Les Services Civiques dans l’Éducation, ou comment entretenir la précarité de la jeunesse

SUD Education Guyane - SNUipp-FSU Guyane
lundi 7 mai 2018
par  Sud Éducation Guyane

A la rentrée 2017, le gouvernement a décidé de supprimer 130 000 postes de contrats aidés, dont 23 000 dans l’Education. En Guyane, c’est plusieurs centaines d’emplois qui ont été retirées des établissements scolaires. Dans les écoles, ces personnels assumaient des missions d’aide individuelle ou collective à la scolarisation des élèves en situation de handicap, d’aide à la direction et au fonctionnement de l’école, ou d’assistant d’éducation. Toutes ces missions correspondent à de véritables besoins dans les écoles.

Afin de compenser la baisse de personnels, indispensables au bon fonctionnement des écoles de Guyane, le gouvernement a fait le choix de recourir massivement aux Services Civiques. Or la loi relative au Service Civique stipule qu’une mission précédemment assurée par un salarié ne peut être confié à un volontaire. Le gouvernement assume le choix d’ajouter davantage de précarité dans le service public d’Education en Guyane. Nos organisations syndicales dénoncent cette exploitation de la jeunesse et revendiquent la création d’emplois statutaires et pérennes dans la fonction publique pour les personnels exerçant ces missions.

SUD Education Guyane et le SNUipp-FSU Guyane estiment que la jeunesse, déjà en grande précarité, ne doit pas être un vivier de recrutement à bas coût. Nous dénonçons l’exploitation des Services Civiques dans l’Éducation car :

- pas de cotisation à l’assurance chômage,
- pas de contrat de travail,
- pas de salaire mais une indemnité,
- pas de droit de retrait,
- pas de droit de grève,
- pas de droit à un renouvellement au-delà de 12 mois,
- pas de formation en vue d’un emploi futur,
- pas de missions clairement définies

Par le recours aux services civiques, le gouvernement tente de masquer les insuffisances et les renoncements des politiques budgétaires et éducatives. Ces basses manœuvres permettent également de faire baisser artificiellement les chiffres du chômage. Mais surtout les services civiques représentent un « coût du travail » imbattable : sur les 573€, seulement 106€ mensuel sont à la charge du recruteur pour 24 à 48 heures de travail hebdomadaire, soit de vraies économies pour notre ministère.

SUD Education Guyane et le SNUipp-FSU Guyane exigent que les enfants des écoles de Guyane aient droit à des personnels d’encadrement pédagogique pérennes et formés. Pour assurer un encadrement pédagogique efficace, il est nécessaire de mener des missions auprès des élèves sur des temps longs. La connaissance et le suivi des élèves nécessitent un engagement sur une durée significative, allant au-delà des douze mois non renouvelables du Service Civique.

Les services civiques en Guyane sont utilisés comme moyens de substitution aux différents postes supprimés dans les écoles. Nos organisations syndicales dénoncent fermement ces attaques régressives subies par le service public d’Education. Le recours aux volontaires devient ici l’outil peu coûteux et corvéable à merci d’une gestion plus soucieuse d’économies que de la qualité de l’éducation !

SUD Education Guyane et le SNUipp-FSU Guyane revendiquent que TOUS les personnels doivent avoir la possibilité de se former et d’accéder à un emploi correctement rémunéré. Le Service Civique, avec ses 580 euros mensuels pour 24h minimum hebdomadaires, ne correspond pas aux attentes sociales de la population !

SUD Education Guyane et le SNUipp-FSU Guyane dénoncent l’utilisation de ces « mini-jobs » qui sont simplement un moyen de ne pas appliquer le code du travail dans les services publics. Derrière le verni solidaire, se cache une nouvelle main d’œuvre précaire et pas chère.

Cayenne, le 7 mai 2018


Commentaires

Agenda

<<

2020

 

<<

Décembre

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
 123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031   
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Brèves

Avortement : Un combat de femmes toujours d’actualité !

jeudi 19 novembre

Union syndicale SOLIDAIRES

Congrès extraordinaire Solidaires d’octobre 2020 - Motions adoptées par le congrès

samedi 7 novembre

Au miroir de la crise sanitaire // En défense des emplois, contrôlons les aides publiques // Répression anti syndicale, un outil patronal pour casser toute contestation // Appel à la mobilisation contre les violences sexistes et sexuelles faites aux femmes ! // Nous refusons la précarité étudiante ! // Le 15 octobre 2020, journée de grève contre la casse du système de Santé ! // Soutien à Aline, déléguée SUD Route menacée de licenciement pour avoir dénoncé des violences sexuelles et sexistes à H&M GBC Logistics // Soutien aux intermitent.es du spectacle, salarié.es et sociétaires des coopératives d’activités mutualisées Smart // Soutien aux grévistes d’IBIS // Soutien aux salarié-es en lutte de BIOCOOP

Sur le Web : Les 10 motions

Face à l’obscurantisme, faisons grandir une société unie et fraternelle

lundi 2 novembre

Le terrible assassinat de notre collègue a bouleversé l’ensemble de la profession et bien au-delà. SUD éducation appelle à se joindre aux rassemblements organisés en hommage à Samuel Paty. Vous trouverez ci-dessous plusieurs expressions.

Sur le Web : Expressions

En Guyane : deuil, recueillement et solidarité

dimanche 18 octobre

LUNDI 19 OCTOBRE - 18H00

PREFECTURE DE CAYENNE
SOUS-PREFECTURE DE SAINT-LAURENT
MAIRIE DE KOUROU

Solidaires Fonction publique

mardi 28 juillet

- Compte rendu du Csfpe du 16 juillet 2020 : destruction des Chsct & remise en cause des cap
(tract)

- Rendez-vous salarial du 24 juillet 2020 : pipeau, clarinette et flûte à bec
(tract)