Paritarisme

Élections professionnelles dans l’éducation

dimanche 14 septembre 2014
par  Sud Éducation Guyane

Du 27 novembre au 4 décembre 2014, tous les personnels de l’Éducation nationale, quels que soient leur fonction, leur corps ou leur statut (titulaire ou précaire), sont appelés à participer aux élections professionnelles. Chacun-e de nous est directement concerné-e car à l’issue de ces élections, nos libertés syndicales et le pluralisme pourraient être remis en cause !

La plus grande partie des personnels votera dans quatre scrutins différents qui auront lieu en même temps.
Ces élections vont en effet renouveler l’ensemble des Commissions Administratives Paritaires (CAP) Nationales, Académiques (2nd degré) et Départementales (enseignant-es du 1er degré), ainsi que les Commissions Consultatives Paritaires (CCP) qui concernent certain-es non titulaires. Ces commissions gèrent nos carrières individuelles (mutations, changement de grade, de corps ou d’échelon) et préservent nos droits (commissions disciplinaires et congés formation ou réadaptation). Ces instances sont purement consultatives mais nos votes détermineront par qui les personnels seront représentés face à l’Administration.
Dans les établissements, les écoles, dans la rue comme dans les commissions, Sud éducation défend toutes et tous les salarié-es car il est un syndicat inter-catégoriel.

L’enjeu majeur de ces élections est le renouvellement des Comités Techniques (CT), au niveau académique (CT de proximité́) et surtout national, le Comité Technique Ministériel de l’Education nationale (CTMEN). Tous les personnels de l’Education nationale sont électeurs-trices aux CT et on n’y vote donc pas par corps. Les non titulaires participent au scrutin comme les titulaires. Ces comités traitent de la politique éducative en général (création et suppression de postes, de filières...).
Pour porter nos revendications d’une école publique, laïque et émancipatrice, Sud éducation doit continuer à faire entendre sa voix au CTMEN et ne doit pas disparaitre du paysage syndical.
Cette élection au CTMEN se révèlera décisive pour Sud Education. En effet, s’il veut conserver sa représentativité, Sud doit maintenir le siège au CTMEN, obtenu en 2011, et atteindre un score au moins égal à celui de 2011 (5,8%).
Chaque voix comptera !
Afin que Sud Education puisse continuer de développer son syndicalisme de lutte et de transformation sociale, il est essentiel que, en 2014 comme en 2011, nous passions la barre de la représentativité. Il s’agit là d’un enjeu vital pour les combats syndicaux que nous devons mener.
Nos droits et nos moyens de fonctionnement sur l’ensemble du territoire dépendront de l’obtention ou non d’un des quinze sièges du CTMEN. Or, ces droits et ces moyens syndicaux ne sont pas seulement ceux des représentant-es, mais les droits et les moyens de tous les personnels.

On votera aussi dans toute la Fonction publique. C’est donc également la représentativité des organisations syndicales au niveau de l’ensemble de la Fonction publique qui est en jeu, notamment celle de l’Union syndicale Solidaires. Solidaires propose un syndicalisme interprofessionnel de contre-pouvoir qui lie défense quotidienne des salarié-es et transformation de la société parce que toutes les travailleuses et tous les travailleurs ont des intérêts communs.

Notre syndicalisme a toute sa place dans l’Éducation nationale.

C’est pour ça qu’il faut à nouveau des élus SUD !

Pour donner sa voix sans perdre la parole :

Du 27 novembre au 4 décembre, votez, faites voter SUD.


Commentaires

Agenda

<<

2017

 

<<

Décembre

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
    123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Brèves

Coup de gueule… bis

dimanche 14 septembre 2014

Au collège, on accueille de plus en plus d’élèves hétérogènes : non lecteurs, lecteurs débutants, déchiffreurs, en difficultés personnelles, sociales, primo arrivants, etc. Le collège doit donc devenir un lieu où tous ces élèves ont leur place mais aussi le lieu de toutes les expérimentations. Génial !
On va pouvoir enfin inventer, créer, innover. Oui, mais... Quels outils, quel matériel, quelle formation pour le professeur qui veut s’investir dans les projets ? Il va falloir tâtonner, trier la masse d’informations sur internet, faire des proformas, écouter le discours des uns, des autres, trouver une salle, demander une armoire, des livres, un ordinateur ? J’en passe ! Monter des projets, c’est bien joli, mais quel parcours du combattant ! Tout ceci est-il bien logique à l’heure où on supprime les enseignants spécialisés ? Est-ce au professeur lambda de remplacer ces spécialistes ? Comme d’habitude, on marche sur la tête !

Coup de gueule

dimanche 14 septembre 2014

80% d’une classe d’âge au bac ! C’était une révolution. L’égalité des chances... etc. Oui, on y arrive.
On trafique les notes, on fait passer les élèves au bénéfice de l’âge, on les maintient dans le système sans leur donner les moyens de réussir.... j’en passe ! On arrive maintenant à avoir des élèves qui vont au bac en sachant tout juste lire. Oui, tout le monde peut avoir son bac, un bac bradé pour faire du chiffre !
De quel intérêt parle-t-on alors ? Celui de l’élève ou celui de la sacro-sainte statistique d’une société dans laquelle seul le rendement compte ?

Enquête par questionnaire

jeudi 13 décembre 2012

Dès janvier SUD Éducation Guyane lancera une enquête par questionnaire sur les conditions matérielles de travail dans les écoles de Guyane.

L’objectif est pour nous de recueillir des données chiffrées histoire de dresser une liste assez exhaustive de problèmes rencontrés au niveau de nos extraordinaires conditions de travail...

Pour mener à bien cette enquête nous avons reçu un coup de main des camarades du département de sociologie de l’université Brest.

Double vacation

jeudi 13 décembre 2012

Le recteur est revenu sur sa position : il n’y aura pas d’expérimentation de la double vacation en Guyane. Reste que des enfants sont toujours non scolarisés et les constructions scolaires manquent cruellement.

La fédération SUD Éducation va intervenir auprès du ministère pour réaffirmer la nécessité d’un plan d’urgence pour l’éducation en Guyane.

Inspection : et si on arrêtait les bidouillages ?

jeudi 13 décembre 2012

SUD Éducation vient d’écrire au recteur pour lui demander de rappeler à ses Inspecteurs qu’ils ne peuvent pas faire n’importe quoi en matière d’inspection.

Les inspections surprises ne sont pas réglementaires. Les rapports d’inspection doivent être adressés aux intéressés dans un délai d’un mois et la note pédagogique doit être communiquée dans le trimestre qui suit l’inspection.