Texte d’orientation

Pour un syndicalisme guyanais internationaliste

samedi 16 juin 2007
par  Sud Éducation Guyane

1. Cadre général de l’action syndicale


SUD Éducation Guyane se reconnaît dans le syndicalisme inspiré par la Charte d’Amiens de 1906 (voir texte en annexe).
SUD Éducation Guyane se déclare indépendant de tout groupe politique, religieux, patronal ou gouvernemental. Cette indépendance étant la garantie de l’élaboration des revendications par les travailleurs eux-mêmes.
Pour nous le syndicalisme est un outil de lutte et d’action permettant aux salariés de se réapproprier leurs revendications et modalité d’action par des pratiques d’auto organisation (AG, comité de grève ou de lutte, coordinations) sans les opposer à la nécessaire construction de l’outil syndical garant de la permanence et de la mémoire pour les luttes prolongées.
Notre syndicalisme s’opère donc dans le cadre de la classe laborieuse et ce en opposition à la classe possédante et aux gouvernants.
SUD Éducation Guyane affirme que nos acquis dépendent assurément des luttes que nous entretenons et n’est donc pas le fruit d’une cogestion consentie. Nous ne sommes pas les partenaires sociaux d’un pouvoir qui nous veut complice.
En conséquence, nous sommes solidaires de tous les travailleurs et nous les soutenons dans leurs luttes, et ce en dehors de tout intérêt corporatiste. Notre vision du syndicalisme est non seulement inter-catégorielle mais aussi inter-professionnelle ce qui fait que notre engagement dans l’Union des syndicats SOLIDAIRES Guyane est primordial.
SUD Éducation Guyane se veut être un syndicat de transformation sociale avec pour objectif la lutte contre le capitalisme. Nous nous opposons aussi à l’exclusion et l’oppression sous toutes leurs formes (sexisme, racisme, homophobie, colonialisme), domination d’une culture sur l’autre et de l’homme sur la nature. Nous nous autorisons à être présents dans tous les combats qui concernent la liberté de chacun comme de touTEs.
SUD Éducation Guyane reconnaît la situation de dépendance politique et économique que subit la Guyane et milite pour liberté des guyanaisES à disposer d’eux-mêmes, dans le respect de toutes les cultures.

2. Revendications pour l’Education en Guyane


SUD Éducation Guyane est contre la précarité de tous les personnels sous toutes ses formes et entend bien y mettre fin par la lutte. Nous affirmons la nécessité de la titularisation sans conditions des précaires.
SUD Éducation Guyane considère que la politique éducative de l’Académie de la Guyane manque gravement de moyens, de réflexion et de perspective. Ce qui contribuent à la dégradation des conditions de scolarisations et de travaille.
SUD Éducation Guyane affirme que l’Etat doit assumer ses responsabilités et apporter les moyens nécessaires pour que les droits fondamentaux de TOUS LES GUYANAIS-ES soient assurés. Nous engageons les personnels à s’organiser contre les attaques qui visent à la casse du service public.
Nous rappelons également que c’est l’immigration, forcée, contrainte ou volontaire qui a construit la Guyane. Nous considérons comme guyanaisE toute personne qui y est installée et participe à la vie sociale, économique, politique ou citoyenne de la Guyane.
En conséquence, nous sommes pour la scolarisation de TOUS LES ENFANTS présents sur le territoire. Nous inscrivons donc dans cette motion, la nécessité de notre action au sein du Réseau Education Sans Frontières.
Par ailleurs, SUD Éducation Guyane pense qu’il est plus que temps de briser le monolinguisme d’État et permettre à nos élèves de s’exprimer dans leurs langues et de mieux se les approprier au sein d’une nouvelle école plurilingue et ouverte sur ses réalités locales.
Donc, SUD Éducation Guyane demande l’octroi par l’État du statut de langues régionales aux langues suivantes : langues amérindiennes : Arawak-Lokono, Kali’na, Palikur-Parikwaki, Teko-Emérillon, Wayana et Wayãpi, langues businengee (variantes N’Djuka, Paamaka, Aluku et Saamaka) ainsi que le Hmong.
Nous affirmons la nécessité de faire entrer dans l’école les langues encrées dans la réalité géographique des élèves (première scolarisation en langue maternelle, classes bilingues, enseignement optionnel dans le secondaire…).
Nous nous prononçons également pour la modification des rythmes scolaires existants. Calqués sur des réalités « hexagonales », ces rythmes sont en effet inadaptés à la Guyane et doivent être soumis à réflexion.
Il est nécessaire de rapprocher les contenus et programmes scolaires du vécu de nos élèves. Nous exigeons donc qu‘ils soient discutés et recontextualisés.
Nous demandons donc la mise en place d’une formation adaptée et obligatoire pour touTEs.
SUD Éducation Guyane estime que ses propositions réunissent l’ensemble des éléments favorables à l’émergence d’une réussite scolaire de masse en Guyane.

3. La Guyane comme passerelle internationale


Nous constatons que la Guyane est une terre du « nord-économique » entourée de pays du « sud-économique ».
Notre appellation SUD signifie que nous avons un rôle à jouer dans le rééquilibrage économique et politique NORD/SUD à l’échelle planétaire.
Suite à la main mise coloniale des pays du Nord sur les pays du Sud, le système du libre échange et de la compétition économique continue de creuser d’évidentes inégalités entre les pays des deux hémisphères.
Dès lors que le seul modèle de développement est axé sur la croissance de production et la surconsommation, nous constatons combien la question écologique devient primordiale.
SUD Éducation Guyane affirme qu’un autre monde est possible et, à ce titre, entend bien servir de relais entre les luttes de l’Amérique du Sud et l’Europe, deux évidentes facettes de la Guyane d’aujourd’hui.


Texte adopté à l’unanimité lors du congrès de SUD Éducation Guyane de Saint Laurent du Maroni, le 15 juin 2007


Documents joints

Charte d'Amiens
Charte d'Amiens

Commentaires

Navigation

Articles de la rubrique

Agenda

<<

2017

 

<<

Novembre

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
  12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
27282930   
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Brèves

Union syndicale SUD-Solidaires

mercredi 30 août

L’Union syndicale Solidaires est composée de fédérations et syndicats nationaux, et d’Unions locales et régionales. Elle existe depuis 2003 mais a des racines bien plus anciennes dans le syndicalisme.
Elle défend les travailleurs et les travailleuses en France, quelle que soit leur origine et leur culture, et travaille avec les organisations de jeunes, de chômeur et chômeuses, de paysans, d’habitants.
Elle entretient des relations fraternelles avec de nombreuses organisations syndicales et d’associations à l’étranger pour faire vivre la solidarité internationale.
https://www.solidaires.org