Communiqué de presse

Le rectorat de Guyane ou comment faire du Medef dans l’Éducation Nationale !

mercredi 8 octobre 2014
par  Sud Éducation Guyane

Plus de 300 personnes n’ont pas été payées par le rectorat de Guyane pour ce premier mois de la rentrée scolaire, suite, officiellement, à un « problème informatique ». A peine croyable !
Mais ce n’est pas la première fois que stagiaires et contractuels se retrouvent plongés dans une précarité extrême par les services du rectorat de Guyane.
Ces personnels, déjà en proie à de sérieuses difficultés financières, ne peuvent, en plus, prétendre à aucune aide puisque, pour certains d’entre eux, le rectorat ne leur a toujours pas délivré leur arrêté d’affectation, ni fait signer leur procès verbaux d’installation.
Face à cette situation ubuesque et dramatique, le rectorat octroie aux personnels stagiaires une aide représentant 80% de leur salaire de septembre payable le 7 octobre. Pour les autres et, notamment les contractuels, il leur faudra attendre jusqu’à fin octobre, si tout va bien, pour percevoir cette
avance, soit deux mois sans salaire.
Une situation qui donnent à beaucoup l’envie de jeter l’éponge tant les conditions d’exercice du travail se sont dégradées (manque de moyens récurrents, non reconnaissance, problèmes hiérarchiques à répétition, infantilisation, etc...)
SUD éducation dénonce encore une fois une situation intolérable qui fragilisent les personnels précaires (contractuels et stagiaires) et exige que le rectorat de Guyane cesse de piétiner ainsi le droit du travail. SUD éducation exprime enfin son soutien et sa solidarité à tous ces foyers touchés par ce qui n’est que la marque de la dégradation du service public d’éducation et une gestion entrepreneuriale de l’éducation nationale, méprisant les personnels et les usagers du services
(élèves, parents…)

SUD éducation exige que le rectorat verse l’intégralité des salaires et octroie des aides exceptionnelles d’urgence à tous ces personnels plongés dans la précarité.
SUD éducation exige la titularisation des personnels précaires de l’éducation nationale, premières victimes de la dégradation systématique de notre service public.


Documents joints

PDF - 46.1 ko

Commentaires

Agenda

<<

2018

 

<<

Juin

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
    123
45678910
11121314151617
18192021222324
252627282930 
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Brèves

Notre détermination est douce mais inébranlable

vendredi 8 juin

DEUX RDV CONTRE LA MONTAGNE D’OR :
CAYENNE - SAMEDI 16 JUIN – RDV PLACE DES PALMISTES – 16H00
SAINT-LAURENT - LUNDI 18 JUIN – RDV ROND-POINT DU STADE - 14H00

Halte à la gouvernance imbécile de la Guyane Contre la hiérarchie, pas de hiérarchie !

vendredi 18 mai

SUD éducation Guyane, à l’instar de son attachement et de la promotion des pédagogies alternatives, défend les principes de gouvernance alternative décidée collectivement par les usagers de l’éducation nationale.
SUD éducation Guyane attaché à ces principes anti-hiérarchiques ne souhaite [...] aucun recteur quel qu’il soit.
SUD éducation Guyane appelle tous les usagers de l’éducation nationale en Guyane à se réunir en assemblée générale et à convoquer des états généraux de la gouvernance de l’académie pour jeter les nouvelles bases de gestion et de gouvernance de notre académie, émancipée d’une hiérarchie inutile et incompétente.

GREVE - 22 MAI - FONCTION PUBLIQUE - GUYANE

samedi 12 mai

SAINT-LAURENT-DU-MARONI
CAYENNE
KOUROU

GREVE à l’appel de l’UTG, de la FSU, de la CDTG-CFDT, de l’UNSA, du SNETAA-FO et de Solidaires

1er mai - manifestation - Saint-Laurent - 9h30 - Château d’eau

vendredi 27 avril

Un 1er mai de lutte, social et internationaliste
Journée internationale de lutte des travailleurs/euses

SUD éducation Guyane appelle ses adhérent-e-s et sympathisant-e-s à rejoindre l’initiative de l’UTG et à se retrouver à 9h30 devant le Château d’eau. (prises de parole à 11h00 sur la place Flore Lithaw)

Les 9, 10 et 14 avril, sans attendre, amplifions les luttes !

jeudi 5 avril

Sur le terrain, dans les entreprises, les services, les départements et communes nous appelons nos équipes à poursuivre et amplifier leurs actions pour tisser des liens, fédérer les luttes et organiser l’offensive. La responsabilité du mouvement social est immense et nous devons être à la hauteur sans attendre. Il nous faut multiplier localement les initiatives de convergences devant des services publics (gares, hôpitaux, centres des finances, bureaux de postes, pôles emplois, écoles, EHPAD…) et les formes d’actions : rassemblements, actions, assemblées générales, grèves, diffusion de tracts, manifestations.