Emplois Précaires

Ça chauffe dans les services de la vie scolaire, bientôt tous CUI- !

mardi 7 décembre 2010
par  Sud Éducation Guyane

Depuis les antiques TUC, en passant par les CES, les CEC, les CAE ou les CAV, on est forcé de constater que les emplois précaires ont tendance à se généraliser dans les services de la vie scolaire du secondaire. Depuis 2003, avec la création des Assistants d’éducation qui ont remplacé les MI-SE, on a constaté une réelle dégradation des conditions de travail des personnels de la vie scolaire : augmentation du temps de travail de 1036 heures par an à 1604 heures par an pour le même salaire- ; recul des droits (autorisation d’absence, indemnités de congés maladie non versées pendant les 3 premiers jours...). Mais depuis 2006, c’est pire- ! En effet, les services de vie scolaire ont été vidés de plus de la moitié des assistants d’éducation pour être remplacés par des contrats encore plus précaires (CAE-CAV). La proportion d’emplois précaires est passée en peu de temps de 1/3 des effectifs à plus de 4/5. La valeur du travail de ces personnels s’est encore dévalorisée puisque qu’ils n’ont pas droit à la majoration de salaire de 40% (sans parler des retards de paiements qui se produisent régulièrement). De plus, leurs droits à la formation et à avoir un tuteur qui les "-accompagne dans l’emploi-", ne sont absolument pas respectés. Il n’existe aucune perspective d’embauche pour eux au sein de l’Éducation Nationale. Avec le nouveau contrat aidé CUI, contrat unique d’insertion, mis en place à partir de janvier 2011, les choses ne font qu’empirer. La généralisation de l’annualisation du temps de travail est la principale régression. Elle permet notamment d’exploiter un peu plus les salarié-es puisque certaines périodes de vacances pourront être ajoutées à la charge horaire hebdomadaire pour un revenu identique. Loin d’aider ces personnels dans un processus d’insertion efficace, le CUI les rend plus encore flexibles répondant avant tout aux préoccupations de l’employeur qui dispose ainsi d’une main-d’œuvre docile et peu coûteuse en charges sociales et patronales.

Ces contrats, tout bénef’ pour l’employeur, sont donc utilisés à toutes les sauces pour pallier le manque de personnel titulaire dans les services administratifs (secrétariat, gestion...) mais aussi pour les Intervenant en Langue Maternelle (ILM) et même pour l’accompagnement des enfants ayant un handicap en tant qu’auxiliaire de vie scolaire...

Dans la vie scolaire par exemple, la baisse de qualification (le Bac pour les assistants d’éducation, rien pour les CAE-CAV), l’instabilité des équipes et le non remplacement en cas d’absence de longue durée nuisent donc considérablement au suivi des élèves et contribuent à la baisse de la qualité du service public d’éducation. On s’en doute, ce jeu des « -chaises musicales de la précarité- » est dicté par le double objectif de faire baisser le nombre de demandeurs d’emploi tout en pouvant exploiter une main-d’œuvre bon marché et corvéable.
Mais bonne nouvelle- ! Dans le cadre de la réduction générale du volume de contrats aidés, le nombre de contrats affectés à l’Éducation Nationale est ramené de 52 000 actuellement à 38 000 en 2011 (réduction qui a déjà débuté à la rentrée 2010). Nous allons donc voir se créer des postes statutaires permettant la titularisation et une formation qualifiante des personnels concernés ?
Bien évidemment que non ! D’ailleurs ce parent de Stoupan le sait bien puisqu’il a dû s’enchaîner aux grilles de l’école, pour obtenir que son fils atteint de trisomie, ait enfin une auxiliaire de vie scolaire.
Nous constatons que malheureusement, avec la politique de Sarkozy, non seulement les conditions de précarité s’aggravent mais qu’en plus nous allons devoir faire face à un manque conséquent de personnel.


Commentaires

Agenda

<<

2017

 

<<

Novembre

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
  12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
27282930   
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Brèves

Coup de gueule… bis

dimanche 14 septembre 2014

Au collège, on accueille de plus en plus d’élèves hétérogènes : non lecteurs, lecteurs débutants, déchiffreurs, en difficultés personnelles, sociales, primo arrivants, etc. Le collège doit donc devenir un lieu où tous ces élèves ont leur place mais aussi le lieu de toutes les expérimentations. Génial !
On va pouvoir enfin inventer, créer, innover. Oui, mais... Quels outils, quel matériel, quelle formation pour le professeur qui veut s’investir dans les projets ? Il va falloir tâtonner, trier la masse d’informations sur internet, faire des proformas, écouter le discours des uns, des autres, trouver une salle, demander une armoire, des livres, un ordinateur ? J’en passe ! Monter des projets, c’est bien joli, mais quel parcours du combattant ! Tout ceci est-il bien logique à l’heure où on supprime les enseignants spécialisés ? Est-ce au professeur lambda de remplacer ces spécialistes ? Comme d’habitude, on marche sur la tête !

Coup de gueule

dimanche 14 septembre 2014

80% d’une classe d’âge au bac ! C’était une révolution. L’égalité des chances... etc. Oui, on y arrive.
On trafique les notes, on fait passer les élèves au bénéfice de l’âge, on les maintient dans le système sans leur donner les moyens de réussir.... j’en passe ! On arrive maintenant à avoir des élèves qui vont au bac en sachant tout juste lire. Oui, tout le monde peut avoir son bac, un bac bradé pour faire du chiffre !
De quel intérêt parle-t-on alors ? Celui de l’élève ou celui de la sacro-sainte statistique d’une société dans laquelle seul le rendement compte ?

Enquête par questionnaire

jeudi 13 décembre 2012

Dès janvier SUD Éducation Guyane lancera une enquête par questionnaire sur les conditions matérielles de travail dans les écoles de Guyane.

L’objectif est pour nous de recueillir des données chiffrées histoire de dresser une liste assez exhaustive de problèmes rencontrés au niveau de nos extraordinaires conditions de travail...

Pour mener à bien cette enquête nous avons reçu un coup de main des camarades du département de sociologie de l’université Brest.

Double vacation

jeudi 13 décembre 2012

Le recteur est revenu sur sa position : il n’y aura pas d’expérimentation de la double vacation en Guyane. Reste que des enfants sont toujours non scolarisés et les constructions scolaires manquent cruellement.

La fédération SUD Éducation va intervenir auprès du ministère pour réaffirmer la nécessité d’un plan d’urgence pour l’éducation en Guyane.

Inspection : et si on arrêtait les bidouillages ?

jeudi 13 décembre 2012

SUD Éducation vient d’écrire au recteur pour lui demander de rappeler à ses Inspecteurs qu’ils ne peuvent pas faire n’importe quoi en matière d’inspection.

Les inspections surprises ne sont pas réglementaires. Les rapports d’inspection doivent être adressés aux intéressés dans un délai d’un mois et la note pédagogique doit être communiquée dans le trimestre qui suit l’inspection.