Annonces de Macron sur l’école : on ne veut pas d’entourloupe mais des moyens !

Communiqué de SUD éducation
dimanche 28 avril 2019
par  Sud Éducation Guyane

Jeudi 25 avril lors d’une conférence de presse le président Macron a présenté deux annonces concernant l’école :

- l’absence de fermetures d’écoles d’ici à la fin du quinquennat “sans l’accord des maires” ;
- la limitation des effectifs en école élémentaire et maternelle à 24 élèves par classe.

Ces deux annonces sont des trompe-l’œil. Dans tous les départements, les DSDEN ont déjà annoncé des fermetures d’écoles consécutives à des suppressions de postes. Il est aisé de prétendre geler les fermetures d’écoles jusqu’aux prochaines échéances électorales, alors même que les regroupements d’écoles s’accélèrent sur tout le territoire en zone rurale.

De même, la limitation des effectifs à la sauce Macron / Blanquer dissimule les disparités énormes entre les effectifs. Si dans de nombreuses écoles rurales, les effectifs sont souvent en dessous de 24 élèves par classe, les écoles élémentaires et maternelles, en zone urbaine, en particulier dans les quartiers populaires densément peuplés ont vu leurs effectifs exploser parfois jusqu’à trente élèves par classe. Avec la création des EPSF, des écoles pourront fermer avec l’accord des communes.
Ces annonces entrent en contradiction frontale avec la baisse de postes ouverts aux concours du premier degré dans les académies annoncée en ce début d’année civile et en contradiction avec les réformes actuelles et loi Blanquer.

Le président est obligé de commencer à céder, au moins dans les mots : son objectif idéologique de réduction coûte que coûte du nombre de fonctionnaires d’environ 120 000 postes a désormais du plomb dans l’aile. C’est la preuve que les diverses mobilisations, qu’il s’agisse des gilets jaunes ou bien des personnels en lutte, permet d’instaurer un rapport de force qu’il faut désormais amplifier pour arracher les moyens nécessaires au service public.

Intensifions la mobilisation pour la justice sociale, les services publics, une éducation émancipatrice, contre le projet de loi Blanquer, les réformes antisociales : grèves reconductibles, actions, manifestations… Chacun-e sait que pour l’emporter sur nos revendications, c’est la construction d’un rapport de force massif qui compte.

SUD éducation appelle ainsi à :

• la constitution d’assemblées locales regroupant les personnels et les parents d’élèves des écoles, établissements scolaires pour se coordonner, premier et second degré, organiser des actions en commun afin de construire la grève générale ;
• mettre en débat la grève et sa reconduction sur nos lieux de travail, dans toutes les écoles et les établissements, les AG locales ;
• construire d’ores et déjà la grève des examens ;
• avec les Gilets Jaunes, à continuer de lutter pour le partage des richesses, la transition écologique et la transformation sociale.


Commentaires

Agenda

<<

2020

 

<<

Juillet

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
  12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
2728293031  
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Brèves

Plus jamais ça ! : "Nous les avons applaudis, maintenant il nous faut les soutenir !"

lundi 8 juin

Ce ne sont pas des médailles que les personnels réclament mais des actes. Pour les obtenir, ils multiplient les mobilisations devant leurs établissements toutes les semaines et appellent à une grande journée de mobilisation le 16 juin partout en France. Nos organisations appellent l’ensemble de la population à manifester leur soutien et partager leurs exigences en se rendant à ces initiatives, tout en respectant les mesures de protection.

350.org, Action Aid, Aequitaz, ANV Cop 21, Alternatiba, Attac, CGT, Communauté de l’Arche non violence, Confédération paysanne, Convergences services publics, Copernic, Droit au logement, Emmaüs France, FSU, Greenpeace, Les Amis de la Terre, Notre Affaire à Tous, Oxfam, Solidaires, UNL

Sur le Web : Plus jamais ça !

Pétition : #PlusJamaisCa, signons #PourLeJourDapres

samedi 30 mai

- L’arrêt immédiat des activités non indispensables pour faire face à l’épidémie.
- Les réquisitions des établissements médicaux privés et des entreprises afin de produire dans l’urgence masques, respirateurs et tout le matériel nécessaire pour sauver des vies.
- La suspension immédiate du versement par les entreprises de dividendes, rachats d’actions et bonus aux PDG.
- La décision de ne pas utiliser les 750 milliards d’euros de la BCE pour alimenter les marchés financiers mais uniquement pour financer les besoins sociaux et écologiques des populations.

Y’a bon Banania, version 2020 : une production de l’Etat français

mercredi 27 mai

Communiqué Union syndicale Solidaires - Centrale Démocratique Martiniquaise des Travailleurs (CDMT)

(le tract)

KOUROU - Assemblée Générale le lundi 9 mars à 17h00 devant le parvis de la médiathèque

samedi 7 mars

AG de KOUROU,
Réunie prévue le lundi 9 mars à 17h00 devant le parvis de la Médiathèque pour proposer et choisir les modes d’actions qui nous conviendrons, avec la volonté de choisir des actions fortes qui s’inscriront dans la durée.
Le 49.3 ne doit pas et ne nous vaincra pas.
C’est en nous battant tous ensemble et jusqu’au bout que nous serons en mesure de gagner !

Comparateur de retraites entre le système actuel et le projet du gouvernement

vendredi 28 février

Le simulateur est prévu pour des carrières entamées relativement jeune et poursuivies à leur terme. C’est pourquoi l’âge de début de carrière est limité à 28 ans. Si vous avez été par exemple assistant-e d’éducation avant d’être enseignant-e, le simulateur sera bien plus proche de la réalité en faisant commencer votre carrière au début de votre période de travail comme AED.