Rentrée Scolaire 2017 : Après l’espoir, la déception. Et maintenant, la colère !

lundi 4 septembre 2017
par  Sud Éducation Guyane

Rentrée Scolaire 2017 : Après l’espoir, la déception. Et maintenant, la colère !

La mobilisation historique de mars et avril derniers, dans laquelle SUD éducation Guyane s’est engagé vigoureusement, était censée améliorer les conditions de vie des Guyanais. Aujourd’hui, au lieu d’une embellie, nous constatons une détérioration des conditions de rentrée des élèves.

Nous, SUD éducation Guyane, ordonnons à l’État mais aussi aux mairies et à la CTG de prendre d’urgence leurs responsabilités face à a situation catastrophique du service public d’éducation !

- En plus des problèmes habituels (augmentation non anticipée des effectifs, postes non-pourvus en masse, etc.), un flou total a été créé sur le renouvellement des emplois aidés (C.U.I., CAE, etc.). SUD éducation a toujours été contre ces contrats précaires. Pour autant, laisser sans emploi les personnes bénéficiaires de ces contrats, et laisser les parents et enfants, sans personnel pour animer le périscolaire, pour l’entretien des locaux, le service des repas, la surveillance des enfants, etc. est inacceptable. Il faut renouveler immédiatement tous ces emplois indispensables et les transformer en contrats pérennes.

- Effet d’annonce à Paris, mais rien pour la Guyane ! Alors que notre nouveau ministre de l’Éducation Nationale, ex recteur de Guyane, aurait pu se souvenir des conditions déplorables dans lesquelles nos enfants sont scolarisés (quand ils peuvent être inscrits), on se rend finalement compte que sa proposition de faire des classes de CP à 12 élèves n’est pas réalisable ni de près ni de loin ici. Le manque de volonté politique n’a permis d’obtenir ni les locaux, ni les personnels nécessaires à l’application de cette mesure. Encore une réforme qui n’a fait l’objet d’aucune anticipation ni du ministère, ni du rectorat.

- La maire de Cayenne annonce le 28 août qu’elle ferme des classes de maternelles ! Non, le nombre d’enfants ne diminue évidemment pas, il augmente comme chaque année. Mais plutôt que de prévoir un budget consacré à la construction scolaire, la mairie choisit de fermer des classes pour les 3-6 ans afin d’ouvrir des classes dans l’élémentaire. En effet, la loi n’oblige pas les mairies à scolariser les enfants de moins de 6 ans...

- Alors que la restauration scolaire était inexistante dans la plupart des écoles du territoire (aucune à Saint Laurent ni sur le Maroni, par exemple) la mairie de Cayenne supprime 700 places de cantine laissant en grande difficulté de nombreuses familles.

- Ces mêmes familles sont dans l’obligation de palier la mauvaise gestion des collectivités locales en devant acheter des fournitures scolaires de base que la majorité des écoles auraient dû avoir à disposition (alors que la moitié des familles vit en dessous du seuil de pauvreté).

- A Saint Laurent du Maroni, aucune école n’aura ouvert à la rentrée, reportée ainsi à une date ultérieure ! Ainsi, des milliers d’élèves restent sur le carreau. Ce sont encore les enfants des familles défavorisées qui en pâtiront le plus...

Pendant ce temps, la dernière mesure sur l’I.S.F. permet aux plus riches d’économiser 4 milliards d’euros…

SUD éducation Guyane demande à l’État d’arrêter de mépriser la Guyane et appelle la population guyanaise à dénoncer cette rentrée scolaire catastrophique !

SUD éducation Guyane,
le 4 septembre 2017


Commentaires

Agenda

<<

2018

 

<<

Août

>>

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
  12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
2728293031  

Brèves

Notre détermination est douce mais inébranlable

vendredi 8 juin

DEUX RDV CONTRE LA MONTAGNE D’OR :
CAYENNE - SAMEDI 16 JUIN – RDV PLACE DES PALMISTES – 16H00
SAINT-LAURENT - LUNDI 18 JUIN – RDV ROND-POINT DU STADE - 14H00

Halte à la gouvernance imbécile de la Guyane Contre la hiérarchie, pas de hiérarchie !

vendredi 18 mai

SUD éducation Guyane, à l’instar de son attachement et de la promotion des pédagogies alternatives, défend les principes de gouvernance alternative décidée collectivement par les usagers de l’éducation nationale.
SUD éducation Guyane attaché à ces principes anti-hiérarchiques ne souhaite [...] aucun recteur quel qu’il soit.
SUD éducation Guyane appelle tous les usagers de l’éducation nationale en Guyane à se réunir en assemblée générale et à convoquer des états généraux de la gouvernance de l’académie pour jeter les nouvelles bases de gestion et de gouvernance de notre académie, émancipée d’une hiérarchie inutile et incompétente.

GREVE - 22 MAI - FONCTION PUBLIQUE - GUYANE

samedi 12 mai

SAINT-LAURENT-DU-MARONI
CAYENNE
KOUROU

GREVE à l’appel de l’UTG, de la FSU, de la CDTG-CFDT, de l’UNSA, du SNETAA-FO et de Solidaires

1er mai - manifestation - Saint-Laurent - 9h30 - Château d’eau

vendredi 27 avril

Un 1er mai de lutte, social et internationaliste
Journée internationale de lutte des travailleurs/euses

SUD éducation Guyane appelle ses adhérent-e-s et sympathisant-e-s à rejoindre l’initiative de l’UTG et à se retrouver à 9h30 devant le Château d’eau. (prises de parole à 11h00 sur la place Flore Lithaw)

Les 9, 10 et 14 avril, sans attendre, amplifions les luttes !

jeudi 5 avril

Sur le terrain, dans les entreprises, les services, les départements et communes nous appelons nos équipes à poursuivre et amplifier leurs actions pour tisser des liens, fédérer les luttes et organiser l’offensive. La responsabilité du mouvement social est immense et nous devons être à la hauteur sans attendre. Il nous faut multiplier localement les initiatives de convergences devant des services publics (gares, hôpitaux, centres des finances, bureaux de postes, pôles emplois, écoles, EHPAD…) et les formes d’actions : rassemblements, actions, assemblées générales, grèves, diffusion de tracts, manifestations.