GREVE LE 12 FEVRIER - Premier degré, Secondaire, Université - Toutes et tous concerné-e-s

samedi 9 février 2019
par  Sud Éducation Guyane

Le 5 février 2019, SUD éducation Guyane avait appelé les personnels de "la maternelle à l’université" à la grève reconductible, contre notamment les réformes Blanquer (Lycée général et technologique et Lycée professionnel), les suppressions de postes et la dégradation des conditions de travail des personnels et des élèves. Dans toute la Guyane, le 1er et le 2nd degrés ont cessé le travail : Cayenne, Kourou, Maripasoula, Rémire, Macouria, Saint-Laurent, etc.

A Saint-Laurent-du Maroni, les professeurs mobilisés ont voté la reconduction pour le lendemain et ont entamé un travail de terrain envers les parents d’élèves et les personnels des écoles, collèges et lycées pour les appeler à la mobilisation. D’ailleurs un appel à la grève et un rassemblement a d’ores et déjà été diffusé : rendez-vous devant la Sous-préfecture de Saint-Laurent le mardi 12 février à 9h00. Le message est clair : "on est en train de vider REP+ et de massacrer l’enseignement au lycée général et professionnel pour faire des économies".

A Kourou, le lycée Monnerville est vent debout contre la réforme du lycée qui provoquera des suppressions de classes de postes et une qualité d’enseignement et d’apprentissage amoindrie. Un appel à la grève a également été lancé pour le 12 février pour dénoncer "une réforme dangereuse".

A Rémire, le lycée Lama-Prévot est en action depuis plusieurs jours contre la Dotation Globale Horaire (DGH) et ses conséquences (classes et postes supprimés). Ainsi, la grève a aussi été votée pour le 12 février.

C’est pourquoi, SUD éducation - conscient des enjeux actuels - soutient la mobilisation et appelle à l’amplifier.

Nous appelons nos adhérent-e-s et sympathisant-e-s de l’académie (administratifs, professeurs, vie scolaire) à se mettre en grève afin de construire un véritable rapport de force et invitons l’ensemble des personnels à se réunir dès demain matin en assemblée générale afin de s’organiser collectivement pour dénoncer cette situation inique : l’Ecole en Guyane est en souffrance et l’Etat français ne réagit pas... Bien au contraire...

Pour la grève, l’unité et l’action,
Pour la reconduction.

- CAYENNE - 9h00 - RDV DEVANT LE RECTORAT
- SAINT-LAURENT - 9h00 - RDV DEVANT LA SOUS-PREFECTURE

SUD éducation Guyane,
le 7 février 2019


Commentaires

Agenda

<<

2019

 

<<

Avril

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
2930     
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Brèves

Tou.te.s en grève le 4 avril 2019 !

vendredi 29 mars

Rassemblons-nous massivement
FSU - SGEN-CFDT - STEG-UTG - SUD éducation - FNEC FP-FO - SE-UNSA
- Cayenne 9h devant le rectorat de Guyane
- St Laurent 9h devant l’inspection « académique »

VENDREDI 15 mars - GREVE dans L’EDUCATION

jeudi 28 février

Appel à la grève
SNES-FSU - SNEP-FSU - SNUEP-FSU - SGEN-CFDT - STEG-UTG - SUD éducation - SNETAA-FO - SNETAP-FSU

Combattons le projet d’école Blanquer

samedi 23 février

Revendications de SUD éducation :

- L’abrogation de la réforme du lycée et du bac
- L’abrogation de la réforme de la voie professionnelle
- Le maintien du cadre national du baccalauréat, qui doit rester le premier grade universitaire et maintien d’un véritable anonymat lors des épreuves
- Une réduction des effectifs par classe en lycée (maximum 25 élèves) et la mise en place d’un dédoublement systématique par un cadrage national
- Le changement des EPLE en établissements polytechniques avec un enseignement qui garantisse à tou-te-s les élèves l’appropriation de tous les types de savoirs – qu’ils soient manuels, techniques,artistiques ou théoriques – reposant sur des pratiques pédagogiques coopératives et émancipatrices
- L’abandon du SNU et du service civique
- L’abandon du projet d’imposer une deuxième HSA dans le second degré
- L’abandon de la réforme des directions d’école
- Dans les écoles, un travail en équipe renforcé avec des moyens et du temps attribués aux écoles et non à des individu-e-s directeurs ou directrices. Une gestion collective des charges permettrait une prise en charge collégiale et/ou avec partage des tâches.
- Le respect de la liberté pédagogique des enseignant-e-s.
- La prise en main par les personnels eux-mêmes de leur formation pédagogique.

Jeudi 21 février - Journée d’action dans l’éducation

dimanche 17 février

SNES-FSU
SNEP-FSU
SNUEP-FSU
SUD éducation
SNETAA-FO
STEG-UTG
SGEN-CFDT
SNETAP-FSU