Toutes et tous en grève le 31 janvier !

dimanche 20 janvier 2013
par  Sud Éducation Guyane

Saisissons-nous de la journée nationale d’action de toute la Fonction publique le 31 janvier à l’appel de la CGT, de la FSU et de Solidaires pour faire valoir nos revendications !

- À Cayenne, rendez-vous devant le rectorat à 8H30
- À St Laurent du Maroni, rendez-vous devant l’inspection à 8H30

Mobilisons-nous pour l’éducation, avec toute la Fonction Publique.

Dans plusieurs départements, des mobilisations commencent à se développer. SUD éducation appelle les personnels à multiplier les occasions de débattre des revendications pour un véritable changement des politiques éducatives et des améliorations des conditions de vie et de travail pour tous et toutes.
Nous soutiendrons toutes les actions décidées par les personnels. Le 31 sera un test pour la suite. Ne manquons pas ce rendez-vous !

Le Gouvernement affirme qu’il fait de l’éducation sa priorité. Le Ministère de l’Éducation Nationale prétend « refonder » l’école. La réalité est très éloignée de ces discours.

Tract grève du 31 janvier 2013

La programmation budgétaire est très en-deçà des besoins. Elle ne permettra même pas de recréer les postes supprimés alors qu’il en manquait déjà avant la purge subie sous Sarkozy. Elle se fait à
postes publics constants, au détriment des autres services publics avec la poursuite de fait de la Révision Générale des Politiques Publiques (RGPP).

Les politiques éducatives s’inscrivent dans la continuité avec celles de ces dernières années, quelques corrections limitées mises à part. La loi
d’orientation et de programmation a un contenu très pauvre. Les contre-réformes sont pour la plupart maintenues. Et d’autres sont programmées.

Les conditions de vie et de travail des personnels continuent de se dégrader. Certains projets du ministère vont encore aggraver cette situation. Les réformes de Vincent Peillon, faites sans les personnels, sont très largement faites contre eux.

Avec toute la Fonction Publique, revendiquons :
- La fin des politiques d’austérité, l’annulation de la
dette publique, un autre partage des richesses
- La titularisation sans condition de tous les personnels
précaires et l’arrêt du recrutement de précaires
- La création d’emplois publics à la hauteur des besoins
- La diminution du temps de travail
- Une augmentation de salaires de 300€ pour tous et toutes
- L’abrogation du jour de carence

Pour l’école et ses personnels, exigeons les
bases d’une véritable refondation :

- L’abrogation des contre-réformes du précédent gouvernement (masterisation, aide personnalisée, socle commun, LPC, réformes des 3 lycées…) et l’abandon des sanctions contre les militant-e-s

- Le retrait des projets inacceptables de V. Peillon, en particulier la décentralisation de l’orientation et de la carte de l’enseignement professionnel, et son projet de réforme des rythmes scolaires qui va
dégrader encore les conditions de vie et de travail des personnels sans améliorer la situation pour les élèves

- Les conditions d’un véritable service public d’éducation : baisse des effectifs par classe à tous les niveaux pour améliorer les conditions de travail et d’étude ; développement de RASED complets partout ; une vraie politique d’éducation prioritaire ; une carte scolaire garantissant la mixité sociale ; l’argent public doit être réservé à l’école publique…

- Un plan d’urgence pour l’éducation en Guyane : l’État doit soutenir les collectivités territoriales de Guyane pour financer les constructions scolaires. C’est au nom de l’égalité républicaine que nous exigeons la scolarisation de tous les enfants vivant en Guyane.

Les conditions d’une réorientation des politiques scolaires n’étant pas réunies, les projets du ministère n’étant pas acceptables, ils ne peuvent pas être promulgués dans le calendrier prévu : imposons le report de tout le processus pour que les personnels puissent enfin y prendre part et pour que toutes les questions puissent être posées.

Modèle de déclaration d’intention de grève

Attention : la gauche est passés mais les lois anti-grèves de Sarkozy sont toujours là.

Les collègues du premier degré doivent déposer leur déclaration d’intention de grève au plus tard mardi 29 janvier avant l’ouverture de leur école. Le plus sûr sera donc de la déposer lundi 28 janvier.

Ce qui est obligatoire c’est de déclarer son intention de faire grève. Il est tout à fait possible de déposer sa déclaration d’intention de faire grève sans forcément faire grève. C’est important, c’est un réflexe qui laisse 48 heures pour voir si l’on participe ou non à ce mouvement. L’administration ne peut se servir de ces déclarations d’intention pour recenser les grévistes.


Lors du Comité Technique Ministériel du 20 décembre le ministère a présenté ses mesures pour la rentrée 2013.

Voici ce que le ministère prévoit en terme d’évolution des effectifs élèves pour la Guyane.
- dans le 1er degré une augmentation de 0,87%
- dans le 2nd degré une augmentation de 2,9% (pour tous les niveaux y compris poste-bac et SEGPA)

Il y a de quoi se demander d’où sorte ces prévisions surtout si l’on prend le temps de lire la dernière publication de l’INSEE.
En 1998, une femme en âge de procréer (15-50 ans) avait en moyenne 3,8 enfants en Guyane, soit plus de deux fois le nombre d’enfants moyen en France (1,76). Sur la période 1998-2009, l’écart sur les deux territoires s’est légèrement réduit ; en 2009, les femmes de Guyane ont en moyenne 3,5 enfants contre 2 pour les femmes de l’hexagone.

Créations de postes pour la rentrée 2013

1er degré
Nb total de créations de poste Nb de créations de poste en Guyane Nombre de postes existants à la rentrée 2012
3764 101 2345
2nd degré
Enseignants Nb total de créations de poste Nb de créations de poste en Guyane Nombre de postes existants à la rentrée 2012
3764 115 2569
CPE Nb total de créations de poste Nb de créations de poste en Guyane Nombre de postes existants à la rentrée 2012
88 0 76
Assistants de service social Nb total de créations de poste Nb de créations de poste en Guyane Nombre de postes existants à la rentrée 2012
50 4 19
Administratifs Nb total de créations de poste Nb de créations de poste en Guyane Nombre de postes existants à la rentrée 2012
100 2

Commentaires

Agenda

<<

2018

 

<<

Novembre

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
   1234
567891011
12131415161718
19202122232425
2627282930  
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Brèves

Le 12 novembre 2018 : toutes et tous engagé-e-s pour une école de qualité en Guyane !

mercredi 7 novembre

Toutes et tous en grève le 12 novembre 2018 !

SGEN-CFDT
SNETAA-FO
SUD éducation
UNSA éducation
FSU

A Cayenne, 8h00 devant le rectorat de Guyane
A Saint Laurent du Maroni, 8h00 devant l’inspection académique

GREVE INTEPROFESSIONNELLE - GUYANE - 9 OCTOBRE

lundi 24 septembre

A l’appel de :
FSU
SNETAA-FO
SUD éducation

Rassemblement :
Cayenne 9h00 Préfecture
Kourou 9h00 Mairie
Saint-Laurent 9h00 Sous-préfecture

LYCEE PRO - GUYANE - GREVE et RASSEMBLEMENT LE 27 SEPTEMBRE

mercredi 19 septembre

Appel à la grève en Guyane et à un rassemblement devant la Préfecture à 9h00

SNUEP-FSU
SNEP-FSU
SUD éducation Guyane
STEG-UTG

- Derrière la communication, une nouvelle attaque contre le LP

Notre détermination est douce mais inébranlable

vendredi 8 juin

DEUX RDV CONTRE LA MONTAGNE D’OR :
CAYENNE - SAMEDI 16 JUIN – RDV PLACE DES PALMISTES – 16H00
SAINT-LAURENT - LUNDI 18 JUIN – RDV ROND-POINT DU STADE - 14H00

Halte à la gouvernance imbécile de la Guyane Contre la hiérarchie, pas de hiérarchie !

vendredi 18 mai

SUD éducation Guyane, à l’instar de son attachement et de la promotion des pédagogies alternatives, défend les principes de gouvernance alternative décidée collectivement par les usagers de l’éducation nationale.
SUD éducation Guyane attaché à ces principes anti-hiérarchiques ne souhaite [...] aucun recteur quel qu’il soit.
SUD éducation Guyane appelle tous les usagers de l’éducation nationale en Guyane à se réunir en assemblée générale et à convoquer des états généraux de la gouvernance de l’académie pour jeter les nouvelles bases de gestion et de gouvernance de notre académie, émancipée d’une hiérarchie inutile et incompétente.