Rentrée 2019 - Reprenons la mobilisation !

SUD éducation
mardi 27 août 2019
par  Sud Éducation Guyane

L’année passée a été marquée par des mobilisations d’ampleur : contre la réforme du lycée professionnel, contre la réforme du lycée générale et technologique et du baccalauréat, contre Parcoursup, et bien sûr contre la loi Blanquer. Cette mobilisation a connu des victoires, avec notamment l’abandon, du moins à ce stade, des Écoles publiques des savoirs fondamentaux. Cela dit, les revendications des personnels sont toujours d’actualité, et notamment l’abrogation des contre-réformes ! Les mauvais coups continuent de pleuvoir, avec en particulier la réforme des retraites qui arrive. L’heure est donc à la reprise de la mobilisation : mettons en débat dès les journées de pré-rentrée la construction de la grève dans tous les secteurs de l’éducation !

Une rentrée catastrophique

Les conditions de rentrée sont chaque année déplorables. Cette année, elles le sont particulièrement, notamment pour les raisons suivantes :

- les suppressions de postes : la suppression de 3550 postes se fera largement ressentir dans l’organisation des services, qu’il s’agisse des enseignant-e-s ou des administratifs-ves ;
- l’imposition de la deuxième HSA obligatoire, qui alourdira encore la charge de travail ;
- la mise en oeuvre des réformes des lycées : les emplois du temps, que ce soit en lycée professionnel ou en lycée général et technologique, sont dans de nombreux endroits catastrophiques ; ils pèsent sur nos conditions de travail et la vie personnelle et familiale ;
- les postes non pourvus : le ministère est directement responsable du manque d’attractivité du métier d’enseignant-e (bas salaires, autoritarisme, conditions de travail dégradées), et 1400 postes sont aujourd’hui non pourvus par la session 2019 des concours (en plus des 3550 suppressions) : ce seront autant de stagiaires de moins et de précaires en plus.

La loi Blanquer mise en oeuvre

La loi Blanquer a été promulguée le 28 juillet. Différentes dispositions vont entrer en œuvre dès la rentrée, et notamment :

- la mise en oeuvre des PIAL, les pôles inclusifs d’accompagnement localisés, qui en mutualisant les affectations d’AESH (accompagnant-e-s d’élèves en situation de handicap), précariseront encore davantage les personnels et dégraderont leurs missions ;
- le financement des écoles maternelles privées via l’obligation de scolarité dès 3 ans, alors même que 400 écoles rurales vont fermer ;
- la surenchère réactionnaire et nationaliste à l’œuvre avec l’obligation d’afficher les drapeaux et les paroles de l’hymne national en classe.

Cette rentrée s’annonce chaotique : dégradation des conditions de travail de toutes et tous, niveau de vie qui baisse, multiplication des tentatives de reprise en main autoritaire…

La mise en oeuvre progressive des autres dispositions de la loi va suivre, ne laissons pas faire ! Reprenons dès la rentrée le rapport de force avec le ministère, par la grève, dans l’unité, dans la durée !


Commentaires

Agenda

<<

2021

 

<<

Mars

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
293031    
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Brèves

Non à la loi liberticide « sécurité globale »

mercredi 16 décembre 2020

Dans une lettre ouverte à Emmanuel Macron, un collectif d’organisations syndicales (notamment SUD-Solidaires) et de journalistes demande le retrait des articles 21, 22 et 24 au nom du respect des libertés fondamentales.

Numéro Vert d’appui syndical de Solidaires !

lundi 30 novembre 2020

Le Numéro Vert d’appui syndical de Solidaires qui avait été lancé lors du premier confinement est remis en fonctionnement à partir du 30 novembre.

Il doit permettre d’aider les salarié-es, les chômeurs/ses, les étudiant-es à faire valoir leurs droits dans une période difficile et d’attaques contre les droits de tous-tes.

Le Numéro Vert 0 805 37 21 34 fonctionne désormais du lundi au vendredi entre 11h et 14h (Hexagone)

Face au Covid et au gouvernement

samedi 7 novembre 2020

Le covid se répand à nouveau d’une façon exponentielle. La crise sanitaire est grave. La première des priorités doit être la lutte pour limiter la contagion. Il faut également lutter contre la crise économique, sociale et écologique ! Il y a des mesures immédiates à prendre.

Sur le Web : Voir la vidéo

Samuel Paty : deuil, recueillement et solidarité

dimanche 18 octobre 2020

Les enseignant-e-s doivent pouvoir aborder les différents sujets du programme en classe en utilisant les supports pédagogiques qui leur paraissent pertinents sans avoir à craindre des représailles, sans même parler des menaces sur leurs vie...

Sur le Web : SUD Education