En grève le 19 mars - L’intersyndicale des PLP appelle toujours à se mobiliser contre cette réforme désastreuse !

CGT Éduc’action – SNUEP FSU – SNEP FSU – SNALC – SNCL FAEN - SUD Éducation et SIES FAEN
samedi 9 mars 2019
par  Sud Éducation Guyane

Dans son vaste plan de communication, Le Ministère est passé à la phase « opération vente de la réforme » avec clip télé et mail à tous les personnels des lycées professionnels. Cette communication est nécessaire tant le décalage est grand entre le discours porté et les réalités vécues dans nos établissements actuellement : baisse de DHG, regroupement de sections, suppressions de postes, réduction des heures d’enseignement disciplinaire… Et tout ça, précisément à cause de la réforme engagée contre l’avis de la très grande majorité des organisations syndicales et des personnels. L’intersyndicale CGT Éduc’action – SNUEP FSU – SNEP FSU – SNALC – SNCL FAEN - SUD Éducation et SIES FAEN rappelle son engagement pour le retrait de cette réforme contraire aux intérêts des élèves et professeur-e-s des lycées professionnels.

Monsieur le Ministre, cette réforme est la vôtre. Elle n’est pas le fruit d’un dialogue étroit avec les organisations syndicales comme vous l’alléguez dans votre mail aux personnels du 22 février 2019. Devons-nous rappeler ici les votes très majoritairement CONTRE les grilles horaires de la réforme en C.S.E. ?

Cette réforme est inacceptable. Elle sera intenable dans les établissements. Vous pouvez la maquiller des termes « d’excellence », de « transformation »… Cette réforme conduit en réalité à moins d’école pour les élèves, à une réduction des heures d’enseignement disciplinaires, à des difficultés qui vont s’amplifier à cause des dispositifs imposés comme la co-intervention, à une déspécialisation professionnelle des formations avec les familles de métiers… Cette réforme va tout simplement entraver la réussite des jeunes dans leurs poursuites d’études et dans leur insertion professionnelle.

Cette réforme est menée à un rythme effréné. Le Conseil Supérieur des Programmes (CSP) a été saisi en décembre 2018 pour des programmes devant être finalisés fin février 2019. Moins de deux mois pour réécrire des programmes alors que dans certaines disciplines les volumes horaires sont divisés par deux et nécessitent une réécriture profonde… Les projets de programmes sont d’ailleurs déconnectés du réel de nos établissements, notamment sur l’aspect numérique présent transversalement dans toutes les réécritures quand les ordinateurs manquent et les connexions internet nécessaires font bien souvent défaut dans nos lycées.

Monsieur le Ministre, dans votre mail du 22 février 2019 vous terminez ainsi : « Mon souhait le plus cher est que le lycée professionnel devienne une grande fierté pour les professeurs de lycée professionnel et un outil affirmé de réussite pour les élèves ». Nous, les enseignant-e-s de la voie professionnelle, ne souhaitons pas que le lycée professionnel « devienne » une grande fierté, puisqu’il l’est pour nous au quotidien.

Nous sommes fièr-e-s de nos métiers, de nos rôles au quotidien auprès d’un·e lycéen·ne sur trois de ce pays. Nous sommes conscient-e-s du rôle précieux que nous avons car, malgré le désengagement toujours plus marqué de l’État dans la voie professionnelle du lycée, nombreu-x-ses sont les jeunes qui acquièrent un premier niveau de qualification par un diplôme…

Monsieur le Ministre, les enseignant-e-s de la voie professionnelle n’ont pas besoin d’un plan communication mais d’actes concrets pour améliorer les conditions d’étude des élèves, les conditions de travail des personnels, et revaloriser nos salaires.

L’intersyndicale CGT Éduc’action – SNUEP FSU – SNEP FSU – SNALC – SNCL FAEN - SUD Éducation et SIES FAEN appelle les personnels à poursuivre les actions locales et à se mobiliser mardi 19 mars 2019 dans le cadre de la journée d’action public-privé. Nous demandons le retrait de la réforme et la mise en œuvre d’un plan ambitieux pour renforcer et développer la voie professionnelle du lycée, avec des grilles horaires, des parcours et des programmes qui améliorent insertion professionnelle et poursuite d’études des jeunes.



Commentaires

Agenda

<<

2019

 

<<

Août

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
   1234
567891011
12131415161718
19202122232425
262728293031 
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Brèves

Expressions Solidaires n° 89 (journal national de Solidaires)

samedi 12 janvier

Edito : « Mais c’est une révolte ?
Non, sire, c’est une révolution »
Double page affichage : "calendrier 2019"
Dossier central : Résultats d’élections pour l’Union syndicale Solidaires
Trois questions à : La Maison des lanceurs d’alerte
Parution du livre "Découvrir Solidaires l’Union syndicale"
Infos Solidaires

SUD Solidaires en action n° 160 (20 novembre 2018)

mardi 20 novembre 2018

- Syndicalistes, nous marcherons pour dire stop aux violences sexistes et sexuelles que subissent les femmes au travail
- Si tous nos mouvements convergeaient, nous pourrions gagner
- Retraité-es : le groupe des 9 fait monter la pression
- Guyane : grève victorieuse dans l’éducation
- La Poste 92 : toujours en grève
- Pôle emploi : en grève le 20 novembre

Sexisme et manuels scolaires

dimanche 4 novembre 2018

Outils de travail quotidien pour les élèves et les enseignant-es, les manuels scolaires sont hélas bien souvent les vecteurs de représentations stéréotypées, sexistes. Ils contribuent par là à perpétuer un ordre patriarcal synonyme de discriminations. Le Centre Hubertine Auclert a produit de nombreuses études analysant les représentations sexuées dans les manuels d’histoire, de français, de mathématiques. Ces études permettent de mieux comprendre les biais sexistes de nombre de manuels.
(la suite en téléchargement)

#pasdevague, surenchère sécuritaire : le dossier de SUD éducation

dimanche 4 novembre 2018

La diffusion samedi 20 octobre d’une vidéo montrant une collègue de l’académie de Créteil braquée avec une arme factice a été suivie par la multiplication, sur twitter, de messages accompagnés du hashtag #pasdevague, jusqu’à atteindre 20 000 messages. Depuis, la récupération politique par la droite et l’extrême-droite n’a pas traîné. Et ce vendredi 26 novembre, les ministres de l’éducation, de l’intérieur et de la justice ont annoncé une flopée de mesures sécuritaires, policières, réactionnaires. Le point par la fédération SUD éducation, accompagné de visuels à utiliser sur les réseaux sociaux.

Sur le Web : Dossier SUD éducation