INTOLERABLE ET INHUMAINE, LA RAFLE DES LYCEENS ET DES ETUDIANTS CONTINUE !

Communiqué du RESF
lundi 15 avril 2019
par  Sud Éducation Guyane

Alors qu’il y a moins de 2 semaines un mouvement étudiant réclamait que cesse enfin la traque des jeunes majeurs étrangers, nous apprenons, aujourd’hui vendredi 12 Avril 2019, que cette chasse à l’homme reprend de plus belle.

Actuellement, deux lycéens de Jean-Marie Michotte et de Melkior ainsi que trois étudiants de l’Université de Guyane ont été arrêtés sur le chemin de l’école ou en allant en stage par la police aux frontières. Ils sont enfermés au Centre de Rétention Administrative (CRA) proche de l’aéroport.

Le Réseau Education Sans Frontières dit STOP !

Cette situation ne peut plus durer. Ces jeunes ne demandent qu’à étudier en paix et le droit à l’éducation est un droit essentiel pour nos jeunes et notre société !

Nous invitons les personnels enseignants et les travailleurs sociaux, les lycéens et les étudiants, les associatifs et les syndicats, les personnalités politiques et tous les citoyens à se lever contre le sort indigne réservé à notre jeunesse !

Une conférence de presse sera organisée ce samedi 13 Avril à 9H30 devant le CRA. La présence du plus grand nombre est souhaitée : solidarité avec nos élèves et étudiants !

Cayenne,
le 12 avril 2019


Commentaires

Agenda

<<

2019

 

<<

Septembre

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
      1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
30      
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Brèves

20 mars - Grève totale à l’Université de Guyane

samedi 16 mars

Assemblée Générale - 9h00 - Amphi A
puis Grande Marche

A l’appel de plusieurs organisations :
SUD éducation, UNEF, RESF, SNES-FSU, SNESUP-FSU, LDH, STEG-UTG, VIVA

Les élèves étrangers pendant les vacances

vendredi 11 juin 2010

Les vacances scolaires sont propices aux arrestations des jeunes majeurs étrangers dont la situation scolaire n’est pas toujours claire. Il est important que les élèves partent en vacances avec une preuve de leur inscription pour l’année prochaine. Ils doivent en garder une copie sur eux en permanence. Dites-leur !

Si vous êtes informé qu’un élève est arrêté, vous pouvez appeler le numéro d’urgence RESF : 0694-26-90-90 pendant tout l’été.

Rasemblement pour Kelly

mercredi 12 mai 2010

Nous nous sommes retrouvés à une trentaine de personnes devant
la Préfecture mercredi 12 mai. Toutes les organisations signataires étaient
représentées.
Malgré notre insistance et le nombre d’associations représentées, nous
n’avons pas été reçus en Préfecture.
Nous continuons à nous mobiliser pour obtenir le retour de Kelly.

APPEL DE CAYENNE : Demande au Gouvernement Français pour la communauté haïtienne

jeudi 28 janvier 2010

A la suite du séisme qui a eu lieu en Haïti, la communauté haïtienne de France et en particulier de Guyane se trouve dans une situation catastrophique. Les Haïtiens ne sont plus en mesure de prouver leur état-civil et n’ont aucun espoir de satisfaire aux exigences en vigueur pour leur régularisation.

Face à cette situation humanitaire dramatique, nous demandons au Gouvernement Français :

- une régularisation exceptionnelle et durable de tous les Haïtiens présents sur le territoire français,
- le regroupement familial exceptionnel pour les proches, tout particulièrement enfants et personnes âgées en danger en Haïti alors qu’ils ont de la famille sur le territoire français,
- des mesures spécifiques pour la prise en charge des enfants de Guyane devenus orphelins,
- l’abandon des exigences administratives en matière d’état-civil devenues impossibles à satisfaire,
- des moyens supplémentaires humains et financiers pour gérer la situation à la Préfecture de la Guyane.

La Guyane a déjà su accueillir les Martiniquais victimes de La Montagne Pelée et les Hmongs par exemple. Nous demandons maintenant, avec le soutien de l’Union Européenne, un plan de développement pour la Guyane, intégrant la communauté haïtienne et incluant l’éducation, la formation, le logement, la santé et le travail.

A situation exceptionnelle, mesures exceptionnelles.

Signer la pétition