Communiqué de presse

CASNAV : entre fermeture et insalubrité c’est des enfants que le rectorat déscolarise !

mardi 27 septembre 2016
par  Sud Éducation Guyane

Le RESF Guyane dénonce la fermeture des locaux du CASNAV à la fin du mois d’août et l’absence de locaux adaptés pour ce service à cette rentrée 2016. Quoiqu’il arrive, le rectorat de la Guyane doit être en mesure de proposer un service d’inscription décent autant pour les personnels concernés que pour les enfants à scolariser. C’est une mission fondamentale et tout délai dans sa mise en oeuvre traduit un mépris du droit.
Alors que le défenseur des droits se rend en Guyane dans quelques jours, comment
admettre que les droits des enfants à la scolarisation sont une nouvelle fois bafoués par l’état à travers le rectorat de Guyane ? En effet ces conditions d’accueil laissent sur le carreau plus de 600 familles et leurs enfants qui ne sont, du fait de cette situation critique, toujours pas inscrits à l’école à ce jour.
Ainsi le rectorat viole le droit de ces enfants à être scolarisés. C’est encore une fois les jeunes de Guyane que l’on pénalise.

RESF Guyane demande au rectorat qu’il accomplisse ses missions d’accueil et de scolarisation de tous les enfants présents sur le sol guyanais ; et qu’il mette en oeuvre des moyens afin de trouver une solution rapide et fiable, respectueuses des enfants et de leur famille mais aussi des personnels dévoués à leur accueil au sein du CASNAV.

RESF Guyane demande que cette scolarisation se fasse dans le respect des principes d’égalité et sans aucune discrimination d’aucune sorte.

Contact :
resf.guyane@gmail.com


Documents joints

PDF - 41.3 ko

Commentaires

Agenda

<<

2018

 

<<

Novembre

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
   1234
567891011
12131415161718
19202122232425
2627282930  
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Brèves

Les élèves étrangers pendant les vacances

vendredi 11 juin 2010

Les vacances scolaires sont propices aux arrestations des jeunes majeurs étrangers dont la situation scolaire n’est pas toujours claire. Il est important que les élèves partent en vacances avec une preuve de leur inscription pour l’année prochaine. Ils doivent en garder une copie sur eux en permanence. Dites-leur !

Si vous êtes informé qu’un élève est arrêté, vous pouvez appeler le numéro d’urgence RESF : 0694-26-90-90 pendant tout l’été.

Rasemblement pour Kelly

mercredi 12 mai 2010

Nous nous sommes retrouvés à une trentaine de personnes devant
la Préfecture mercredi 12 mai. Toutes les organisations signataires étaient
représentées.
Malgré notre insistance et le nombre d’associations représentées, nous
n’avons pas été reçus en Préfecture.
Nous continuons à nous mobiliser pour obtenir le retour de Kelly.

APPEL DE CAYENNE : Demande au Gouvernement Français pour la communauté haïtienne

jeudi 28 janvier 2010

A la suite du séisme qui a eu lieu en Haïti, la communauté haïtienne de France et en particulier de Guyane se trouve dans une situation catastrophique. Les Haïtiens ne sont plus en mesure de prouver leur état-civil et n’ont aucun espoir de satisfaire aux exigences en vigueur pour leur régularisation.

Face à cette situation humanitaire dramatique, nous demandons au Gouvernement Français :

- une régularisation exceptionnelle et durable de tous les Haïtiens présents sur le territoire français,
- le regroupement familial exceptionnel pour les proches, tout particulièrement enfants et personnes âgées en danger en Haïti alors qu’ils ont de la famille sur le territoire français,
- des mesures spécifiques pour la prise en charge des enfants de Guyane devenus orphelins,
- l’abandon des exigences administratives en matière d’état-civil devenues impossibles à satisfaire,
- des moyens supplémentaires humains et financiers pour gérer la situation à la Préfecture de la Guyane.

La Guyane a déjà su accueillir les Martiniquais victimes de La Montagne Pelée et les Hmongs par exemple. Nous demandons maintenant, avec le soutien de l’Union Européenne, un plan de développement pour la Guyane, intégrant la communauté haïtienne et incluant l’éducation, la formation, le logement, la santé et le travail.

A situation exceptionnelle, mesures exceptionnelles.

Signer la pétition