Double vacation : STOP aux bidouillages colonialistes

Situation tragique des enfants non scolarisés en Guyane et à Mayotte !
mardi 11 décembre 2012
par  Sud Éducation Guyane

La Fédération des syndicats SUD Éducation exige du ministère de l’éducation nationale et des collectivités locales de Guyane et de Mayotte que toutes les dispositions soient prises pour enfin résoudre le problème de la non scolarisation en Guyane et à Mayotte.
La non scolarisation est une véritable atteinte à la convention internationale des droits de l’enfance.

La France peut-elle encore longtemps s’asseoir sur sa signature quand il s’agit des territoires éloignés ?

Face à l’urgence, une seule solution : construire des établissements scolaires et arrêter définitivement de bourrer les classes !
Quand dans l’hexagone la forte croissance démographique du baby-boom et l’allongement de la scolarisation ont provoqué "l’explosion scolaire" à la fin des années soixante, l’état a été capable, entre 1965 et 1975, de construire 2 500 établissements scolaires (soit un par jour ouvrable).

Si SUD Éducation se réjouit de la marche arrière du recteur de l’académie de Guyane sur la question de l’expérimentation de la double vacation nous ne pouvons que dénoncer que ce scandaleux procédé soit toujours en vigueur à Mayotte.
Dans le premier degré, le dispositif de double vacation consiste à accueillir deux classes distinctes dans une même salle, une le matin et l’autre l’après-midi...

Dans le second degré, l’administration joue sur l’élargissement des heures d’ouverture des établissements. Dans les collèges, les cours débutent donc à 7h00 et se terminent à 18h00. Cette organisation permet d’entasser 1000 élèves et parfois plus dans des collèges prévus pour en accueillir 600.

Très loin des prendre en considération les rythmes biologiques de l’enfant et les conditions de travail des personnels ces dispositions entraînent au contraire de graves dysfonctionnements et dégradent considérablement les conditions d’accueil. Là encore les objectifs comptables sont au centre des considérations, à des années lumière des intérêts des élèves et des personnels.

C’est au nom de l’égalité républicaine que nous exigeons la scolarisation de tous les enfants vivant sur les territoires français.

Pour atteindre cet objectif, la Fédération des syndicats SUD Éducation revendique :

- que l’on mette un terme à la double vacation à Mayotte.
- la mise place d’un plan d’urgence visant à programmer des constructions scolaires à la hauteur des besoins et à taille humaine dans les territoires et départements ultra-marins.


En Guyane, selon l’INSEE, ce sont environ 2 800 enfants de 6 à 16 ans n’étaient pas scolarisés en 2007.
Depuis, le Collectif pour la scolarisation- dont fait partie SUD Education- a saisi la HALDE à deux reprises à ce sujet.


Commentaires

Agenda

<<

2019

 

<<

Mars

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
    123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Brèves

VENDREDI 15 mars - GREVE dans L’EDUCATION

jeudi 28 février

Appel à la grève
SNES-FSU - SNEP-FSU - SNUEP-FSU - SGEN-CFDT - STEG-UTG - SUD éducation - SNETAA-FO - SNETAP-FSU

Combattons le projet d’école Blanquer

samedi 23 février

Revendications de SUD éducation :

- L’abrogation de la réforme du lycée et du bac
- L’abrogation de la réforme de la voie professionnelle
- Le maintien du cadre national du baccalauréat, qui doit rester le premier grade universitaire et maintien d’un véritable anonymat lors des épreuves
- Une réduction des effectifs par classe en lycée (maximum 25 élèves) et la mise en place d’un dédoublement systématique par un cadrage national
- Le changement des EPLE en établissements polytechniques avec un enseignement qui garantisse à tou-te-s les élèves l’appropriation de tous les types de savoirs – qu’ils soient manuels, techniques,artistiques ou théoriques – reposant sur des pratiques pédagogiques coopératives et émancipatrices
- L’abandon du SNU et du service civique
- L’abandon du projet d’imposer une deuxième HSA dans le second degré
- L’abandon de la réforme des directions d’école
- Dans les écoles, un travail en équipe renforcé avec des moyens et du temps attribués aux écoles et non à des individu-e-s directeurs ou directrices. Une gestion collective des charges permettrait une prise en charge collégiale et/ou avec partage des tâches.
- Le respect de la liberté pédagogique des enseignant-e-s.
- La prise en main par les personnels eux-mêmes de leur formation pédagogique.

Jeudi 21 février - Journée d’action dans l’éducation

dimanche 17 février

SNES-FSU
SNEP-FSU
SNUEP-FSU
SUD éducation
SNETAA-FO
STEG-UTG
SGEN-CFDT
SNETAP-FSU

MARDI 12 FEVRIER - GREVE EDUCATION

jeudi 7 février

RENDEZ-VOUS
Cayenne - 9h00 - devant le Rectorat
Saint-Laurent - 9h00 - devant la Sous-préfecture

GREVE INTEPROFESSIONNELLE - PUBLIC-PRIVE - GUYANE - 5 FEVRIER

samedi 2 février

RENDEZ-VOUS
9h00 - Préfecture - Cayenne
9h00 - Sous-préfecture - Saint-Laurent