Nice récidive avec l’approbation du Ministre de l’Éducation Nationale

Sécurité des écoles et établissements
samedi 3 février 2018
par  Sud Éducation Guyane

La fédération SUD éducation a appris, par voie de presse, que le ministre de l’Éducation Nationale propose d’expérimenter à Nice l’affectation d’un policier en tenue (mais sans arme) dans une école.

Le ministre Jean-Michel Blanquer jugeait ainsi, au micro de France Inter le 28 janvier que « le policier non armé à l’intérieur de l’école est quelqu’un qui va vivre au quotidien avec les enfants et va en fait s’intégrer dans leur vie ».

Un ministre tout en amalgames

Cette déclaration est particulièrement inquiétante. L’école aujourd’hui n’a pas besoin d’être assimilée dans l’esprit des élèves dès leur plus jeune âge aux forces de répression.

La prévention de la violence et la sécurité dans les établissements scolaires comme à leurs abords sont de véritables sujets de débat ; les confisquer en imposant un uniforme symbolique d’une institution répressive est aussi démagogique que contre-productif.

Éduquer n’est pas seulement instruire

SUD éducation rappelle au Ministre que le service public d’éducation ne saurait se limiter à la seule instruction des élèves : les écoles et les établissements sont également le cadre de la construction d’une vie collective, à laquelle prennent part tous les personnels des équipes éducatives.

SUD éducation condamne le cynisme d’un Ministre de l’Éducation Nationale qui supprime des centaines de postes d’enseignant⋅e⋅s et de vie scolaire et demande aux communes d’affecter des policiers municipaux pour y faire du maintien de l’ordre.

SUD éducation revendique l’attribution de moyens à la hauteur des besoins de l’école, ce qui passe par des créations de postes d’enseignant⋅e⋅s et d’agent⋅e⋅s en nombre suffisant.

Fédération SUD éducation,
31 janvier 2018



Commentaires

Agenda

<<

2020

 

<<

Septembre

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
 123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
282930    
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Brèves

La crise sanitaire ne doit pas induire la...

lundi 24 août

La crise sanitaire ne doit pas induire la suspension de l’état de droit. Nous serons vigilant-e-s quant au respect des libertés publiques et des droits fondamentaux. Nous serons également vigilant-e-s quant aux restrictions concernant les droits et garanties des fonctionnaires.

Cliquez ci-dessous afin d’obtenir l’ensemble des liens

Sur le Web : ICI

Fonction publique : Préavis de grève pour les journées allant du 1er au 30 septembre 2020

lundi 24 août

Ce préavis est destiné à permettre à tous-tes les agents-es de la Fonction publique d’exprimer et faire prendre en compte leurs revendications dans tous les domaines précités et de faire valoir leurs droits dans toutes les situations notamment celles mettant en danger leur santé.

Sur le Web : Solidaires FP

Plus jamais ça ! : "Nous les avons applaudis, maintenant il nous faut les soutenir !"

lundi 8 juin

Ce ne sont pas des médailles que les personnels réclament mais des actes. Pour les obtenir, ils multiplient les mobilisations devant leurs établissements toutes les semaines et appellent à une grande journée de mobilisation le 16 juin partout en France. Nos organisations appellent l’ensemble de la population à manifester leur soutien et partager leurs exigences en se rendant à ces initiatives, tout en respectant les mesures de protection.

350.org, Action Aid, Aequitaz, ANV Cop 21, Alternatiba, Attac, CGT, Communauté de l’Arche non violence, Confédération paysanne, Convergences services publics, Copernic, Droit au logement, Emmaüs France, FSU, Greenpeace, Les Amis de la Terre, Notre Affaire à Tous, Oxfam, Solidaires, UNL

Sur le Web : Plus jamais ça !

Pétition : #PlusJamaisCa, signons #PourLeJourDapres

samedi 30 mai

- L’arrêt immédiat des activités non indispensables pour faire face à l’épidémie.
- Les réquisitions des établissements médicaux privés et des entreprises afin de produire dans l’urgence masques, respirateurs et tout le matériel nécessaire pour sauver des vies.
- La suspension immédiate du versement par les entreprises de dividendes, rachats d’actions et bonus aux PDG.
- La décision de ne pas utiliser les 750 milliards d’euros de la BCE pour alimenter les marchés financiers mais uniquement pour financer les besoins sociaux et écologiques des populations.

Y’a bon Banania, version 2020 : une production de l’Etat français

mercredi 27 mai

Communiqué Union syndicale Solidaires - Centrale Démocratique Martiniquaise des Travailleurs (CDMT)

(le tract)