De l’exception culturelle à l’exception éducationnelle :

Quelle école pour la Guyane ?

dimanche 14 septembre 2014
par  Sud Éducation Guyane

La Guyane est un territoire d’exception. Avec ses 90 909 km2 elle est le plus grand département de France ainsi que la plus vaste académie du territoire, mais avec ses 250 109 habitants, elle est aussi le moins densément peuplé (1,88hab/km²). La majeure partie du territoire est recouverte d’une forêt équatoriale, la température moyenne est de 28°C et il n’existe qu’une route reliant les deux fleuves et longeant le littoral. Certaines communes ne sont accessibles qu’en pirogue. Sa population, avec un taux de croissance de 3,8%, est répartie sur le littoral et le long des deux fleuves que sont le Maroni et l’Oyapock. Et on parle, ici, environ 12 langues différentes.
Face à ce portrait, esquissé très rapidement, on peut se demander quel est l’intérêt d’appliquer ici certaines lois métropolitaines et pas d’autres. Comme, par exemple, la trêve hivernale (le fait de ne pas expulser les locataires durant l’hiver) appliquée dans un département dont la température chute rarement en dessous de 20°C. De la même façon, le droit du sol (naître sur le territoire français de parents étrangers) n’existe pas ainsi que le port d’arme qui, nous l’avons dit dans un précédent article, est dû à une reconnaissance de la chasse comme moyen traditionnel de subsistance donc à un principe d’exception culturelle.

Voilà, le mot est lâché, dans sa grande sagesse la république, qui est une et indivisible, a reconnu le principe d’exception culturelle régionale, coupant ici avec le principe de l’universalisme républicain. Il est à noter que cette « exception » est arrivée tardivement et n’a pas empêché le génocide culturel et linguistique sur le territoire français. Ainsi, l’état français reconnaît-il le combat de coq en région Nord Pas de Calais, la corrida dans le Languedoc Roussillon, et ne parlons pas du concordat alsacien. Alors, pourquoi ne pas reconnaître sur ce même principe une « exception éducationnelle », pourquoi ne pas permettre à une académie de déroger aux règles de l’Éducation Nationale comme par exemple les rythmes scolaires. En effet, on peut se permettre de s’interroger sur la pertinence d’une telle réforme (qui je vous le rappelle prône des cycles d’apprentissage de 3h30 maximum, une pause méridienne de 1h30, ...) dans une région où la moitié des enfants habitent à plus d’une heure de pirogue ou de bus du lieu de scolarisation, où la moitié des écoles n’ont pas de cantine, où les trois quart des écoles n’ont pas de ventilateur alors qu’on dépasse en début d’après midi les 32°C et où, déplacement compris, certains enfants font 5h-18h sans rien dans le ventre. De même, est-ce que « nos ancêtres les gaulois, Jules César, les grecs » est pertinent en primaire et à 8000 km de la capitale, alors que nul ici n’a entendu parler des missions catholiques ou même de la guerre du Pacifique, des dictatures argentine et chilienne pourtant voisins plus proches de nous que la métropole. Et ne parlons pas de la reconnaissance des langues locales. Devons-nous laisser faire ici le génocide culturel que d’autres régions ont subi au principe que l’État n’investit pas de façon pérenne dans des professeurs des écoles rompus à ces langues et en les stabilisant sur poste à longue échéance. De plus, ce même état n’accepte pas la moindre adaptation locale au programme. Je me demande parfois où est cette France qui, au moment de la théorie économique de la mondialisation, a fait voter à l’OMC (organisation mondiale du commerce) une exception culturelle déclinée régionalement, soulignant que la culture n’est pas un bien commercial comme les autres. Sur ce même principe, on peut reconnaître que l’éducation n’est pas une marchandise et que l’on peut faire des exceptions régionales sans pour autant craindre un regain d’autonomie.

J’en appelle donc à l’autorité de la république pour qu’elle interpelle le gouvernement sur cette question de l’exception éducationnelle car cela fait bien longtemps que l’on sait que l’appartenance à la France ne passe pas par la langue mais par une culture, des valeurs communes et son histoire et qu’il n’est pas nécessaire d’être plus royaliste que le roi.


Commentaires

Agenda

<<

2017

 

<<

Octobre

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
      1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
3031     
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Brèves

Coup de gueule… bis

dimanche 14 septembre 2014

Au collège, on accueille de plus en plus d’élèves hétérogènes : non lecteurs, lecteurs débutants, déchiffreurs, en difficultés personnelles, sociales, primo arrivants, etc. Le collège doit donc devenir un lieu où tous ces élèves ont leur place mais aussi le lieu de toutes les expérimentations. Génial !
On va pouvoir enfin inventer, créer, innover. Oui, mais... Quels outils, quel matériel, quelle formation pour le professeur qui veut s’investir dans les projets ? Il va falloir tâtonner, trier la masse d’informations sur internet, faire des proformas, écouter le discours des uns, des autres, trouver une salle, demander une armoire, des livres, un ordinateur ? J’en passe ! Monter des projets, c’est bien joli, mais quel parcours du combattant ! Tout ceci est-il bien logique à l’heure où on supprime les enseignants spécialisés ? Est-ce au professeur lambda de remplacer ces spécialistes ? Comme d’habitude, on marche sur la tête !

Coup de gueule

dimanche 14 septembre 2014

80% d’une classe d’âge au bac ! C’était une révolution. L’égalité des chances... etc. Oui, on y arrive.
On trafique les notes, on fait passer les élèves au bénéfice de l’âge, on les maintient dans le système sans leur donner les moyens de réussir.... j’en passe ! On arrive maintenant à avoir des élèves qui vont au bac en sachant tout juste lire. Oui, tout le monde peut avoir son bac, un bac bradé pour faire du chiffre !
De quel intérêt parle-t-on alors ? Celui de l’élève ou celui de la sacro-sainte statistique d’une société dans laquelle seul le rendement compte ?

Enquête par questionnaire

jeudi 13 décembre 2012

Dès janvier SUD Éducation Guyane lancera une enquête par questionnaire sur les conditions matérielles de travail dans les écoles de Guyane.

L’objectif est pour nous de recueillir des données chiffrées histoire de dresser une liste assez exhaustive de problèmes rencontrés au niveau de nos extraordinaires conditions de travail...

Pour mener à bien cette enquête nous avons reçu un coup de main des camarades du département de sociologie de l’université Brest.

Double vacation

jeudi 13 décembre 2012

Le recteur est revenu sur sa position : il n’y aura pas d’expérimentation de la double vacation en Guyane. Reste que des enfants sont toujours non scolarisés et les constructions scolaires manquent cruellement.

La fédération SUD Éducation va intervenir auprès du ministère pour réaffirmer la nécessité d’un plan d’urgence pour l’éducation en Guyane.

Inspection : et si on arrêtait les bidouillages ?

jeudi 13 décembre 2012

SUD Éducation vient d’écrire au recteur pour lui demander de rappeler à ses Inspecteurs qu’ils ne peuvent pas faire n’importe quoi en matière d’inspection.

Les inspections surprises ne sont pas réglementaires. Les rapports d’inspection doivent être adressés aux intéressés dans un délai d’un mois et la note pédagogique doit être communiquée dans le trimestre qui suit l’inspection.