Un grand débat qui se conclut par… toujours plus de Macronisme !

Union syndicale SOLIDAIRES
dimanche 28 avril 2019
par  Sud Éducation Guyane

Au moins sur ce point Emmanuel Macron a été clair : c’est sa vision et sa politique qualifiée « d’aspiration profonde de tout le pays » qui va primer.

A l’entendre les gilets jaunes et la colère sociale qui s’est exprimée depuis 6 mois, l’auraient changé profondément (on n’a pas vu en quoi)… mais visiblement pas son obstination d’appliquer des mesures ultra-libérales, qui étaient déjà en grande partie prévues dans son programme :

Augmentation de la durée de cotisation pour les retraites, les maisons de services au public qui vont se multiplier à la place des services publics, une baisse de l’Impôt sur le revenu, mais financée par le « travailler plus » et/ou la baisse des dépenses publiques...

Emmanuel Macron a beau pointer certains enjeux fondamentaux, comme la dépendance, la présence des services publics sur le territoire, les réponses restent évasives, notamment sur un éventuel revirement de sa part des suppressions de 120.000 fonctionnaires prévues, sur le gel des fermetures d’écoles et d’hôpitaux renvoyé à la responsabilité des maires, tandis qu’il valide implicitement les projets de réforme de la fonction publique et de l’Education.

Rien sur l’augmentation du SMIC, sur le rétablissement de l’ISF ou une réelle lutte contre la fraude et l’évasion fiscale. On repassera donc plus tard pour la justice sociale et fiscale !

Et sur les questions environnementales ? c’est le vide abyssal sur le fond malgré les mobilisations de plus en plus massives… et la création « d’un conseil de défense écologique » aux accents militaires ne convainc en rien.

Le logiciel ne change donc pas : méritocratie assumée, « travailler plus », et prend même des airs inquiétants autour des thèmes « travail, famille, patrie » qui renvoient à une époque qu’on voudrait ne pas voir revenir.

Le discours d’Emmanuel Macron sur les thèmes de l’immigration, sur une laïcité qui s’oppose au communautarisme des quartiers a de quoi inquiéter tant il joue sur des amalgames et une ligne qui n’a que peu à envier à l’extrême droite.
Il pointe les abus de l’immigration, et d’emblée un islamisme radical… on est tout aussi songeur sur ce que pourrait être « un patriotisme inclusif » qu’il revendique.

Emmanuel Macron a donc confirmé son cap, revendiquant sa « modernité » et niant les alternatives portées par le mouvement social et les gilets jaunes, alternatives économiques, sociales, et écologiques que porte également Solidaires. Les gilets jaunes ont d’ailleurs dû apprécier la qualification de « gymnastique » de leurs actes des samedi passés...

Notre réponse collective doit à nouveau se traduire par des mobilisations massives dans la rue, dans nos entreprises, et nos services.

Solidaires sera dans la rue le 1er mai prochain, le 9 mai pour la Fonction publique et les services publics et aux côtés de toutes celles et ceux qui aspirent à la justice sociale, fiscale, et écologique.

Union syndicale SOLIDAIRES,
le 26 avril 2019


Commentaires

Agenda

<<

2019

 

<<

Juin

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
     12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Brèves

Expressions Solidaires n° 89 (journal national de Solidaires)

samedi 12 janvier

Edito : « Mais c’est une révolte ?
Non, sire, c’est une révolution »
Double page affichage : "calendrier 2019"
Dossier central : Résultats d’élections pour l’Union syndicale Solidaires
Trois questions à : La Maison des lanceurs d’alerte
Parution du livre "Découvrir Solidaires l’Union syndicale"
Infos Solidaires

SUD Solidaires en action n° 160 (20 novembre 2018)

mardi 20 novembre 2018

- Syndicalistes, nous marcherons pour dire stop aux violences sexistes et sexuelles que subissent les femmes au travail
- Si tous nos mouvements convergeaient, nous pourrions gagner
- Retraité-es : le groupe des 9 fait monter la pression
- Guyane : grève victorieuse dans l’éducation
- La Poste 92 : toujours en grève
- Pôle emploi : en grève le 20 novembre

Sexisme et manuels scolaires

dimanche 4 novembre 2018

Outils de travail quotidien pour les élèves et les enseignant-es, les manuels scolaires sont hélas bien souvent les vecteurs de représentations stéréotypées, sexistes. Ils contribuent par là à perpétuer un ordre patriarcal synonyme de discriminations. Le Centre Hubertine Auclert a produit de nombreuses études analysant les représentations sexuées dans les manuels d’histoire, de français, de mathématiques. Ces études permettent de mieux comprendre les biais sexistes de nombre de manuels.
(la suite en téléchargement)

#pasdevague, surenchère sécuritaire : le dossier de SUD éducation

dimanche 4 novembre 2018

La diffusion samedi 20 octobre d’une vidéo montrant une collègue de l’académie de Créteil braquée avec une arme factice a été suivie par la multiplication, sur twitter, de messages accompagnés du hashtag #pasdevague, jusqu’à atteindre 20 000 messages. Depuis, la récupération politique par la droite et l’extrême-droite n’a pas traîné. Et ce vendredi 26 novembre, les ministres de l’éducation, de l’intérieur et de la justice ont annoncé une flopée de mesures sécuritaires, policières, réactionnaires. Le point par la fédération SUD éducation, accompagné de visuels à utiliser sur les réseaux sociaux.

Sur le Web : Dossier SUD éducation