, primo arrivants, etc. Le collège doit donc devenir un lieu où tous ces élèves ont leur place mais aussi le lieu de toutes les expérimentations. Génial !
On va pouvoir enfin inventer, créer, innover. Oui, mais... Quels outils, quel matériel, quelle formation pour le professeur qui veut s’investir dans les projets ? Il va falloir tâtonner, trier la masse d’informations sur internet, faire des proformas, écouter le discours des uns, des autres, trouver une salle, demander une armoire, des livres, un ordinateur ? J’en passe ! Monter des projets, c’est bien joli, mais quel parcours du combattant ! Tout ceci est-il bien logique à l’heure où on supprime les enseignants spécialisés ? Est-ce au professeur lambda de remplacer ces spécialistes ? Comme d’habitude, on marche sur la tête !

Coup de gueule

dimanche 14 septembre 2014

80% d’une classe d’âge au bac ! C’était une révolution. L’égalité des chances... etc. Oui, on y arrive.
On trafique les notes, on fait passer les élèves au bénéfice de l’âge, on les maintient dans le système sans leur donner les moyens de réussir.... j’en passe ! On arrive maintenant à avoir des élèves qui vont au bac en sachant tout juste lire. Oui, tout le monde peut avoir son bac, un bac bradé pour faire du chiffre !
De quel intérêt parle-t-on alors ? Celui de l’élève ou celui de la sacro-sainte statistique d’une société dans laquelle seul le rendement compte ?

Enquête par questionnaire

jeudi 13 décembre 2012

Dès janvier SUD Éducation Guyane lancera une enquête par questionnaire sur les conditions matérielles de travail dans les écoles de Guyane.

L’objectif est pour nous de recueillir des données chiffrées histoire de dresser une liste assez exhaustive de problèmes rencontrés au niveau de nos extraordinaires conditions de travail...

Pour mener à bien cette enquête nous avons reçu un coup de main des camarades du département de sociologie de l’université Brest.

Double vacation

jeudi 13 décembre 2012

Le recteur est revenu sur sa position : il n’y aura pas d’expérimentation de la double vacation en Guyane. Reste que des enfants sont toujours non scolarisés et les constructions scolaires manquent cruellement.

La fédération SUD Éducation va intervenir auprès du ministère pour réaffirmer la nécessité d’un plan d’urgence pour l’éducation en Guyane.

Inspection : et si on arrêtait les bidouillages ?

jeudi 13 décembre 2012

SUD Éducation vient d’écrire au recteur pour lui demander de rappeler à ses Inspecteurs qu’ils ne peuvent pas faire n’importe quoi en matière d’inspection.

Les inspections surprises ne sont pas réglementaires. Les rapports d’inspection doivent être adressés aux intéressés dans un délai d’un mois et la note pédagogique doit être communiquée dans le trimestre qui suit l’inspection.