BLOUBLOU FINI : NOU BON KE SA !

TOUS EN GREVE MARDI 24 MAI

STOP AU MEPRIS !! STOP AU MENSONGE !!
mercredi 18 mai 2016
par  Sud Éducation Guyane

Le système éducatif de Guyane est en panne et nos élèves cumulent les difficultés :

  • 58,7% des élèves entrant en 6ème sont issus de catégories socio-professionnelles défavorisées (36,2% national)
  • 35,9% des collégiens sont boursiers de taux 3 (8,7% national)
  • 27,5% des élèves sont en retard à l’entrée en 6ème (11,8% national)

Le ministère, en se basant sur ces réalités, avait acté le placement intégral de l’académie de Guyane en éducation prioritaire renforcée (REP+) à la rentrée 2016. Enfin, les inégalités sociales et territoriales étaient prises en considération et reconnues dans la politique éducative académique ! Le ministère s’engageait à allouer des moyens humains et financiers afin de relever le défi de la réussite scolaire de l’ensemble de notre jeunesse.

Aujourd’hui le nouveau Recteur annonce qu’il n’y a pas de continuité de l’action publique en faveur de l’éducation et que la Guyane ne bénéficiera pas de l’ensemble des mesures REP+ promises à la rentrée 2016.

Les organisations syndicales dénoncent fermement ce mensonge de l’État, qui orchestre la valse des recteurs pour se désengager. Cette logique d’économies sur le dos du service public d’éducation est un manque de respect à l’égard de notre jeunesse, des familles et des personnels de l’éducation. Les organisations syndicales ne peuvent accepter un tel mépris !

Les organisations syndicales exigent un investissement de l’État à la hauteur des besoins de notre académie. Le placement de l’intégralité de la Guyane en éducation prioritaire renforcée est un préalable à la résorption des inégalités sociales et territoriales. Nous exigeons un arrêté ministériel qui acte le classement de l’ensemble de l’académie en éducation prioritaire renforcée dès la rentrée 2016. Ces injustices, vécues par nos jeunes, ne font que s’amplifier, or, l’école a pour mission de combattre ces inégalités.

Les organisations syndicales, réunies le 18 mai 2016, appellent la population et la communauté éducative à se mettre en grève dès le mardi 24 mai 2016 afin de défendre l’ambition que nous portons pour notre jeunesse. L’intersyndicale invite la population à soutenir ce mouvement en participant aux actions à venir.

Sans respect de la parole donnée par le représentant de l’État, les organisations syndicales seront contraintes d’amplifier le mouvement par tous les moyens d’actions.

Rassemblement à 8h :
  • devant le Rectorat à Cayenne
  • devant l’Inspection académique à Saint-Laurent
TRACT GREVE 24 MAI
COMMUNIQUE DE PRESSE INTERSYNDICALE

Commentaires

Agenda

<<

2019

 

<<

Janvier

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
 123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031   
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Brèves

VENDREDI 15 mars - GREVE dans L’EDUCATION

jeudi 28 février

Appel à la grève
SNES-FSU - SNEP-FSU - SNUEP-FSU - SGEN-CFDT - STEG-UTG - SUD éducation - SNETAA-FO - SNETAP-FSU

Combattons le projet d’école Blanquer

samedi 23 février

Revendications de SUD éducation :

- L’abrogation de la réforme du lycée et du bac
- L’abrogation de la réforme de la voie professionnelle
- Le maintien du cadre national du baccalauréat, qui doit rester le premier grade universitaire et maintien d’un véritable anonymat lors des épreuves
- Une réduction des effectifs par classe en lycée (maximum 25 élèves) et la mise en place d’un dédoublement systématique par un cadrage national
- Le changement des EPLE en établissements polytechniques avec un enseignement qui garantisse à tou-te-s les élèves l’appropriation de tous les types de savoirs – qu’ils soient manuels, techniques,artistiques ou théoriques – reposant sur des pratiques pédagogiques coopératives et émancipatrices
- L’abandon du SNU et du service civique
- L’abandon du projet d’imposer une deuxième HSA dans le second degré
- L’abandon de la réforme des directions d’école
- Dans les écoles, un travail en équipe renforcé avec des moyens et du temps attribués aux écoles et non à des individu-e-s directeurs ou directrices. Une gestion collective des charges permettrait une prise en charge collégiale et/ou avec partage des tâches.
- Le respect de la liberté pédagogique des enseignant-e-s.
- La prise en main par les personnels eux-mêmes de leur formation pédagogique.

Jeudi 21 février - Journée d’action dans l’éducation

dimanche 17 février

SNES-FSU
SNEP-FSU
SNUEP-FSU
SUD éducation
SNETAA-FO
STEG-UTG
SGEN-CFDT
SNETAP-FSU

MARDI 12 FEVRIER - GREVE EDUCATION

jeudi 7 février

RENDEZ-VOUS
Cayenne - 9h00 - devant le Rectorat
Saint-Laurent - 9h00 - devant la Sous-préfecture

GREVE INTEPROFESSIONNELLE - PUBLIC-PRIVE - GUYANE - 5 FEVRIER

samedi 2 février

RENDEZ-VOUS
9h00 - Préfecture - Cayenne
9h00 - Sous-préfecture - Saint-Laurent