Solidaires et SUD éducation soutiennent la mobilisation des étudiants-e-s de Guyane

mardi 26 mars 2019
par  Sud Éducation Guyane

Solidarité avec les étudiant-e-s de l’Université de Guyane en grève pour l’égalité et la justice

Depuis le 20 mars dernier, les étudiant-e-s de l’université de Guyane sont en grève pour réclamer l’égalité des droits à l’Université et pour pouvoir étudier dans de bonnes conditions.

Ils et elles revendiquent :
• L’abandon de la hausse exorbitante des frais d’inscription à l’Université de 170 € à 2 770€ pour la licence et de 243 € à 3 550 € pour le master.
• La libre circulation de tous les jeunes scolarisés, notamment sur les barrages.
• Plus de professeurs, plus de personnels administratifs.
• Plus de salles informatiques avec des postes qui fonctionnent.

L’Union syndicale Solidaires apporte tout son soutien à cette lutte et condamne la politique répressive du gouvernement concernant les arrestations d’étudiant.e.s et de lycéen.ne.s et exige la libération de tous les étudiant.e.s enfermé.e.s au Centre de rétention administrative.

Paris, le 25 mars 2019
www.solidaires.org


La fédération Sud Éducation soutient la mobilisation des étudiant-e-s de Guyane !

Aux abords de l’Université de Guyane, les arrestations s’enchaînent en Guyane, les étudiant-e-s étranger-e-s sont de plus en plus nombreux et nombreuses au Centre de Rétention Administrative de Matoury, en vue d’être expulsé-e-s.

Ce climat de tension, de peur s’est instauré depuis la rentrée dernière. Cela commence par une première arrestation le 13 septembre dernier d’un lycéen d’Anne-Marie Javouhey, placé en CRA. Ensuite, une circulaire du 8 octobre, abrogée depuis, donnait le ton : elle portait sur l’organisation des sorties scolaires et le passage des examens des lycéen-ne-s étranger-e-s, mineur-e-s comme majeur-e-s, elle dégradait leurs conditions d’accès aux établissements de manière scandaleuse. S’ensuivent des rondes des policier-e-s aux abords de l’Université, les premières intimidations puis arrestations ces dernières semaines. Les lycéen-e-s et étudiant-e-s étranger-e-s ne peuvent plus vivre sereinement en Guyane : Il ne peut s’agir que d’une véritable stratégie afin de les éloigner en nombre.

L’annonce du Gouvernement d’augmenter ( par 16 ) les frais de scolarité pour les étudiant-e-s étranger-e-s hors UE renforce légitimement ce sentiment de rejet.

En réaction, les étudiant-e-s de l’Université ont entamé un blocage de l’établissement. Ils et elles sont soutenu-e-s localement par une intersyndicale (SUD, FSU, STEG), par des mouvements tels que Jeunesse Autochtone, Trop Violans, des citoyen-ne-s. Réunis le 22 mars dernier, ils ont voté à l’unanimité la poursuite du mouvement. Des mobilisations de centaines d’étudiant-e-s aux abords du CRA en soutien à leurs camarades sont organisées.

Les étudiant-e-s de l’Université Guyanaise réclament :

- La libération immédiate des étudiant-e-s et lycéen-ne-s retenu-e-s au Centre de Rétention Administrative de Matoury.
- L’arrêt immédiat des arrestations des étudiant-e-s et lycéen-ne-s sans papiers.
- L’annulation définitive de l’augmentation des frais de scolarité réservée aux étudiant-e-s étranger-e-s hors UE.
- La libre circulation de tous et toutes les jeunes scolarisé-e-s, notamment sur les barrages.

- La fédération SUD éducation condamne à nouveau fermement la politique répressive du gouvernement à l’encontre des étudiant-e-s et lycéen-ne-s sans papiers et apporte un soutien inconditionnel aux étudiant-e-s, militant-e-s RESF de Guyane.
- La fédération SUD éducation réclame la libre circulation sans conditions et exige le rétablissement des principes de liberté de circulation sans restriction aucune, et de liberté d’étudier dans des conditions décentes.
- La fédération SUD éducation exige l’abrogation de l’augmentation des frais de scolarité pour les étudiant-e-s étranger-e-s hors UE, prévue dès la rentrée prochaine.

Paris,
le 25 mars 2019
https://www.sudeducation.org


Commentaires

Agenda

<<

2020

 

<<

Août

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
     12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31      
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Brèves

Solidaires Fonction publique

mardi 28 juillet

- Compte rendu du Csfpe du 16 juillet 2020 : destruction des Chsct & remise en cause des cap
(tract)

- Rendez-vous salarial du 24 juillet 2020 : pipeau, clarinette et flûte à bec
(tract)

MARDI 21 JUILLET 2020 : MOBILISATION DE LA GUYANE

mardi 21 juillet

RENDEZ-VOUS
8H00
PLACE VICTOR HUGO
EX STATUE VICTOR SCHOELCHER

La vie des Noir-es compte, comme celle des racisé-es en général, aux Etats-Unis, en France, partout

mercredi 3 juin

Le racisme, systémique, d’Etat, qu’on l’appelle comme on veut, est un fait dans les sociétés occidentales, il faut être désormais aveugle pour l’ignorer. Pendant ce temps, son poison continue à se répandre et à tuer !

Justice pour George Floyd, pour Adama, justice pour toutes les victimes des violences policières et du racisme !

Sur le Web : Black lives matter !

Solidarité Kanaky - Bulletin 6 et 7 + autocollants

mercredi 3 juin

Organisations membres du Collectif Solidarité Kanaky

MJKF (Mouvement des Jeunes Kanak en France), USTKE (Union Syndicale des Travailleurs Kanak et des Exploités (en France), Union syndicale Solidaires, CNT (Confédération Nationale du Travail), Sindicatu di i Travagliadori Corsi, Ensemble !, NPA (Nouveau parti anticaptialiste), PIR (Parti des indigènes de la République), PCOF (Parti communiste des Ouvriers de France), Union communiste libertaire, Ni guerre ni État de Guerre, Association Survie, FASTI (Fédération des Associations de Solidarité avec Tou-te-s les Immigré-e-s), FUIQP (Front Uni des Immigrations et des Quartiers populaires.

Sur le Web : Solidarité Kanaky