Rentrée 2014

Académie de Guyane, ou l’absence de prospective

dimanche 7 septembre 2014
par  Sud Éducation Guyane

A l’heure où le sénateur J.E Antoinette et le président du Conseil Général A. Tien-Liong invitent la nouvelle ministre de l’éducation nationale, à venir dans le département de Guyane, dans l’espoir de voir aborder la question des moyens et des objectifs d’une éducation adaptée aux conditions concrètes de la Guyane et de l’inscrire comme axe prioritaire dans un plan de rattrapage spécifique, il est temps de faire un bilan sur les principaux problèmes de l’académie.

Dans le secondaire, la construction d’un lycée polyvalent et l’agrandissement d’un autre sont prévus pour 2018 alors que 938 élèves n’ont pas obtenu d’affectation après la 3ème. La seule solution proposée à court terme par le rectorat est l’augmentation du nombre d’élèves par classe ainsi que l’augmentation de l’amplitude des horaires d’ouverture des lycées (à moins que le rectorat n’anticipe une stagnation voire une diminution du nombre d’élèves). Par conséquent, encore une fois, ce sont les conditions de travail des enseignants et des élèves qui vont se dégrader davantage. On note aussi, une tendance à gonfler les effectifs dans les collèges existants où les élèves sont entassés dans des préfabriqués. De plus en plus d’établissements dépassent des tailles qui ne nous paraissent pas propices à l’apprentissage. Au vu de la forte croissance démographique, combien d’établissements dépasseront les 1000 élèves demain ?

Dans le primaire, le constat n’est guère meilleur. En cette rentrée 2014, on se demande quand l’école Saint-Agathe de Macouria sera prête et quand l’école Elie Castor de Grand Santi ré-ouvrira ? Pourquoi ferme-t-on des classes ? L’application des rythmes scolaires, tout comme pour l’année précédente, semble inadaptée et bâclée par la majorité des communes, pour la plupart plus intéressées par le fond d’amorçage que par la chronobiologie de l’enfant. On pourrait aussi parler de la grogne des parents d’élèves de Cayenne qui, en plus de ne pas avoir été écoutés, quant à l’application des rythmes, soulignent aussi que 80% de ses activités sont assurées par des personnels non formés et sans matériel. Que dire de la lutte contre la non scolarisation où rectorat et Conseil Général se renvoient la balle alors que la simple gratuité des transports scolaires réglerait une partie des problèmes ?

Pour le reste, c’est encore une rentrée bâclée que nous subissons et pour laquelle la charge de travail augmente encore : le déficit chronique de professeurs se traduit par le recours massif aux heures sup et par l´envoi aux quatre coins de l’académie de jeunes enseignants inexpérimentés ou peu formés Et l’ESPE me direz-vous ? Même si le recteur clame haut et fort que la question est réglée, ce n’est pas tout de suite qu’elle va livrer un contingent d’enseignants formés.

Non, vraiment ce n’est pas encore aujourd’hui qu’aura lieu la rentrée sereine tant espérée et ce n’est pas les chiffres de réussite aux examens qui vont nous remonter le moral.


Commentaires

Agenda

<<

2017

 

<<

Novembre

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
  12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
27282930   
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Brèves

Coup de gueule… bis

dimanche 14 septembre 2014

Au collège, on accueille de plus en plus d’élèves hétérogènes : non lecteurs, lecteurs débutants, déchiffreurs, en difficultés personnelles, sociales, primo arrivants, etc. Le collège doit donc devenir un lieu où tous ces élèves ont leur place mais aussi le lieu de toutes les expérimentations. Génial !
On va pouvoir enfin inventer, créer, innover. Oui, mais... Quels outils, quel matériel, quelle formation pour le professeur qui veut s’investir dans les projets ? Il va falloir tâtonner, trier la masse d’informations sur internet, faire des proformas, écouter le discours des uns, des autres, trouver une salle, demander une armoire, des livres, un ordinateur ? J’en passe ! Monter des projets, c’est bien joli, mais quel parcours du combattant ! Tout ceci est-il bien logique à l’heure où on supprime les enseignants spécialisés ? Est-ce au professeur lambda de remplacer ces spécialistes ? Comme d’habitude, on marche sur la tête !

Coup de gueule

dimanche 14 septembre 2014

80% d’une classe d’âge au bac ! C’était une révolution. L’égalité des chances... etc. Oui, on y arrive.
On trafique les notes, on fait passer les élèves au bénéfice de l’âge, on les maintient dans le système sans leur donner les moyens de réussir.... j’en passe ! On arrive maintenant à avoir des élèves qui vont au bac en sachant tout juste lire. Oui, tout le monde peut avoir son bac, un bac bradé pour faire du chiffre !
De quel intérêt parle-t-on alors ? Celui de l’élève ou celui de la sacro-sainte statistique d’une société dans laquelle seul le rendement compte ?

Enquête par questionnaire

jeudi 13 décembre 2012

Dès janvier SUD Éducation Guyane lancera une enquête par questionnaire sur les conditions matérielles de travail dans les écoles de Guyane.

L’objectif est pour nous de recueillir des données chiffrées histoire de dresser une liste assez exhaustive de problèmes rencontrés au niveau de nos extraordinaires conditions de travail...

Pour mener à bien cette enquête nous avons reçu un coup de main des camarades du département de sociologie de l’université Brest.

Double vacation

jeudi 13 décembre 2012

Le recteur est revenu sur sa position : il n’y aura pas d’expérimentation de la double vacation en Guyane. Reste que des enfants sont toujours non scolarisés et les constructions scolaires manquent cruellement.

La fédération SUD Éducation va intervenir auprès du ministère pour réaffirmer la nécessité d’un plan d’urgence pour l’éducation en Guyane.

Inspection : et si on arrêtait les bidouillages ?

jeudi 13 décembre 2012

SUD Éducation vient d’écrire au recteur pour lui demander de rappeler à ses Inspecteurs qu’ils ne peuvent pas faire n’importe quoi en matière d’inspection.

Les inspections surprises ne sont pas réglementaires. Les rapports d’inspection doivent être adressés aux intéressés dans un délai d’un mois et la note pédagogique doit être communiquée dans le trimestre qui suit l’inspection.